Ayaas ancien logo  
Chapitre II

Motifs du projet de vie du candidat: premier signe de la vocation oblate

.  

    L’analyse de quelques cas concrets nous a révélé le type d’homme que voudrait Mgr de Mazenod pour sa Congrégation. Grâce à elle, nous avons compris que tout discernement des vocations oblates doit commencer par examiner minutieusement les motifs qui conduisent le candidat à frapper à la porte des Oblats. Nous en retenons globalement deux : l’esprit de la Congrégation et la réponse du candidat à l’appel divin. Ce second chapitre voudrait montrer combien ces deux motifs devront être considérés comme premier signe de la vocation oblate. Car rien de plus profond ne pourrait attirer un jeune à la Congrégation que l’esprit même de l’Institut et l’invitation de Dieu à correspondre à la grâce de la même famille religieuse.

    Par l’esprit de la Congrégation, nous sous-entendons l’esprit qui poussa Eugène de Mazenod et à la voie sacerdotale et à fonder une Congrégation religieuse[1]. Lui-même parle de trois aspects qui ne constituent qu’une seule réalité : la gloire de Dieu, le service de l’Église et le salut des âmes que les spécialistes de la spiritualité oblate appellent communément “la triade mystique de la Congrégation[2]. Elle correspond à l’unique triple but de la Rédemption que saint Paul nous fait découvrir au début de sa lettre aux Ephésiens (1, 3-4)[3]. Nous verrons comment chacun de ces aspects mérite d’être considéré comme signe constitutif de la vocation oblate.

    Et par la réponse du candidat à l’appel divin, nous sous-entendons les dispositions qui attestent l’existence de la vocation divine chez le candidat et sa correspondance à la vie oblate. Nous en retiendrons quatre : un appel qui vient de Dieu, la volonté droite, l’attachement à Jésus-Christ et le désir de devenir “franchement saint”. Il vaut bien la peine d’examiner ces premiers éléments avant le discours sur les autres aptitudes indispensables de l’aspirant oblat.



[1] Cf. MORABITO J., “Je serai prêtre”. Eugène de Mazenod, de Venise à Saint-Sulpice (1794-1811). in EO 13, 1954, 1-200 ; BOUTIN L.-N., La spiritualité de Mgr de Mazenod, Fondateur des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. Essai de synthèse, Chambly 19G6, 13-34.

[2] Cf. GRATTON H., La dévotion salvatorienne du Fondateur aux premières années de son sacerdoce. Essai psychologique d’après ses écrits, in EO. 1, 1942, 1G9.

[3] Cf. CHARLAND P.-E., Une retraite oblate selon la méthode des exercices spirituels de S. Ignace, in EO. 18, 1959, 19-20.