Logo AyaasBannière Ayaas

=/ Mbote Kin 23.07.2010 /= Retour News 

Adieu monsieur Robert Holenn Mang

Mon séjour d’été à Kinshasa au Congo a coïncidé, entre autres, avec le décès d’un proche ami de famille, papa Holenn Robert Mang (74 ans), mort survenue à Johannesburg en Afrique du Sud le 6 juillet 2010. Son corps a été rapatrié le dimanche 11 juillet et la messe des funérailles a eu lieu à Kinshasa où se trouve la résidence familiale (Quartier Salongo-Limete), à la paroisse saint Jean-Apôtre le mardi 13 juillet. En guise de reconnaissance pour ses bienfaits, Ayaas reproduit sur cette page la présentation du défunt faite par ses enfants. Ils étaient tous présents aux funérailles.

Biographie succincte de papa Robert Holenn Mang

Monsieur Robert Holenn Mang est né en 1936 à Bembele-Yassa (District de Kwilu, Province du Bandundu). Il est le fils aîné du grand chef coutumier Mang Okumpum, avec son épouse Vitaline Wontio.

Robert HolennTrès tôt et très jeune, son père va le confier pour son éducation et son instruction aux prêtres missionnaires oblats de Marie Immaculée, aux mains desquels il effectuera toute sa scolarité primaire, puis secondaire et supérieure (3 ans de philosophie et 4 ans de théologie) au Petit Séminaire de Laba (Idiofa, Bandundu) puis au Grand Séminaire de Mayidi (Bas-Congo) chez les pères Jésuites. Un parcours d’excellence où il a eu à côtoyer comme condisciples et amis des personnalités éminentes comme feu Hubert Makanda kabobi, Litho Moboti, prof. Mboyo Empenge, etc., dans cette colonie du Congo belge où l’Université était inexistante si pas tardive.

En 1959, toute sa promotion d’études du Grand Séminaire décidera de démissionner de l'habit ecclésiastique juste avant l’ordination, suite à une grande incompréhension avec leur hiérarchie d’alors (Mgr Toussaint), qui voulait leur imposer le port de culottes au lieu du pantalon pour leur collation de grade… C’est ainsi qu’après un passage comme Régent à la mission de Ngoso (Diocèse d’Idiofa), il démarrera alors sa vie laïque et professionnelle qu’il passera essentiellement comme haut fonctionnaire au sein de l’Administration publique et chrétien engagé au sein de l’Eglise catholique.

Au sein de l’Administration publique

Dans la jeune République Démocratique du Congo indépendante, en manque de cadres formés et d’intellectuels éclairés, il sera vite recrué par le Gouverneur Lema dès 1960 dans l’Administration publique de la province fédérée de Léopoldville à Kikwit comme Chef de cabinet du ministre de l’intérieur de l’époque, feu Bernardin Mungul Diaka aux côtés de personnalités du cabinet de l’époque comme Cleophas Kamitatu, Antoine Gizenga, Kimwanga, etc. Il y fera, entre autres, une rencontre et une connaissance personnelle avec le Premier Ministre de l’époque Moïse Tchombe.

Dans cette foulée, il occupera d’autres nombreux postes de responsabilités aux ministères provinciaux, puis du Gouvernement central du transport, de l’intérieur, de l’Education, etc. Et c’est quasi à cette époque qu’il fera la rencontre de celle qui deviendra alors sa compagne de vie, Schiette Thècle, alors fonctionnaire à la Mairie de Kikwit, qu’il épousera religieusement le 21 mars 1964 en la cathédrale de Kikwit et avec qui ils viennent donc de passer ce jour 46 ans d’un heureux et béni mariage religieux chrétien catholique d’où sont nés 8 enfants dont 7 vivants à ce jour (2 médecins, 2 ingénieurs civils, 1 avocate, 2 businessmen indépendants), qui à leur tour leur ont donné à ce jour 12 petits-enfants et 1 arrière-petite-fille.

Les troubles de la rébellion de Mulele (qui le verront perdre devant ses yeux son petit-frère propre tué par des hommes en armes) et les remous de la première République agitée en RDC pousseront le couple de Robert et Thècle à venir s’installer alors à Kinshasa en 1968, où Robert sera alors recruté au Ministère de l’Education nationale par son ami feu le Secrétaire général André Bong’Ilanga. Il y prestera sucessivement comme professeur au lycée P.E. Lumumba, professeur puis comme fonctionnaire attaché de l’Administration de l’Université de Kinshasa comme Directeur général au Groupe scolasire du Mont Amba, puis Directeur de plusieurs services de cette institution (Club des résidents, Administration centrale, Intendance générale, Apparitorat central, etc.) où il finira à ce jour comme Directeur Chef de service.

Notons aussi que dans son engagement communautaire, il sera en 1967 l’un des fondateurs du Corps des volontaires de la République (CVR) qui plus tard se muera, certes sans lui, en Mouvement Populaire de la Révolution puis en Parti-Etat, et depuis 1969 l’un des pionniers et notables du quartier Salongo-Limete et de la commune de Limete qu’il va entre autres représenter valablement lors des travaux de consultation populaire de 1990 qui aboutiront au processus de démocratisation du 24 avril 1990, ouvrant ainsi la porte à la troisième République. Dans son souci pour un Congo meilleur, il postulera comme candidat député national dans la circonscrption de Funa en 2006.

Au service de l’Eglise

«Serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup». Ceci aurait pu résumer la sainte vie de cet homme simple que fut Robert Holenn.

Oui, ce serviteur de Dieu qui repose aujourd’hui dans sa félicité éternelle aura consacré sa vie au service de l’église catholique. Laissez-nous vous révéler qu’au coin droit de la chapelle de la paroisse st Jean-Apôtre qui nous accueille se trouve encastrée une bouteille bénie et consacrée par feu S.E. le Cardinal Joseph Malula. Cette bouteille contient 7 noms; le sien comme de 6 autres paroissiens notables, vivants ou décédés (paix à leurs âmes, papa Bong’Ilanga André, Désiré Bagbeni, etc.) de cette paroisse, qui ont consacré leurs efforts, leur temps et leurs moyens pour l’obteniton de la parcelle paroissiale, l’institution d’une paroisse chrétienne et la construction de sa chapelle actuelle et donc l’existence de cette communauté chrétienne.

Quelle fonction n’y aura-t-il pas exercé? il fut tour à tour Président de commissions (Caritas, Finances, Familles, CEVB, Intellectuels), membre du Conseil paroissial, fondateur de la chorale latino-française, initiateur dans la communauté Bondeko, au groupe KA (Kizito-Anuarite) comme parent du comité de soutien, etc. Il aura assumé des responsabilités au niveau décanal et diocésain, dans une vie simple, honnête, digne et exemplaire! Il y aura été parrain de baptême de plus de 30 filleuls et de mariage de presqu’autant, animateur diocésain de libala mwinda, ayant à ce titre encadré des dizaines de futurs couples mariés, etc.

Et par-dessus tout, il aura appris à ses enfants que nous sommes appelés à connaître et à servir Dieu le Tout-Puissant, nous montrant l’exemple d’excellent mari et avec son épouse Thècle, de père et parent exemplaire remarquable, pour lequel nous n’avons qu’admiration et nous disons que notre modèle c’est lui et notre objectif minimum c’est de l’égaler cette qualité et cette excellence dans nos vies…!

Aussi, comme nous te l’avions dit de ton vivant, pour tous les bienfaits reçus de toi, laisse-nous encore te le dire ce jour: Merci infiniment papa. Que l’Eternel notre Dieu, t’accueille à la table de son trône de majesté où tu nous as précédés, et que comme nous en sommes plus que certains, il t’offre de trinquer en ce moment de son vin le plus précieux réservé aux Vainqueurs pour une mission si bien accomplie! Merci infiniment pour tout, papa, et que la terre de nos ancêtres te soit douce et accueillante!

Adieu papa, avec tout notre amour et toute notre reconnaissance.

Tes enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants Holenn.

(ayaas)

Etole
Ball© ayaas.net, 24 août 2007 - Site personnel de jbmusumbi, o.m.i. Merci de votre précieuse collaboration