Ayaas ancien logo  

Introduction (fin)

    Mais quel serait l’apport scientifique des résultats de notre recherche ? Dans ses Méditations, BOISRAME ne consacre que cinq pages à “ce qu’exige le Fondateur des Oblats de ceux qui viennent faire partie de sa Société[1] et n’indique que trois dispositions : l’immolation de la nature, la régularité parfaite et la franche sainteté. Les anciennes CC RR parlent très explicitement de “qualités requises pour être reçu” dans la Congrégation[2]. Et les NGF dressent, elles aussi, partant des CC RR, la liste des éléments essentiels de discernement de vocation oblate. La revue trimestrielle “Études Oblates” qui paraît depuis 1942 (“Vie Oblate Life” depuis 1974) dans le but d’illustrer et explorer l’héritage spirituel de Mgr de Mazenod contient plusieurs articles centrés principalement sur la formation oblate. Certains ont suffisamment parlé de la “triade mystique” de la Congrégation qui est l’objet de la première moitié de notre deuxième chapitre. PETRIN souligne dans son article[3] les dispositions intellectuelles de l’aspirant oblat partant de la Règle. Pourtant nous avons choisi de développer notre thème partant d’une portion des lettres du Fondateur et non pas de nos CC RR !

    Notre exposé, s’inspirant des ouvrages du Père DELBREL[4], spécialement en la formulation de son titre, et de l’article du Père JETTÉ[5] pourrait être une bonne contribution scientifique aux “Études Oblates” en ce qu’il est un sujet d’actualité, nouveau dans sa formulation et donc, de grande importance pour les éducateurs et les jeunes en formation. Il est précieux surtout parce qu’il réussit à se concentrer uniquement sur la période de la pensée la plus rigoureuse du Fondateur en matière de formation religieuse. En outre, il regroupe harmonieusement les exigences recueillies en trois points de repère qui valent la peine d’être observés pour un discernement fructueux, à savoir : les motifs du projet de vie du candidat, les vertus “oblates”, les talents et les autres bonnes dispositions de l’aspirant. Toute notre analyse consistera à montrer combien ces trois réalités présentes dans les lettres du Bienheureux Eugène de Mazenod pourraient être considérées comme signes de la vocation oblate.



[1] Cf. BOISRAME P., Méditations. Pour tous les jours de l’année, I, Marne et fils, Tours 1887, 220-224.

[2] Cf. CC RR 1818, 82-85.

[3] PETRIN J., Qualités intellectuelles de l’aspirant oblat,, in EO_ 6, 1947, 183-201.

[4] DELBREL J., M-je la vocation ?, De Gigord, Paris 1918 ; ID., A-t-il la vocation ?, Apostolat de la prière, Toulouse 1925.

[5] JETTE F., Guide pour le discernement et la culture des vocations sacerdotales oblates à l’usage des directeurs spirituels, in EO 23, 1964, 3-76.