Ayaas ancien logo  

Album - Domicile - HoméliePP - MotVP - Photos - Les COMI

Antonietta parlant de sa vie consacrée

Très chères sœurs, très chers frères dans le Christ,
Je prends la liberté de m’adresser à vous tous avec simplicité, parce que vous êtes ma famille, et dans la famille il n’y a pas de formalités.

Ce jour est pour moi un jour de joie et de grâce: je peux témoigner que j’ai connu les prodiges de l’amour de Dieu. Si je peux célébrer mon anniversaire de consécration c’est grâce à la fidélité de Dieu et à la présence dans ma vie de la tendresse de la Vierge Immaculée. Bien sûr, j’espère d’avoir collaboré avec mon désir de répondre à la vocation ou à l’appel de Dieu. Mais je sais que je ne saurais rien faire sans l'amour miséricordieux de Dieu. Et aujourd’hui je peux relire mon histoire dans le projet de vie que le Seigneur avait préparé pour moi.


Jusqu’à la fin de mes études à l’université, j’étais sure que ma vocation c’était le mariage : former une bonne famille chrétienne. J’enseignais l’Histoire de la pédagogie, j’étais engagée dans le diocèse au niveau de la pastorale de jeunes et de l’animation missionnaire. J’avais mes amis et mes intérêts ; je me sentais à laise dans ma vie quotidienne. Mais Dieu avait préparé une surprise pour moi.

Pendant un congrès missionnaire, j’ai fait une rencontre qui a bouleversé tout mon projet de vie. J’ai connu les Oblats de Marie Immaculée et je suis restée touchée par le charisme de S. Eugène de Mazenod : le désir de vivre le même amour passionné pour l’humanité et son zèle missionnaire est né dans mon coeur. Mais comment je pouvais vivre tout cela en tant que femme dans la vocation séculaire ? J’ai connu l’institut des Comi (Coopératrices oblates missionnaires de l’Immaculée) et j’ai compris que j’avais trouvé ma place : être totalement consacrée à Dieu dans le monde et au dedans du monde.

Pendant le temps de ma formation, je suis restée en famille, j’ai continué ma profession ou mon travail et mon engagement dans l’église locale.

Un an après ma première oblation, j’ai compris que le Seigneur me demandait encore quelque chose : quitter mon village, laisser mes parents, mon travail, mes amis pour aller vivre en communauté. Heureusement dans notre Institut il y a la possibilité de choisir la vie communautaire.

J’ai commencé mon expérience à Messina, Sicilia. C’était une présence pour l’animation missionnaire à côté des OMI tout en continuant ma profession à l’école. Je suis restée là-bas pendant dix ans. Il y a eu pendant cette période une croissance de ma vie au niveau spirituel et humain dans l’harmonie et la joie. Dieu est amour et l’amour accueilli jour après jour devient l’œuvre d’un artiste très créatif et capable de modeler ton caractère, ta sensibilité, ton intelligence… tout de toi.

Plus tard l’Institut m’a demandé une disponibilité à plein temps pour l’administration générale, au niveau de conseil et au service de la formation. J’ai abandonné l’enseignement et je suis allée vivre à Rome, à la maison générale. C’est un autre chapitre dans l’histoire de ma vie qui m’a demandé encore une fois de croître dans la confiance et dans la disponibilité.

Vivre dans à la maison générale a été pour moi une chance parce que j’ai bien partagé la vie avec mes sœurs Comi, j’ai vécu près du p. fondateur, Liuzzo. J’ai été aidée à mettre mes talents en œuvre et ma compétence au service du charisme de l’institut. C’est pendant ce temps que j’ai complété mes études : un cours biennale de spiritualité au Theresianum et la spécialisation psychologique dans le domaine de la formation.

Dans mon cœur il y avait toujours le désir de la mission ad gentes. J’avais vécu quelques mois en Uruguay, je connaissais le Sénégal. Au mois de décembre 2002 je suis venue ici au Congo pour la première fois : une visite brève qui a ouvert, encore une fois, dans ma vie une nouvelle page que Dieu est en train d’écrire.

Je considère comme une grâce spéciale l’expérience que je suis en train de vivre ici à Kinshasa avec mes petites sœurs, et je suis très contente de célébrer ici mon anniversaire de consécration parce que je suis devenue Comi pour suivre le Christ sur la route de sa mission.

Ce soir je dois remercier d’une façon spéciale le Rév. p. provincial pour avoir présidé à cette messe, le p. vicaire et la communauté de la maison provinciale qui nous ont permis de fêter ici ; merci à mons. Eko, au p. J. Bosco, conseiller général, merci à tous les Omi qui ont participé à la célébration et à tous ceux qui ont prié de près ou de loin pour moi.
Un grand merci à Mimmina pour sa présence qui est le signe de la participation du conseil général des Comi et de la Présidente ; merci à vous tous, mes amis parce que vous avez prié avec moi et pour moi.

Et merci de tout coeur aux aspirantes Comi qui ont travaillé beaucoup et avec amour pour préparer cette fête et la faire une occasion de témoignage d’amour fraternel.

Mon cœur est rempli de reconnaissance envers Dieu pour tout ce que j’ai reçu de lui ; je lui demande pour moi et pour vous tous la persévérance jusqu’à la mort, la fidélité amoureuse à sa volonté, la joie de se reconnaître comme épouse bien aimée.

Que s. Eugène, avec tous les Oblats et les Comi qui sont déjà dans l’oasis céleste intercèdent pour nous.
Amen.

Antonietta

Photos de Jubilé