Une spiritualité féminine

Les COMI - Implantation en RDC

Institut Identité Spiritualité
 

Historique en RDC


Trois filles congolaises sont officiellement aspirantes de l'Institut des comi. La première, Bibich Kurayum, s'est engagée le 22 août 1999 en présence de la Présidente générale, Giovanna Clemente et de la formatrice, Enrica Di Cianno, la seconde, Josephine Kikata le 25 juin 2000, et la troisième, Josée Manwana le 7 décembre 2001 en présence de la formatrice, déléguée de la Présidente générale. Voici l'historique telle que présentée par la formatrice lors de l'engagement de la première fille congolaise.

Il m'est facile d'imaginer que cela représente un plaisir pour vous si je dois vous dire qui nous sommes. Quel bon vent nous a amenées de' l'Italie jusque chez vous ? Qu'est-ce que nous sommes venues faire ici ? Il est très simple de répondre à ces questions un peu étranges que je viens de provoquer moi-même. Je commence par les deux dernières.

Le bon vent qui nous a amenées ici c'est le Seigneur lui-même qui avait un projet caché qu'il voulait manifester. Puisqu'il aime ne rien faire tout seul, il s'est servi des personnes qu'il a mises sur notre route à Rome. Ces personnes sont les pères Oblats et les scolastiques congolais (zaïrois) qui venaient en Italie pour les études.

Le Seigneur a permis une connaissance réciproque qui a fait naître des liens profonds de fraternité, d'amitié et de communion. Les uns après les autres, ils nous ont adressé la même invitation. " il faut que vous les comi veniez chez nous au Zaïre pour collaborer avec nous à l'évangélisation " ! Ils ont nombreux ces pères et scolastiques qui ont exprimé ce désir et à l'instant qu'il soit permis de nommer les premiers : Jean-Pierre Bwalwel, Valère Eko, Jean Bosco Musumbi, Polydor Twanga, Dominique Savio Ndjoko, Jean-Marie Bulumuna, etc. Je m'excuse auprès des autres que je n'ai pas nommés. Nous savons néanmoins qu'ils ont été pour beaucoup et nous les rassurons que nous ne les oublions pas.Dans notre cœur, nous avions dit un grand " OUI " à cette invitation mais sans savoir ni comment ni quand cela serait.

En 1994, le père Benoît Kabongo nous avait rendu visite à la maison. Après avoir échangé sur bien de choses et aussi sur notre vie, notre spiritualité, lui aussi nous a invitées à son tour avec tant de sincérité paternelle et par des propositions concrètes à venir travailler au Congo. Il était à l'époque provincial des Oblats du Congo. Pour nous, l'invitation faite par une autorité de la congrégation a été comme une force et un signe de Dieu qui nous a fiat prendre la décision de faire une visite au Congo. Et cette visite n'a pu avoir lieu qu'en 1996 à cause des événements.

 


Permettez-moi que je puisse exprimer toute ma reconnaissance à tous les Oblats qui nous ont invitées à venir ici. Mais en cette occasion nous nous tournons tout spécialement aux pères Kabongo, Mubesala, Musumbi qui ont été de différentes manières les instruments privilégiés dans les mains de Dieu et qui ont plus directement collaboré avec nous pour que le Seigneur puisse rendre visible son projet, le manifester petit à petit en lui donnant aussi consistance. En fait, aujourd'hui, nous sommes tous rassemblés ici pour être témoins de ce que l'amour de Dieu avait pensé et préparé pour nous tous et spécialement pour mademoiselle Bibich Kurayum qu'il a bien voulu choisir parmi tant de filles congolaises pour la consacrer totalement à Lui dans la " Famille oblate " !

Retour Sommaire
Retour en haut de la page

Page suivante