Nous sommes le 17/07/2018 et il est 04h12 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Un partage spirituel
(Roger Gruber)

Ce 17/07/2018, vous êtes chez Monsieur Roger Gruber de France, laïc associé aux OMI et membre honoraire de la Congrégation fondée par saint Eugène de Mazenod à Aix-en-Provence. Dans cet espace qui lui est réservé il partage ses réflexions et ses interpellations. Il propose aussi la prière de Neuvaine pour cultiver la dévotion à la Très Sainte Vierge Marie. "Soyons des appelants vocationnels auprès des jeunes que le Seigneur met sur notre route". Telle est la préoccupation de Roger. Telle est également sa recommandation toute personne de bonne volonté. Les internautes y découvriront la joie de vivre et de nouvelles raisons d'espérer.


Jésus Mafa

Roger GRUBER a rejoint la maison de Dieu

    08/06/2013 - Avec émotion nous avons appris le décès de Roger GRUBER, notre cher ami et collaborateur d’ayaas.net. Voici les circonstances de sa disparition dans le message que son fils, le Père Vincent GRUBER, omi, a adressé aux Aminautes de Roger.

Roger GruberMardi 4 juin dernier, Roger, mon papa, venait de faire un arrêt cardiaque dans les bras du kiné. Il a été pris en charge en réanimation médicale au nouvel hôpital civil de Strasbourg. Après une mise en coma artificiel, son état s’est dégradé peu à peu.
Roger vient de rendre son âme à Dieu ce jeudi 6 juin 2013 à 13h.
Je l'ai encore béni et lui ai parlé dans l'ambulance ainsi qu'en réanimation. Depuis plusieurs semaines, il souhaitait rejoindre la maison de Dieu et se sentait très diminué au niveau des jambes et des mains. Il est parti en paix sans souffrance après une vie partagée, éprouvée, donnée aux autres. Un vrai missionnaire oblat d’honneur.
Les obsèques auront lieu le mardi 11 juin 2013 à 15h en la chapelle des Oblats au 231 Route de la Wantzenau à Strasbourg.
L'inhumation aura lieu au cimetière municipal de Bischheim (le long de l'avenue de Périgueux) le même jour autour de 16h15. […]Marie-Louise, ma maman tient le coup pour le moment et vous embrasse. Bien unis à vous et merci pour tout ce que vous avez vécu avec lui. La mission continue,
Vincent, son fils, missionnaire omi

    MERCI Roger pour ton témoignage de vie chrétienne authentique. Ayaas et ses visiteurs/visiteuses n’oublieront jamais ta précieuse contribution spirituelle. Nous saluons en toi l’acteur dynamique de la nouvelle évangélisation via le Web, l’homme de foi vivante, amoureux de Dieu au cœur sans frontière, simple, ouvert à ton monde et à d’autres cultures du monde entier. Que ton âme repose en paix! «La mission continue». Toute notre sympathie à la famille éprouvée, avec l'assurance de nos prières en Jésus et Marie Immaculée. (ayaas)
 


Réflexion pour la vie

Voici une réflexion pour la vie; qu'elle nous aide à prendre conscience de l'importance de notre mission de baptisé. C'est un appel à la vocation, à ma vocation! Soyons la bouche, les oreilles, les mains et les pieds du Christ. Ayons une foi de missionnaire! «Seigneur, fais qu'aujourd'hui j'entende clairement ta voix. Aide-moi à écouter et à embrasser ton message avec un cœur ouvert. Raffermis ma foi. Donne-moi le courage de faire ta volonté et non la mienne.»

La foi est une histoire personnelle, une rencontre et un dialogue entre un être humain et son Dieu. C'est incroyable mais bien vrai: parmi les milliards d'hommes sur la terre actuellement, Dieu nous connaît par Jésus paroles de vienotre prénom. Il veut nous parler, nous laisser parler, nous écouter, nous rendre heureux, nous révéler un amour aux dimensions infinies et aux surprises nombreuses. Les vocations sont diverses: il y a celle des laïcs, qui sont le plus souvent appelés au mariage et qui reçoivent le don de semer l'Évangile en plein monde; celle des religieux, appelés à "suivre le Christ de plus près": à vivre pauvres, chastes et obéissants comme Lui, simplement parce qu'ils l'aiment...

Ne sois pas étonné des obscurités, des combats que tu dois mener, des longues hésitations dont tu as parfois l'impression de ne pas pouvoir sortir. On n'édifie pas sa vie sans peine, sans rencontrer des obstacles, des difficultés. N'attends pas sans rien faire que la lumière te vienne d'en-haut, tout à coup. Tu pourrais attendre longtemps. Vis de ton mieux la vie que Dieu te donne aujourd'hui, avec ses questions et ses luttes. C'est là qu'Il te parle. Tu veux la lumière: ne reste pas au bord du chemin à regarder les autres passer. Le Seigneur fait appel à ta liberté. Il te dit: "Si tu veux être mon disciple..." Il attend que tu t'ouvres à sa Parole et que tu lui fasses confiance. Car le plus grand risque que tu cours, c'est d'être propriétaire de ta vie, de ton projet, de ta vocation. Es-tu prêt à écouter ces paroles du Seigneur: "Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis"? Remets-toi entre ses mains, abandonne-lui ton avenir; sinon il ne pourra pas te conduire, tu ne serais pas assez disponible. Tu dis "je veux" avec beaucoup d'élan et de générosité, mais il faut que ton désir devienne réponse à son appel. A ton tour, dis-lui "Si tu le veux, Seigneur."

Se rendre prêt à faire ce que le Seigneur veut est une entreprise difficile. Bien des obstacles se dressent entre nous, plus ou moins subtils. En particulier, nous craignons de perdre la maîtrise de notre vie à laquelle nous tenons tant, nous avons peur de ne plus être responsables de nos décisions. Et pourtant tu verras: si tu peux dire au Seigneur: «Oui Seigneur, je veux ce que tu veux», tu seras étonnamment libre. Et si tu ne comprends pas tout de suite comment on peut être à la fois responsable et non-propriétaire, libre et disponible entre les mains de Dieu, ne t'étonne pas. Ce n'est pas un problème à résoudre. C'est une expérience à faire, à vivre. Laisse au Seigneur le temps de t'y conduire.

(Texte glané sur un site religieux, introduit, mis en forme et illustré par Roger Gruber, laïc associé aux Oblats)

Haut


Prière du chapelet pour les vocations sacerdotales et religieuses

Chers amis et amies,

Nous voici à mi-chemin dans la célébration de cette année sacerdotale 19 juin 2009 - 19 juin 2010. Sommes-nous fidèles à la prière pour nos prêtres et pour les vocations sacerdotales et religieuses dont le monde actuel a tant besoin et à laquelle nous sommes invités? Il n'est jamais trop tard pour se joindre à ce monastère invisible que nous formons à travers les cinq continents.

Voici ci-joint une méditation du mystère lumineux qui nous est proposée pour enrichir notre prière personnelle durant cette année sacerdotale. Nous pouvons fractionner le Mystère en priant chaque jour une dizaine. Chacun à son rythme et à sa convenance. Très fraternellement en union de prière.

(Marie-Louise et Roger Gruber, Jeudi 12 novembre 2009)

«Le Christ ne cesse d’appeler des hommes à le suivre et à prêcher le Royaume. (…) Nous sommes tous invités à prier et à faire prier pour que le Maître de la moisson envoie des ouvriers à sa moisson» (C.52)… et ceci plus particulièrement durant cette année sacerdotale.

Mystères Lumineux

1. Baptême de Jésus

Jésus Mafa«Mes bien-aimés, voyez comme il est grand, l’amour dont le Père nous a comblés; il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes» (1 Jean 3:1).

Jésus, la lumière du monde, se fait solidaire de tous ceux qui désirent sortir des ténèbres. Il se fait proche de tous ceux qui ont besoin du salut. Sa mission commence au moment du baptême. Le baptême est la source de toute vocation et le départ de toute mission. L’appel de Jésus Christ et le contenu de la mission qu’il nous confie se résument dans ce témoignage de Dieu qui a retenti sur les eaux du Jourdain et qui n’a rien perdu de sa vivacité: «Tu es mon enfant bien-aimé; en toi j’ai mis tout mon amour. Je t’aime tel que tu es. Je te fais confiance. Tu as du prix à mes yeux». Puisque nous croyons en ce Dieu qui est Amour et qui aime chaque personne, nous croyons qu’il continue d’appeler des témoins de cet amour. C’est pourquoi nous prions:

Seigneur, ravive en nous la source de notre propre baptême et le désir de la sainteté. Éveille dans le coeur de jeunes l’audace de répondre à l’appel de Jésus Christ. Qui vit et règne pour les siècles des siècles. Amen.

2. Noces de Cana

Jésus Mafa«Le maître du repas goûta l'eau changée en vin. Il ne savait pas d'où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l'eau.» (Jean 2:9)

Jésus, Marie et les disciples sont invités à un mariage. Les noces sont l’image du Royaume de Dieu. Dans ce Royaume Dieu souhaite le bonheur pour tous. Grâce à l’attention maternelle de Marie ceux qui célèbrent leur amour ne perdent pas la face.

Seuls les serviteurs, les hommes de l’ombre, ceux qui font confiance à Jésus, voient ce qui reste caché aux yeux des autres. Ils apprennent ce qu’est la tendresse du coeur de Jésus. Ils découvrent que l’amour fait des miracles, l’amour transforme.

Marie, suscite dans le coeur des jeunes le désir de faire tout ce que son Fils leur demande. Apprends-leur à faire confiance à Jésus et à se mettre comme toi à son service pour faire connaître aux plus délaissés le Christ et son Royaume.

3. Annonce du Royaume

Jésus Mafa«Jésus gravit la montagne, et il appela ceux qu'il voulait. Ils vinrent auprès de lui, et il en institua douze pour qu'ils soient avec lui, et pour les envoyer prêcher» (Marc 3:13-14)

«Aussitôt, laissant leur barque, ils le suivirent. Jésus, parcourant toute la Galilée, enseignait dans leurs synagogues, proclamait la Bonne Nouvelle du Royaume, guérissait toute maladie et toute infirmité dans le peuple» (Mattieu 4:22-23)

Voilà le chemin de la mission: rester près de Jésus et aller avec lui à la rencontre de ceux dont la condition réclame à grands cris une espérance et un salut; aller vers ceux que l’Église atteint le moins.

«La charité embrasse tout; et pour des besoins nouveaux, elle invente, quand il le faut, des moyens nouveaux» ( saint Eugène de Mazenod)

Marie, la première disciple, toi qui as accepté de te mettre au service du dessein de Dieu par le don total de ta vie, prie le Maître de la moisson d’envoyer de nombreux ouvriers à sa moisson.

4. Transfiguration

Jésus MafaJésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. (…) Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le.» (Marc 9:2.7)

Certains disciples ont eu la chance d’être éclairés par Jésus la lumière du monde: lumière qui permet de voir au-delà des apparences et qui rassure devant les épreuves. La vie consacrée a pour mission de révéler cette Lumière qui transfigure le monde en relevant l’humanité au-dessus de ce qui est périssable. Jésus appelle et invite à vivre dans sa lumière. Tous ceux qui restent attentifs à sa parole témoignent du bonheur de confier leur vie à Jésus: «Seigneur, il est heureux que nous soyons ici» (Matthieu 17:4).

Seigneur, aide-nous à nous lever au-dessus de ce qui décourage et à voir dans ta lumière les raisons d’espérer. Transforme notre monde grâce à celles et ceux qui répondant à ton appel décident d’aller partout où toi-même tu désires te rendre. Toi qui vis et règnes pour les siècles des siècles. Amen.

5. Eucharistie

Jésus MafaQuand l'heure fut venue, il se mit à table et les apôtres avec lui; et il leur dit: «J'ai ardemment désiré manger cette pâque avec vous avant de souffrir. Car, je vous le dis, je ne la mangerai plus jusqu'à ce qu'elle soit accomplie dans le royaume de Dieu.» Et, prenant une coupe, il rendit grâces et dit: «Prenez-la et partagez entre vous. Car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du produit de la vigne, jusqu'à ce que le royaume de Dieu soit venu.» Et il prit du pain, et, après avoir rendu grâces, il le rompit et le leur donna, en disant: «Ceci est mon corps, donné pour vous. Faites ceci en mémoire de moi.» Et pareillement pour la coupe, après qu'ils eurent soupé, en disant: «Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, répandu pour vous.» (Luc 22:14-20)

Signe de sa présence. la communion eucharistique, fruit du sacrifice de Jésus sur la croix, révèle son désir de demeurer en chacun de nous comme un ami. Devenant les amis de Jésus, nous sommes appelés à agir comme lui. Il a lavé humblement les pieds de ses disciples avec amour. Il nous demande de nous laver les pieds les uns des autres, devenant ainsi serviteurs aimants et compatissants, pardonnant à ceux qui nous ont blessés, comme lui, notre Ami bien-aimé, a aimé et pardonné.

Seigneur, qui nous as donné dans l’Eucharistie un lieu privilégié de la rencontre avec toi et entre nous, apprends-nous et à tous les jeunes sur lesquels tu poses un regard d’amour, à faire de notre vie un don désintéressé pour le salut du monde. Toi qui vis et règnes pour les siècles des siècles. Amen.

(Après chaque méditation du Mystère: Prions 1 Notre Père, 10 Je vous salue et un gloire au Père)

(Texte du P. Wojciech KOWALEWSKI, Missionnaire Oblat de Marie Immaculée, Pastorale des jeunes au Sanctuaire de LOURDES) . (Mis en forme et illustration avec des images de la «Vie de Jésus Mafa» par Roger Gruber, laïc associé aux OMI).

Haut


Puissance de la Parole de Dieu: Témoignage

(Texte partagé par Roger GRUBER)

De même que la pluie et la neige descendent des cieux et n'y retournent sans avoir arrosé la terre, sans l'avoir fécondée et l'avoir fait germer pour fournir la semence au semeur et le pain à manger, ainsi en est-il de la Parole qui sort de ma bouche, elle ne revient pas vers moi sans effet, sans avoir accompli ce que j'ai voulu et réalisé l'objet de sa mission. (Isaïe 55:10-11)

Voici le témoignage d'André Levet:

«Dans ma prison, une lumière apparut»

André Levet... Cet ancien gangster est né en 1932, dans une famille «athée» et ce n'est pas à la maison qu'il entendit parler de Dieu. La seconde guerre mondiale frappe la France et André a déjà perdu sa mère lorsque son père est déporté à Auschwitz. Il n'a pas dix ans! Recueilli dans une ferme des Pyrénées, il y a reçu «plus de coups de pieds au cul que de caresses», selon ses propres mots. Son père libéré en 1945 tente un remariage qu'André n'accepte pas. A 13 ans, il fuit... son enfer commence.

LevetJe n'ai pas accepté ma nouvelle belle-mère et je me suis enfui à Marseille à l'âge de 13 ans, couchant dans les rues et déchargeant des camions.

A cette époque, la police m'arrêta et me mit en prison, aux Baumettes, en attendant de me rendre à ma famille. Au contact des autres prisonniers, je suis devenu un petit délinquant, apprenant toutes les ficelles du «métier». Une fois rendu à mes parents, je me suis à nouveau enfui, et j'ai commencé une carrière de délinquant. A 15 ans j'ai été arrêté pour une attaque à main armée, et mis en prison jusqu'à ma majorité. A 18 ans, on avait la possibilité de s'engager pour faire la guerre d'Indochine, ce que j'ai fait pour éviter la prison. J'ai été blessé et rapatrié en France.

Je me lance dans «les affaires»

Après cela, fort de mes expériences militaires et carcérales, je suis devenu le chef d'une bande de gangsters, spécialisée dans le braquage des banques.

Un jour, alors que j'étais venu à Laval pour une «affaire», j'ai aperçu un curé en robe, de l'autre côté de la route. Je suis allé vers lui et, n'en ayant jamais vu auparavant, je lui ai demandé s'il était un homme ou une femme. Il m'a répondu: «je suis un serviteur de Dieu». Dieu, c'est mon patron! Je lui ai dit: «ton Dieu, où il est? On ne le voit pas». Il a répliqué: «je vois que tu ne connais pas Dieu, mais si un jour tu as du temps, viens en discuter avec moi, 12 bis rue de Solférino». Je n'ai jamais oublié cette adresse.

Plusieurs mois après, alors que j'étais de passage à Laval pour une autre «affaire», je suis tombé par hasard dans cette rue. Je suis allé voir le curé, il était là et m'a dit: «je t'attendais». Ce curé est devenu mon ami, il me donnait des conseils, que je ne suivais pas, et chaque fois qu'il me parlait de Dieu, je lui disais: «laisse ton Dieu où il est». Quelque temps plus tard, je me trouvais à Rennes pour attaquer une banque. Là, l'affaire a mal tourné, mon copain a été tué et j'ai été arrêté. Je me suis évadé, j'ai gagné l'Amérique du sud où j'ai organisé un trafic de drogue...

3 fois évadé, 3 fois repris

Revenu en France, je suis arrêté de nouveau, pour m'évader encore. 3 fois évadé, 3 fois repris. Toutes mes affaires vont me valoir 120 ans de prison, s'il fallait tout cumuler. On me transfert à Clairvaux dans la prison des durs et avec des copains je vais tenter une évasion en creusant un tunnel, comme dans le film «la grande vadrouille». L'évasion a failli réussir, mais nous avons été repris. J'ai encore tenté une autre évasion, seul, en crochetant un gardien avec une arme. Là encore je me suis fait prendre. Ils ont décidé de m'envoyer à Château Thierry. Le directeur m'a reçu avec ces paroles: «ici, tu marches ou tu crèves!» J'ai répondu en lui balançant le bureau sur la tête. Ils m'ont mis dans une toute petite cellule avec un lit scellé. Mon curé ne m'a pas abandonné, il m'a envoyé une lettre par mois ou de temps en temps il me parlait de Dieu me disant qu'il était bon. Je lui ai répondu: «si ton Dieu est bon, pourquoi faut il qu'il y ait tant de guerres, de misère, pourquoi certains crèvent de faim alors que d'autres ont trop? Pourquoi certains ont plusieurs maisons alors que d'autres n'en ont pas?»

Le curé m'a répondu: «André, c'est toi le responsable». Quoi? Moi? Je voulais bien être responsable des braquages, mais pas de la misère du monde! Et puis un jour, le curé m'a envoyé un gros bouquin en me disant: «André, ce bouquin tu pourras le lire tout le temps, même après ta mort, en commençant par n'importe quelle page». Le gardien me l'a apporté en me disant: «c'est bien ce bouquin, tu devrais le lire, tu pourras même l'emporter au cachot». «Ca parle de quoi?» «Du bon Dieu», il me répond. «Quoi! C'est pas vrai! il m'a ramené son bon Dieu dans ma cellule!»

Mon curé m'écrivait tout le temps, en me suppliant de lire le livre. Je commence à lire la Bible.

Alors, pour lui faire plaisir, en 10 ans je l'ai ouvert 9 fois. J'ai commencé par lire les noces de Cana, où Jésus change l'eau en vin. J'ai tourné le robinet de mon lavabo en disant: «mec, fais couler du vin!» Ca n'a pas marché. Je l'ai écrit au curé en disant: «ton bouquin, ça ne marche pas». Mon curé m'a répondu: «André tu lis de travers, persévère». J'ai lu l'histoire de la Samaritaine, l'histoire de la résurrection de Lazare. Avec cette histoire j'ai été révolté, je ne pouvais pas la croire, et mon copain qui s'est fait descendre par les flics, il n'est pas ressuscité lui? Puis j'ai repris la lecture, longtemps après, et j'ai lu combien Jésus avait fait de bien aux gens et combien ils l'avaient maltraité, ils lui avaient craché dessus, ils l'avaient fouetté, injurié, puis cloué sur une croix. J'étais révolté je ne comprenais pas pourquoi on faisait autant de mal à quelqu'un qui faisait autant de bien.

Rendez vous à 2 heures du matin

J'abandonnais la lecture et je cherchais toujours à m'évader. J'attendais une arme et une lime, mais ces objets ont été interceptés. Il ne me restait plus aucun espoir, alors en désespoir de cause j'ai fait appel à Jésus. Je lui ai dit: si tu existes je te donne un rancart. Viens cette nuit à 2 heures du matin dans ma cellule et tu m'aideras à m'évader.

Je me suis endormi cette nuit là et d'un coup au milieu de la nuit j'ai été réveillé. Prêt à bondir, j'ai senti une présence dans ma cellule, mais je ne voyais personne. Puis j'ai entendu une voix claire et forte à l'intérieur de moi: "André, il est 2h du matin, on a rendez-vous." J'appelais le gardien en criant: c'est toi qui m'appelle? Non me dit-il. "Quelle heure est-il", demandais-je? "2 heures." "2 heures combien?" "2 heures pile", me répondit le gardien.

Puis la voix se fit entendre à nouveau: "Ne sois pas incrédule, je suis ton Dieu, le Dieu de tous les hommes." Mais je ne te vois pas! répondis-je.

A ce moment là, vers les barreaux de la lucarne une lumière apparut. Et dans cette lumière, un homme avec les mains et les pieds percés et un trou au côté droit. Il me dit: "C'est aussi pour toi." A ce moment là, les écailles de mes yeux, lourdes de 37 ans de péché, sont tombées et j'ai vu toute ma misère et toute ma méchanceté. Pour la première fois de ma vie, je fléchis, je courbe l'échine. Pour la première fois de ma vie, je tombe à genoux devant quelqu'un, et je pleure, parce que pour la première fois de ma vie, quelqu'un veut m'aimer.

Cinq heures durant, de deux heures du matin à l'ouverture des cellules à sept heures, je reste à genoux. il me faut refaire à l'envers la marche de tout le mal que j'ai commis, pour que ressorte de moi, comme d'un abcès trop mûr, tout le fardeau de chaînes, d'insultes, de coups, de poings tendus, de vols, toutes ces méchancetés, toute cette haine qui m'accablent, que je ne peux plus porter. Jésus, dans sa grande miséricorde, dans son grand amour est venu m'en libérer, moi, qui n'étais que boue. Et à genoux, là, dans ma cellule, la tête baissée, comme un petit écolier ne sachant pas sa leçon, j'ai compris que, pendant trente-sept années, j'avais été les clous des mains du Christ, les clous des pieds du Christ, que j'avais tous les jours de ma vie, pris la lance pour percer son côté.

Et demandant pardon, il me devenait impossible de lever les yeux vers Jésus, Jésus que désormais je connaissais.

A 7 heures les gardiens m'ont ouvert, ils m'ont vu à genoux et en pleurant, je leur dis: Je ne vous cracherais plus dessus, je ne frapperais plus personne, je ne volerais plus personne, car chaque fois que je le ferais c'est à Jésus que je le ferais. Les gardiens ont été surpris, ils ont cru dans un premier temps à une ruse de ma part. Puis rapidement, ils ont compris que j'avais totalement changé.

Plusieurs détenus ont été interpellés et ont pu eux aussi rencontrer ce Dieu merveilleux et changer de vie.

Je suis maintenant libéré, ma vie a totalement changé.

Depuis ma libération, bien des années ont passé. j'ai continué mon chemin de missionnaire avec Jésus, mon compagnon de route. Ensemble, nous parcourons des endroits miséreux. Je sème, je donne ce qu'un jour j'ai reçu gratuitement. Je veux le partager et le crier bien fort. Il est vivant. Comme un papillon je voyage de ville en ville pour parler de ce Dieu de miséricorde, de bonté et de liberté. Je témoigne avec force de ma rencontre, car Il est là, avec nous; Il est présent en nous; Il vit en nous. je suis un de ses tout petits serviteurs, ancien gangster repenti, qui a connu l'enfer de tous les grands pénitenciers du territoire français et des quartiers de haute sécurité sous le matricule 2835, jusqu'à ce que mon existence de détenu dangereux soit bouleversée par un rendez-vous fixé au Tout-Puissant. Alors ma vie a basculé; j'ai compris que l'homme a été créé pour la liberté. Et aujourd'hui, j'en témoigne.

(...) je rencontre bien souvent des gens qui me disent: "Comme tu as eu de la chance, tu as vu Jésus-Christ." Oui, c'est sans doute une grande grâce que d'avoir eu ce rendez-vous avec Jésus dans ma cellule. mais ce n'est certainement pas un privilège. Ma réponse reste et restera toujours la même: l'histoire de Thomas. "Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui ont cru sans avoir vu."

Certaines personnes me demandent aussi si je n'ai pas été victime d'une hallucination ou d'un rêve. Je peux dire avec franchise que je suis sûr d'avoir été confronté avec mon Dieu. Si ces personnes avaient vu ma cellule éclatante de cette belle lumière, elles n'en douteraient pas. D'autre part, il ne faut pas oublier que, durant cette nuit, le loup est devenu agneau.

Cette rencontre avec mon Jésus qui m'a sauvé, m'a enseigné ceci: Dieu a l'éternité pour Lui. Il nous attend à tout instant de notre vie: aujourd'hui comme hier, Il est sauveur. la Bible nous dit que mille ans sont comme un jour. Et un jour viendra, un jour sans fin, comme l'aurore de l'éternel matin où le Seigneur prendra possession du temps et le transformera en éternité.

Comme tout mon cœur, tout mon être, toute mon âme aimeraient inventer un distillateur de haine afin d'en extraire un philtre d'amour. Le monde ne serait plus qu'amour fraternel, toutes les forces de la haine seraient force d'aimer. Et ce serait le règne de Dieu qui verrait enfin sa créature mettre en pratique le commandement de son Fils bien-aimé, Notre-Seigneur Jésus-Christ: "Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés." (Jean 15:12)

Honneur, louange et gloire te soient donnés d'éternité en éternité. Amen.

Puisse cette histoire vous inspirer dans votre démarche spirituelle et quelle vous donne le courage de travailler cœur à cœur avec Jésus. Que Dieu vous bénisse tous! André Levet après sa libération.

Haut


Voir le beau et le bon!

(Texte assemblé, mis en forme et illustré par Roger GRUBER)

C'est une prière de louange! Le Christ nous appelle encore aujourd'hui à proclamer la Bonne Nouvelle à toute la création! (Marc 16:15) Marie, sa mère et notre mère, souligne toujours ce qu'il y a de beau et de bon, et le mal disparaît sans que l'on ait mis le doigt dessus. Alors positivons!

Ecoutons l'apôtre Jacques: De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu'il en soit ainsi. La source fait-elle jaillir par la même ouverture le doux et l'amer? (Jacques 3:10-11)

CiergesOui, portons le beau et le bon à notre entourage et allumons les bougies de l'espérance et de la charité, là où nous vivons! Bénissons et bénissons encore!

Aujourd'hui, nous sommes en terre de mission: soyons ces apôtres du 21ème siècle dont ce monde en désarroi a tant besoin. Dieu nous appelle aujourd'hui! Alors soyons audacieux pour l'Evangile: TEMOIGNONS… et OSONS sans cesse annoncer la BONNE NOUVELLE de Jésus-Christ!

Comment faisait Jésus il y a 2000 ans?

Jésus allait par les routes et annonçait la Bonne Nouvelle: les temps sont accomplis et le Royaume de Dieu est tout proche: convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle”. (Marc 1:15)

Jésus faisait des miracles pour attirer les foules et ensuite il enseignait. Aujourd'hui encore Jésus continue d'opérer des miracles, et nous appelle à les annoncer pour susciter l'intérêt et main_mainl'approfondissement qui peuvent conduire à la conversion.

Alors tous ensemble allons annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ mort et ressuscité.

Shalom in Christo! Que la Paix de Jésus-Christ soit en nous et entre nous!

Haut


Le prêtre catholique

Chers visiteurs et visiteuses,

Notre société a-t-elle encore besoin d'hommes qui se donnent entièrement à Dieu et aux frères et soeurs en humanité de toutes conditions, en vivant le célibat sacerdotal? Et pour nous que représente le prêtre dans notre vie de foi? Au fond, qu'est-ce qu'un prêtre catholique aujourd'hui?

Prêtre catholique

Prêtre burkinabéAujourd'hui encore, dans les cinq continents, des hommes s'engagent à la suite du Christ en devenant prêtre. C'est un engagement merveilleux, un don de soi, par amour de Dieu et des hommes. On perçoit le prêtre comme un célibataire, un homme très occupé, etc .Mais au fond, qu'est-ce qu'un prêtre? Pourquoi, depuis 2000 ans des hommes quittent tout pour suivre Jésus dans cette belle vocation?

Aujourd'hui plus que jamais, les hommes ont soif de connaître le Christ et d'être aimé par lui. C'est la mission du prêtre: un homme, appelé, passionné, et donné.

Un homme appelé ...

Le prêtre est un homme appelé: c'est-à-dire choisi par le Christ lui-même pour le service de l'Eglise. Cet appel (ou vocation) est double. D'une part, cet appel est une aspiration personnelle à servir le Christ et les hommes, qui grandit et s'affermit par la prière, lieu privilégié du dialogue avec Dieu. D'autre part, cet appel est celui de l'Eglise qui, par la voix d'un ami, parent, prêtre et ultimement par l'évêque, authentifie l'aspiration intérieure. On est définitivement sûr d'avoir la vocation par l'ordination sacerdotale. En fait, le prêtre reçoit sa vocation et il choisit simplement d'y répondre.

Saint Paul compare le ministre (serviteur) de l'Eglise à un intendant: "Qu'on nous regarde donc comme des serviteurs du Christ et des intendants des mystères de Dieu. Or, ce qu'en fin de compte on demande à des intendants, c'est que chacun soit trouvé fidèle" (1 Corinthiens 4:1-2). L'intendant est chargé de gérer les biens d'une autre personne, sans en être propriétaire.

C'est ainsi que le prêtre reçoit du Christ les biens du salut, pour les distribuer comme il convient aux personnes à qui il est envoyé. Il s'agit des biens de la foi. Le prêtre est donc l'homme du "mystère de la foi". (...) Personne ne peut se considérer comme le "propriétaire" de ces biens. Nous en sommes tous les bénéficiaires. Donc, en vertu de ce que le Christ a institué, le prêtre a le devoir d'en être l'intendant. (Jean-Paul II, Ma vocation, don et mystère)

Un homme passionné ...

Le prêtre est avant tout un passionné de Dieu et des hommes. Passionné de Dieu, car il a fait l'expérience personnelle de l'amour du Christ pour lui et souhaite la partager aux hommes. Il a découvert que Jésus est bel et bien vivant dans sa vie, aujourd'hui. Il est le Fils de Dieu fait homme, venu sur nos chemins, pour dire l'amour de son Père pour le monde. Aujourd'hui, l'homme appelé par Dieu à prendre part au sacerdoce du Christ, n'est pas meilleur que les autres. Il a toute sa vie pour approfondir le mystère de sa vocation. Bref, le prêtre soutenu par ses frères et ses soeurs dans la foi, se met en route chaque jour à la suite de Jésus-Christ, qui a donné sa vie pour que nous ayons la vie éternelle.

Passionné de Dieu, le prêtre est passionné des hommes. Comme prêtre, il continue d'appartenir à un peuple, une culture, une histoire. Le prêtre comprend et rejoint les hommes de son temps. "Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi [ceux] des disciples du Christ, et il n'est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur coeur." (Concile Vatican II, Constitution sur l'Eglise dans le monde de ce temps, n°1)

Le prêtre vit au coeur du monde sans vivre comme le monde, car il appartient à Dieu pour continuer la mission du Christ Sauveur et Miséricordieux pour les pécheurs. Etre passionné des hommes, cela signifie Ordination sacerdotalevouloir leur bonheur, leur paix, leur joie, non seulement pour la vie sur cette terre, mais pour la vie éternelle donnée par le Christ. Cette mission fait de lui un pasteur, à l'image du Christ, qui mène les brebis qui lui sont confiées, vers le Ciel, la maison du Père. Il connaît ses brebis, les conduit, prend soin d'elles, les nourrit ... Il va chercher la brebis perdue et il est prêt à donner sa vie pour elle.

Enfin, le prêtre est passionné de l'Eglise. Le Christ est l'époux de l'Eglise, Il l'a aimée et s'est livré pour elle. Dans son sacerdoce, le prêtre se livre tout entier aussi, jusque dans le célibat, qui signifie le don radical de soi-même, jusque dans son corps à Dieu et aux hommes.

Un homme donné ...

Le prêtre est un homme donné par amour et pour le service. Il ressemble au Christ Tête du Corps son Eglise, c'est-à-dire qu'il est ordonné pour le service de l'Eglise. Son autorité dans la hiérarchie de l'Eglise est celle du serviteur: une autorité d'amour et de service: "Si quelqu'un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous" (Marc 9:35), nous dit Jésus. Au cours de son dernier repas avec ses disciples, le Christ nous donne aussi l'exemple du lavement des pieds. Le Christ est le premier à se donner pour nous entraîner à sa suite. A la suite du Christ serviteur, le prêtre est le premier à se donner pour que tous puissent se donner avec lui, à Dieu. En ce sens, le prêtre est un homme donné aux autres et à Dieu.

Donné, c'est-à-dire appartenant au Christ, il peut à son tour le donner au monde. Comment? Il donne Jésus au travers des sacrements, où il agit au nom du Christ, en la personne du Christ. Il donne Jésus quand il annonce sa Parole, quand il rend visite aux personnes souffrantes, aux plus pauvres. Mais on ne peut donner que ce qu'on a reçu. Le prêtre vit de cette intimité avec Jésus, dans une relation de coeur à coeur, qu'il trouve dans la prière, dans la célébration de l'Eucharistie, et aussi dans la confession, dans laquelle il se reconnaît pécheur, limité, et où il accueille pour lui la miséricorde du Seigneur.

Enfin, dans le prêtre ordonné par l'Eglise pour les hommes, c'est Jésus qui se donne et qui donne en lui. Le prêtre n'imite pas le Christ, mais par grâce, il devient un autre Christ. Dans tout ce qu'il est et dans tout ce qu'il fait, le Christ est présent. Il est "avec lui, par lui et en lui", pour répandre l'amour de Dieu qui sauve le monde. Unissons notre prière à celle de notre saint Père le Pape Benoît XVI

Prière de Benoît XVI pour les vocations sacerdotales

Marie-ReineÔ Père, fais se lever parmi les chrétiens de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, qui maintiennent la foi vivante et gardent une mémoire pleine de gratitude de ton Fils Jésus, par la prédication de sa Parole et l'administration des sacrements, par lesquels tu renouvelles continuellement tes fidèles.

Donne-nous de saints ministres de ton autel, qui soient d'attentifs et fervents gardiens de l'Eucharistie, sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde. Appelle des ministres de ta miséricorde, qui dispensent la joie de ton pardon par le sacrement de la Réconciliation.

Ô Père, fais que l'Eglise accueille avec joie les nombreuses inspirations de l'Esprit de ton Fils et, qu'en étant docile à ses enseignements, elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal et à la vie consacrée.

Soutiens les évêques, les prêtres, les diacres, les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission au service de l'Evangile.

Nous te le demandons par le Christ notre Seigneur. Amen.

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster