Ayaas ancien logo  

mbote bonjour hi hola ciao

Archives

Rome 9.08.2008 - Bonjour de la ville éternelle

Salut de Rome où je suis rendu, comme prévu, ce matin via Addis Ababa. La traversée des nuages m’a empêché de voir en direct la splendide cérémonie d’ouverture des JO à Pékin. Je me suis contenté de la retransmission en différé. Quelle imagination!
Que dire de mon séjour au pays natal? J’ai eu un très beau séjour de vacances, dans la joie de retrouver les miens malgré leur vie ‘au taux du jour’, pour utiliser une expression chère aux kinois. L’avenir demeure toujours incertain pour bon nombre de gens. Ma santé tient bon, le moral aussi. La seule fausse note est mon incident de Mbanza-Ngungu. Le souvenir amer de la chute dont j’ai parlé dernièrement restera à jamais gravé dans la mémoire. C’était pénible pour moi et pour la communauté d’accueil. Eh oui, je pouvais lui éviter une telle responsabilité si seulement j’avais été un peu plus prudent. Mais les voies de Dieu ne sont pas les nôtres. Telle est ma consolation. Telle est également ma conviction. Mes plaies sont presque guéries et la main droite retrouve de plus en plus son fonctionnement normal. Tant mieux!
Ici à Rome, c’est la chaleur qui m’accueille en ce mois le plus chaud et le plus calme de l’année. Notre maison est très calme, car beaucoup de confrères sont en vacances. Je profite de cette escale pour finaliser les préparatifs de la visite en Amérique latine. Prochaines étapes: Guatemala, Paraguay et Brésil. J’avoue aller vers l’inconnu. Tout en comptant sur ta prière, je te souhaite une vie de paix et de joie. A plus sur le net!

Kin 3.08.2008 - Il paraît que les rigoles ne font pas rigoler

Couvent srs de l'Immaculée conception de l'enseignement

Ouf! La liste de mes mésaventures ne fait que s’allonger!

Je viens de regagner Kinshasa après un bref séjour dans le Bas-Congo, précisément à Matadi et à Mbanza Ngungu où j’ai animé une session sur un thème provocateur: ‘Bousculer mon image religieuse dans l’aujourd’hui du monde’.

Peut-être me suis-je fait trop bousculer par les imprévus du milieu.

Je rentre avec un visage chaviré par la douleur d’un bras couvert de plaies (doigts et avant-bras), qui est resté presqu’immobilisé pendant quelques jours sans pour autant m’empêcher d’accomplir mon devoir.
L’incident a eu lieu dès le premier jour de la session, ce dimanche 27 juillet, vers 19h00. En marchant dans l’obscurité vers la chambre annexe où je logeais (la lampe externe n’étant pas encore allumée), je suis tombé dans une rigole ouverte qu’il fallait enjamber! Eh oui, cela m’est arrivé le jour même où je tentais d’expliquer le sens de la volonté de Dieu aux participantes!!! Dieu VEUT le Bien de tous et il PERMET les événements tant heureux que malheureux.
Home de l'Immaculée, Mbanza-Ngungu
Aux bons soins de Sr Casilda

Ma chute serait-elle sa volonté? Imaginez la peine causée aux religieuses de l’Immaculée conception de l’enseignement qui m’ont chaleureusement accueilli dans leur communauté. Ma plus grande désolation était de les voir en souffrir plus que moi-même. J’avoue qu’elles ont très bien pris soin de moi et m’ont aidé à m’en sortir rapidement. Un médecin est venu m'examiner sur place et m'a prescrit des soins urgents dont la piqûre antitétanique.

Dieu merci, personne parmi les étudiantes du Home de l'Immaculée et les Sœurs ne m’a vu m’écrouler, et il n’y a pas eu de fracture. «Il paraît que les rigoles ne font pas rigoler», m’a dit un confrère de Rome, à la fois comme pour s'en moquer et s’apitoyer sur moi. Merci pour tous les mots sympathiques que je continue à recevoir avec plaisir.

Et que dire de la ville de Matadi que j’ai visitée peu avant Mbanza-Ngungu? Elle est la capitale de la province du Bas-Congo. Située à 365 kms de Kinshasa, elle est la plus grande porte d’entrée des marchandises d’importation en RDC, et la route qui relie cette ville portuaire à la capitale du pays est très fréquentée, de jour comme de nuit. Matadi appartient à un massif montagneux dont un des pics est le pic Ambier (Pic Kinzau) de plus de 1000 mètres. Le nom ‘Matadi’ veut dire pierre, cailloux, roche. C'est le fameux monter, descendre, transpirer, traverser les ponts, marcher sur des pierres, se blesser... Entourée de deux cours d'eau: le Mpozo et le fleuve Congo, Matadi est une ville cosmopolite, multiculturelle et multiethnique. Sa population est très diversifiée.

Parmi les monuments les plus visités de la ville, citons le sommet le plus élevé nommé Belvédére qui offre une belle vue tant du Port de Matadi que de la route de Boma qui est reliée à Matadi par l'imposant Pont Maréchal Mobutu, inauguré en 1984. A plus!

Cathédrale de Matadi
Pic Ambier
Pont Maréchal Mobutu

Kin 19.07.2008 - Le 18 juillet, une date pas comme les autres

Les années passent vite! J’en ressens le poids. Eh oui, elle est venue, l’heure de regarder le passé plus que l’avenir. Je pense à la fois à Nelson Mandela avec ses 90 ans, à Hubert Lagacé et à celui qui vous accueille sur cette page web. Ont-ils choisi de naître ce même jour? Pas du tout. Seule certitude: le 18 juillet, une date pas comme les autres. Je l’ai vécu dans le silence et l’action de grâces. Merci de vos nombreux témoignages d’amitié et de fraternité. J’avais l’impression d’entendre pour la toute première fois vos deux mots magiques: Joyeux Anniversaire!
Tout en pensant à celui et celle qui m’ont mis au monde par amour, j’ai prié pour vous afin que le Seigneur nous unisse davantage dans son Esprit d’amour, de joie et de paix. Mais on ne peut pas célébrer la naissance sans la mort. J’ai compati aux souffrances de mon confrère Peding Federico Labaglay (conseiller général pour la région d’Asie-Océanie) qui à perdu sa maman aux Philippines, cet après-midi du 18 juillet. Que l’âme de la défunte repose en paix! N’hésitez pas à visiter l'espace perso d'ayaas. Vous y trouverez, entre autres, les photos de mon séjour aux Philippines. A plus sur le net!

Kin 9.07.2008 - Savoir rêver pendant les vacances

Déjà une semaine de vacances! Je suis avec intérêt la rencontre internationale de la jeunesse oblate en Australie et je ne cesse de répondre au téléphone des étudiants qui me demandent de prier pour eux. C’est bien sûr la période d’examens d’État qui ouvrent la voie aux études universitaires, et d’épreuves pour ceux et celles qui terminent leur 2ème licence aux Facultés Catholique de Kinshasa. Est-ce une bonne façon de vivre mes vacances? Certains proches me rappellent que les vacances nous servent d'abord à nous reposer; d’autres disent que le but des vacances, c'est de faire tout ce qu’on n’a pas pu faire pendant les semaines "normales". Face à ce dilemme inextricable: se reposer ou faire ce qu’on n’a pas pu faire, je préfère combattre l’ennui par des rêves! J’ai de rêves plein la tête qu’il soit réalisable ou pas, dans un futur proche ou éloigné.
Je me dis aussi qu’après une longue période de travail stressant, je dois essayer d’en profiter au maximum pour me reposer. «Le repos est important pour notre équilibre, et les vacances un moment privilégié pour recharger nos batteries.» Pour ce, j’évite de me laisser conditionner par un horaire quelconque et j’essaie d’optimiser à mort le temps disponible, afin qu’en sortant d’un mois de vacances, plus rien ne me pèse. Pourtant le manque de passeport me préoccupe depuis bientôt six mois. On n’en trouve plus au Congo-Kinshasa! Aucune solution dans l’immédiat et impossible de planifier mes prochaines activités. Cela ne m’empêche pas de vous souhaiter de très bonnes vacances d’été! Nous en avons tous besoin, et nous les attendons avec impatience. A bientôt sur le Net!

Home

© ayaas.net, 24 août 2007 - Site perso de jbmusumbi, o.m.i. - Merci de vos précieuses suggestions