Divine Providence de Créhen

Le nom de la congrégation

 

Fondation Charisme Formation Vœux Habit
Pourquoi le Père Homery a-t-il préféré nous appeler Filles et non sœurs?

Tout simplement pour marquer la différence entre les dames. Il disait à ses filles: "ne faîtes point les dames" (le mot dame veut dire femme mariée, femme de haut rang, femme très élevée). Le fondateur en appelant ses sœurs des filles voulait qu'elles soient réellement des servantes et non des dames. Ainsi, le Père Homery leur remet un tablier, symbole d'une vie d'humilité et de service. Il disait: "vous êtes les servantes des enfants et des Pauvres; les servantes de Jésus-Christ". Aujourd'hui, pour commencer notre vie dans la congrégation, ce n'est plus le tablier qu'on nous remet mais l'icône de Jésus serviteur (Jésus qui lave les pieds de ses disciples) cette icône chacune l'a dans sa chambre et on la retrouve aussi dans chacune de nos chapelles. Nous vivons notre vocation à la suite de Jésus-Serviteur.

Pourquoi Filles du Cœur Immaculé de Marie?

Nous ne sommes pas une congrégation mariale. Le fondateur avait une dévotion très importante à Marie mais toute la vie religieuse qu'il propose à ses sœurs n'est pas centrée sur Marie, c.à.d vivre la chasteté, la pauvreté, l'obéissance comme Marie. Pour nous, quelle que soit notre dévotion à Marie, tout se justifie par le Christ Serviteur. Marie est notre Mère, elle est là pour nous introduire dans le mystère de Jésus-SERVITEUR.

Ce nom nous vient aussi de nos premières sœurs. Parmi les premières filles qui étaient allées chez le P. Homery, trois (Toussainte Bertin en 1811; Olive Josselin 1814 et Marie Saiget en 1820) étaient dans la congrégation des Filles du cœur Immaculé de Marie (un institut séculier fondé en 1790 qui avait échappé à la dispersion des congrégations religieuses lors de la révolution française de 1789.

"Filles de la providence" (Divine) a été ajouté plus tard afin de faire la différence avec une autre congrégation de la Région qui portait le nom de Providence. Nous avons encore la même confusion à Kikwit avec les sœurs de la providence de champion. Voilà pourquoi nous préférons le nom des sœurs de Créhen.

Pourquoi filles de la Divine Providence?

Providence, c'est une manière d'être de Dieu, comme Amour, Tout-Puissant; Providence ou Dieu, Protecteur, Divinité, Etre suprême. (De ce mot vient le verbe prévoir qui veut dire voir auparavant; pourvoir = assurer, subvenir; porter secours, assister, voir en faveur de quelqu'un).


 

Une expérience de Dieu

Ce qui est à l'origine de notre congrégation, c'est la voix de Dieu entendue par le Fondateur dans l'Eglise: "COMMENCE MON ENFANT, LA PROVIDENCE VIENDRA A TON SECOURS".

Après plusieurs années de recherche dans la solitude, la prière, la soumission, Guy Homery reçoit à 40 ans la confirmation de la part de Dieu et va immédiatement se mettre à l'œuvre. Confiant dans le secours de la providence, il va mettre toutes ses énergies, tout son savoir-faire, tout son courage pour réaliser le dessein de Dieu.

Le Père fondateur a réellement fait l'expérience de l'aide de la providence. Ce n'est pas qu'il ait été préservé de toute adversité (infortune, malheur, tribulations, ennui). Mais quand il commence, sa bourse est vide; il a connu beaucoup d'échecs, d'incompréhensions, de difficultés de tous genres mais malgré cela sa confiance était ferme en Dieu. Son œuvre ne se réalisera qu'avec l'aide de la Providence. Il a fait l'expérience que Dieu sera avec lui dans les contrariétés, les difficultés de la vie.

Voici un exemple frappant du secours de la Providence. Un soir pendant qu'il était en oraison dans sa chambre, il eut une distraction qui le rendit quelque peu malheureux. Il imaginait voir un monsieur qu'il connaissait à peine car il l'avait vu une fois seulement et cela faisait plus d'un an. Il le voyait en agonie, couché sur son lit. Il lui semblait entendre une voix intérieure qui lui disait: "La veuve de cet homme qui va mourir te sera d'un grand secours pour l'entreprise que tu médites". Il s'emporta contre lui-même et demanda pardon à Dieu pour cette distraction tout en s'efforçant de la chasser de son esprit. Quatre jours plus tard, il reçut une lettre qui lui annonçait la mort de l' homme et l'invitait à assister au relevé du deuil! Rendu au lieu du deuil, il n'osa pas parler de son rêve (par peur d'être traité de fabulateur, menteur ou cambrioleur). Il exposa plutôt son projet et parla de la maison qu'il avait commencée pour cette cause. La dame lui dit: "je souhaite bien que vous réussissiez. Pour ce qui est de moi, je ferai mon possible pour vous aider….". L e P. Homery n'avait rien demandé à la dame mais elle l'aida beaucoup.


 

Maison de Providence

Notre fondateur n'a pas écrit de traité sur la Divine Providence mais sa vie et son œuvre sont l'illustration du passage évangélique qui nous exhorte à l'abandon à la providence: "Ne vous inquiétez pas … votre Père céleste sait … cherchez d'abord le Royaume de Dieu et sa justice…." (Mt 6, 25-34; Lc 12, 22-32)). Tout ceci justifie notre nom de Filles de la Divine Providence. Le P. Homery nous exhorte d'avoir comme lui une confiance pleine et tranquille en la Divine Providence et de nous appuyer comme lui sur les trésors de la Divine Providence qui ne s'épuisent jamais.

Très longtemps notre Maison Mère portait le nom de MAISON DE PROVIDENCE. Ce nom se justifiait bien et continue à se justifier. Tous ceux qui passent par-là retournent enchantés de l'hospitalité, de l'accueil qu'ils y reçoivent. C'était et c'est encore une vraie Maison de Providence, ouverte à tous et surtout aux malheureux. Aujourd'hui toutes nos maisons sont à l'image de cette première maison: faire en sorte que toutes nos communautés soient des MAISONS DE PROVIDENCE.


 

Mères des pauvres

De ce qui précède, on peut déjà se rendre compte de notre troisième vocable: Mères des Pauvres. Le Père Homery, en confiant les orphelines à ses premières filles, voulait que celles-ci soient leurs mères et qu'elles les traitent comme leurs propres enfants, qu'elles portent ce nom de mères à l'égard des orphelines pour qu'elles se rappellent sans cesse la tendresse qu'une mère doit avoir pour ses enfants. Ces enfants sont des pauvres, des membres indigents de Jésus-Christ, d'où le nom des mères des pauvres.

Les sœurs consacreront leur existence au service de ces pauvres, membres indigents de Jésus Christ. Ainsi un quatrième vœu s'ajouta aux trois autres, celui de "SERVIR LES PAUVRES". Les Sœurs vivent ce service en France, en Belgique depuis 1900, au Pays-Bas depuis 1903, au Congo RD depuis 195), au Pérou, en Amérique Latine depuis 1982, en Equateur plus précisément dans la ville de Porto Vierjo en Amérique Latine depuis avril 2000 et au Gabon à Koula Moutou depuis août 2000.

* Retour Sommaire


Retour en haut de la page


Cliquez ici pour la suite