Ayaas ancien logo  

Divine Providence de Créhen

Les Filles de la Divine Province de Créhen ont 50 ans d'existence en Rép. Dém. du Congo

Photos voeux 2003 - Enfants de la rue

La Congrégation des Filles de la Divine Providence de Créhen vient de célébrer son cinquantenaire de présence au Congo-Kinshasa. L'événement a eu lieu le 30 décembre 2001 à Kikwit, Province de Bandundu. Mais qui sont les Filles de la Divine Providence ? Quel est leur charisme et que font-elles au Congo ? Voici une présentation de Charlotte Matendo, maîtresse des novices.

Historique

Aujourd'hui nous sommes connues sous le nom de "Filles de la Divine Providence de Créhen", mais en réalité, nous avons trois noms :

   

     Filles du cœur Immaculé de Marie,

    Filles de la Divine Providence ou

    Mères des Pauvres.

Je tenterai de clarifier ces différents vocables.

Notons tout d'abord que la congrégation de la Divine Providence a été fondée en 1822 en France, dans la Région de la Bretagne, département des Côtes d'Armor, diocèse de St Brieuc, bourg (village) de Créhen par l'Abbé Guy HOMERY. D'où le nom de Sœurs de Créhen.

C'est dire que la vocation de la congrégation s'enracine dans celle d'un jeune charpentier, Guy Homery. Né le 25/8/1781 à Ploubalay en Bretagne, à l'Ouest de la France, Fils du charpentier Charles Homery et d'Angélique RUAUX. Sa famille était assez chrétienne. Guy fut baptisé le lendemain de sa naissance le 26/8/1781

Privé de L'Eucharistie pendant la révolution française (1789), Guy HOMERY, rencontre Dieu à travers sa Parole, dans la Bible. Dieu lui parle aussi par les conseils d'une parente qui l'oriente vers le sacerdoce. Mais ses parents, surtout son père ont eu beaucoup de peine à se séparer de lui. Son Père cherchait par tous les moyens pour le détourner de sa vocation mais, comme le disait lui-même, "la voix de Dieu est si puissante à un cœur qu'il a disposé à l'écouter" que rien ne pouvait le détourner de sa vocation.


Dans les paroisses où il est envoyé, il demeure attentif à la voix de Dieu qu'il reconnaît dans celle des enfants abandonnés, non scolarisés, dans la voix des malades sans soins, des chrétiens menacés dans leur vie de foi. L'Abbé Homery rêve d'établir une "société de filles consacrées aux bonnes œuvres", mais les moyens lui faisaient défaut. Il renonce à son projet. C'est alors que Dieu se fait entendre pour lui : "COMMENCE MON ENFANT, LA PROVIDENCE VIENDRA A TON SECOURS"

Il commence en 1822. Il n'a aucun sous mais son cœur est plein de foi. Il loue une maison, réunit cinq sœurs et dix orphelines. Aux sœurs il demande de glorifier Dieu en servant les membres indigents de Jésus - Christ " et en leur annonçant la Bonne Nouvelle. Il leur propose de prolonger l'attitude et les gestes de Jésus qui est venu non pour être servi mais pour servir (Mt 20,24-28).

Sur la première maison de la congrégation, dans la pierre, il fait graver ces mots: "Cor amatir pauperum" (cœur qui a la passion des pauvres). Ces paroles sont pour les filles de la Divine Providence le mystère central de leur foi et de leur vocation. Dieu est amour, amour incarné en son Fils Jésus.

C'est dire que Guy HOMERY a fait l'expérience de l'Amour de Dieu..., l'expérience d'un amour incarné en Jésus serviteur qui a rejoint l'homme au plus bas de sa condition. En même temps il a fait l'expérience que Dieu lui donnait un amour pour Dieu et pour ses frères, particulièrement les petits. Il place la congrégation sous la protection de la Vierge Marie. Les sœurs s'efforceront d'imiter sa profonde humilité et son souci très grand du salut des hommes. Marie, Servante du Seigneur, nous apprend à donner notre vie avec son Fils pour le salut de la multitude.


* Fondation - Guy HOMERY
* A propos de son appellation
* Mission - Charisme - Spiritualité
* Conditions d'admission - Formation
* Profession religieuse aoùt 01
* Prise d'habit septembre 01


Retour en haut de la page