Ayaas ancien logo  

Les images et la sainteté de l’Église. Étude sur l’ecclésiologie de Tertullien et de Cyprien

Résumé

Cyrille Atitung (dr)

La question du salut et de l’« espace » de son expression ici-bas a toujours été, depuis des lustres, le point de recherche existentielle de tous les temps, des païens comme des chrétiens. Ces derniers trouvent en l’Église un espace prélude du salut, puisque constituée et mise à part par Dieu, et placée dans la sphère divine. Cette auto-compréhension est une œuvre de longue haleine que les générations des chrétiens ont assumée avec foi et espérance, au-delà de la misère humaine. Le modèle de vie de Jésus de Nazareth avait fait date et le destin de ses disciples en était profondément marqué.

Déjà dans l’Écriture, les chrétiens exprimaient le modèle religieux reçu du Christ, fondateur de l’Église, comme espace du salut. Ce modèle religieux n’avait pas seulement ouvert la voie à des conflits avec les Juifs et les païens, mais il a rencontré aussi des contrastes au sein de la communauté chrétienne malgré sa prise de conscience d’auto-définition de sa propre identité.

Notre travail intitulé : Les images et la sainteté de l’Église. Étude sur l’ecclésiologie de Tertullien et de Cyprien, s’insère dans cette dynamique de l’auto-compréhension de la communauté chrétienne. La typologie ecclésiologique se fait ainsi l’interprète des écrivains chrétiens à cet effet. Elle est une proposition et une revendication de l’identité de la communauté chrétienne. Comment être une communauté qui incarne le vécu de Christ ? De quelle manière présenter l’Église? Comment est-elle sainte ? L’auto-compréhension de l’Église par les chrétiens en ces premiers siècles est un sujet d’une grande ampleur, il jette déjà les jalons d’une réflexion à venir.

Tertullien et Cyprien ont contribué, chacun à sa manière, à mettre en évidence ces deux aspects. Certaines positions peuvent certes choquer, mais il faut reconnaître qu’elles portent le sceau de cette situation particulière africaine. Chacun a tenté d’orienter les images sur l’Église et la conception de la sainteté dans un contexte particulier, avec l’héritage de la culture reçue et de la vision des convictions personnelles. Aujourd’hui, nous menons ces réflexions avec un peu plus de recul après vingt siècles d’écart, avec des positions équilibrées, vu l’héritage de la tradition en notre possession ; mais ce n’était pas le cas aux premiers siècles du christianisme. Les Pères ont posé les premiers jalons dans une recherche harassante et difficile, dans les tâtonnements, et parfois au milieu des déviations. La pression des événements les a contraints à défendre à tout prix la communauté chrétienne qui n’était qu’à son début. C’était le travail des pionniers, lequel comporte des avancés et des ratés comme c’est souvent le cas dans une entreprise humaine.

Cyrille Atitung à la soutenance

Invitation à la Soutenance