Ayaas ancien logo  

 

V.1.2. Au niveau des critères

.  

    A ce niveau, les NGF, en tant que directives, n’entrent point en détails d’ordre pratique. Elles s’arrêtent plutôt aux lignes générales en affirmant tout haut, par exemple, que les aptitudes requises par la vie et la mission des Oblats : dons, talents, qualités, croissance personnelle et décision personnelle justement motivée de faire sienne la vie et la mission des Oblats et d’y persévérer viennent de Dieu. Mais pour déterminer ces grâces, ce qui nous intéresserait davantage, elles se contentent de citer en bloc l’aptitude d’ordre physique, psychique, intellectuel, moral et spirituel permettant au candidat de s’engager et de s’épanouir dans la Congrégation[1].

    Quant à les repérer, les éducateurs observeront la façon d’étudier du candidat, ses relations avec les autres, ses antécédents personnels, familiaux, éducatifs et sociaux, sa vie de prière, son engagement de chrétien laïc[2], avec une attention spéciale sur les dispositions de la Règle 40 que nous venons de mentionner, à savoir : maturité, connaissance suffisante de la doctrine chrétienne et constance dans la foi et la vie chrétienne, amour des pauvres et aptitude à la vie communautaire. Cependant, illusion à part, les éducateurs ne doivent pas oublier que l’aspirant n’est pas encore un Oblat :

“Quand on suppute les signes de vocation, il faut être attentif surtout aux possibilités de l’aspirant et ne pas exiger qu’il soit capable de réaliser dès le départ tout ce qui lui sera demandé au noviciat ou plus tard[3].

    Les éducateurs doivent mettre l’accent plutôt sur l’intention droite de l’aspirant : “La volonté sincère et ferme de continuer à rechercher la volonté de Dieu sur lui et de prendre les moyens pour y correspondre[4]. Elles invitent en outre, les NGF, à prendre en considération, pendant le discernement, les empêchements d’ordre canonique et ce que dicte la prudence : santé physique ou psychique, identité sexuelle ainsi que les attitudes d’ordre moral ou spirituel[5].

    Il ressort clairement de ce niveau que sont signes de la vocation oblate les vertus surnaturelles, l’aptitude physique, psychique, intellectuelle, morale et spirituelle, ce qui correspond à peu près à nos troisième et quatrième chapitres.



[1] Cf. NGF, 27.

[2] Cf. Ibid., 27-28.

[3] Ibid., 27.

[4] Ibid., 28.

[5] Cf. Ibid.