Ayaas ancien logo  

Notice sur la vie de Guy HOMERY, Fondateur de l'I.F.D.P.

3.4. Guy HOMERY et les pauvres

Pour exprimer son amour pour Jésus-Christ et  pour les pauvres, Guy HOMERY avait fait graver sur une pierre de la façade de la pre­mière maison, la phrase suivante : "COR AMATOR PAUPERUM". A côté de cette phrase, il fit dessiner  un coeur portant une flamme. Par là, l'auteur traduisait sa conviction que Dieu est source de tout amour. Il avait expérimenté que ce coeur qui a la passion des pauvres est d'abord le coeur de Dieu. Guy HOMERY est le premier pauvre que Dieu aime: "Ce Dieu de bonté a bien voulu se servir du der­nier et du plus indigne de ses ministres ..."[1].

C'est aussi Dieu qui lui donnait un coeur compatissant aux be­soins des pauvres et qui l'exhortait à partager avec eux le  pain qu'il n'avait lui-même qu'à la sueur de son travail. Mais  son amour  pour les pauvres était si grand que, lorsque le fruit de son travail ne suffi­sait pas, il recourait à l'aumône. Par cette dernière activité,  l'Abbé Guy HOMERY ne cherchait pas  à amass­er", à "thésauriser", à mettre en réserve mais à distribuer aux nécessiteux. C'était aussi pour  lui une façon d'inciter ses compatriotes à la compassion et au sens du partage avec les plus démunis. Il ne se gênait d'ailleurs pas pour dur­cir le ton quand il s'agissait de la cause des pauvres.

Chez l'Abbé Guy HOMERY, l'amour des pauvres fait partie inté­grante de l'amour du Christ pauvre. Les pauvres, ce sont les membres indigents de Jésus‑Christ : "Ce que vous faites au plus petit des miens, c'est à moi que vous le faites" (Mt. 25, 40).  

Ainsi l'esprit d'humilité, de service, de simplicité et de zèle apos­tolique caractérisait toute la vie de l'abbé HOMERY dans sa collabo­ration au  projet de Dieu qui est de mettre l'homme debout. A la ma­nière des prophètes, lors de son discours du 20 octobre 1822, il dé­nonça les injustices, les jouissances de son temps et appela à la com­passion.

Ce parcours nous a montré l'intensité de la grâce de Dieu dans la vie du fondateur de l'I.F.D.P. Son coeur totalement livré à Dieu a ap­pris à aimer passionnément les pauvres, jusqu'à s'engager de manière affective et effective pour leur libération de la servitude, de la misère, de l'exclu­sion sociale.

Dans le deuxième chapitre, nous allons essayer de définir théolo­giquement ce don reçu par Guy HOMERY  et ses premières collabora­trices. Nous donnerons d'abord quelques éléments caractérisant les F.D.P., puis l'attitude de Jésus et de son Église face aux pauvres. 



[1] Ibid., f° 13, p. 9.