Nous sommes le 24/05/2019 et il est 06h57 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Amitié, lieu de partage et de vie
(Grâce Ada)

Ce 24/05/2019, voici un son de cloche différent en guise d’approfondissement du thème d’amitié. Après avoir découvert cette page web (ayaas.net) et parcouru bon nombre de nos articles, en l’occurrence « Amitié selon saint François de Sales », Grâce, une personne consacrée accro du Net et internaute avisée, nous propose humblement cette contribution combien précieuse que nous partageons volontiers avec nos visiteurs et visiteuses de la rubrique « Contribution ». Tout en comptant sur sa disponibilité d’esprit, Ayaas lui dit MERCI tant pour son témoignage personnel que pour son propos sur ce don qu’est l’amitié. Les utilisateurs, les utilisatrices du réseau Internet pourront y trouver quelques traces de Dieu et la joie de vivre.

Bouton4

Arbre Figuil Nord-CamerounSOMMAIRE -

Bouton4

Prélude

Ce partage s’inspire surtout d’une expérience d’amitié vraie, réelle et très marquante entre une femme et un homme. Ils n’ont qu’un seul point commun : l’idéal de vie qu’est la vie consacrée. La relation profonde qui les unit fut pour la femme une expérience extraordinaire. Ce fut également une  ouverture dans ce domaine relationnel, une ouverture d’elle-même et d’esprit permettant de s’exprimer aisément sur  la notion d’amitié avec tout ce qu’elle renferme ; une expérience qui, sans naïveté, la pousse au jour le jour à une proximité, une communion d’esprit et une familiarité de cœur avec cet homme que le Seigneur a placé sur sa route pour cheminer vers la vie éternelle.

Ce texte pourrait également servir de témoignage authentique pour tous ceux et toutes celles qui, dans le contexte précis du monde actuel, ne croient pas à ce genre d’amitié vraie entre les personnes de sexe opposé. C’est une femme qui s’exprime dans ce document livrant ses impressions, ou mieux ce qu’elle découvre progressivement dans l’amitié. Elle commence à présenter la dimension historique de cette amitié, le contexte de la rencontre, la naissance de la relation interpersonnelle et son évolution avant de dire un mot sur la quintessence du sujet.

Religieuses Mbanza-Ngungu Congo

Naissance d’une amitié vraie

Comme à l’accoutumée, je  participe à une retraite spirituelle de fin d’année afin de me ressourcer spirituellement et même physiquement après un temps considérable d’apostolat et d’études. C’est alors un prêtre aux talents attrayants qui la prêche. Je suis énormément marquée par la simplicité qui cachait l’humilité, le franc-parler, l’ouverture, la joie de vivre et la conviction de cet homme de Dieu. Durant ce temps, à côté de mes exercices spirituels, une question traverse mon esprit exprimant le besoin de mon âme : ce prêtre ne peut-il pas devenir mon accompagnateur spirituel ? Mais comment cela se ferait-il, puisque je suis à la fin de mon séjour dans ce milieu de vie ? Je dois en effet rejoindre  une autre ville bien distante de la présente ! Cependant, je ne cesse  de me dire à  moi-même cette prière, que le Seigneur m’accorde la grâce de rencontrer un prêtre pareil à celui qui a prêché la retraite, pour ma croissance spirituelle. Dès cet instant, comme solution à ma préoccupation, et vu l’opportunité ratée de l’avoir comme guide spirituel, à cause de la distance qui va bientôt nous séparer, je me contente de prier pour lui, afin que le Seigneur le garde fidèle à Lui et l’accompagne dans l’exercice de son ministère.

Après cette retraite spirituelle, je rejoignis mon milieu de vie avec plein d’énergie spirituelle car la retraite avait été très riche et bénéfique en tout ; une retraite spéciale. Il ne restait donc qu’à me préparer pour rejoindre mon lieu d’obédience, ma nouvelle affectation. Quelque temps après, le Seigneur a favorisé une belle occasion pour que je revoie ce prêtre. C’était cette fois à l’occasion d’une messe chez moi. Il s’est rendu disponible pour venir célébrer l’Eucharistie. Grande fut ma joie car mon désir de le revoir et surtout de l’écouter une dernière fois avant mon départ s’est réalisé. Enfin de compte, c’est ce jour même que ce prêtre fit ma connaissance. Curieusement, quelques jours plus tard il ne tarda pas à m’adresser un sms : « Je viens de faire ta connaissance et tu quittes déjà notre ville ! » Est-ce une simple coïncidence ou bien est-il marqué par quelque chose ? Mais qu’est-ce qui a bien pu inspirer à cet homme l’envoi de cet sms qui ouvre à l’avenir, si ce n’est le Seigneur Lui-même qui accepte de nous mettre en relation interpersonnelle ? L’initiative de ce prêtre fut une grande surprise pour moi, parce que je  ne m’y attendais pas. Je  reçus son message avec beaucoup d’enthousiasme. Et comme réponse, je le rassurai de ma présence dans une communication à distance (Internet, Téléphone).  

Qui y eu imaginé à ce moment-là que le Seigneur nous réservait tous deux une expérience exceptionnelle. Une amitié que je n’avais jamais vécue !

Avant de quitter la ville, par courtoisie, je résolus pour la toute première fois de lui rendre visite à domicile et dire au revoir. De là, je reçus son adresse E-mail qui deviendra plus tard notre canal de communication. Dès lors, les communications via  mails et téléphonie mobile s’intensifiaient avec des partages de points de vue, d’expériences, de joie et de peines... Nos cœurs s’exprimaient avec aisance et liberté. Une réciprocité se fit sentir de part et d’autre, une joie d’aimer et de se sentir aimé se vit naître. La relation est à son effervescence dans une proximité unique bien qu’étant éloigné l’un de l’autre. S’agit-il ici d’un vent du midi qui brûle toute vertu ou de l’amitié privilégiée ? « En vérité, les amitiés privilégiées, comme toute autre réalité humaine, sont chargées d’ambiguïté. » la suite nous en dira davantage.

Quelques mois après, les occasions de retrouvailles se  multiplièrent après notre première rencontre de tête-à-tête. Que d’émotions vécues pendant ce temps ! Chacun étant un don pour l’autre, nous exprimions réciproquement notre joie, tout en racontant à chacun son histoire personnelle pour se connaître un peu plus. Ce fut des moments  de partage profond, très émouvant et difficile à décrire ! Un élan de cœur nous liait tendrement et fortement. Ce qui n’empêcha que nous soyons en éveil et attentifs, sur nos gardes. Le désir charnel latent s’était fait circonscrire par le renforcement de la prudence et par la force venant de Dieu. Ce qui explique mieux la perplexité qu’offre ce genre d’amitié.

Les moments de retrouvailles que nous vivions étaient inoubliables, sans doute, mais la tristesse s’installe toujours quand sonne l’heure de la séparation. Seuls les mails et les appels téléphoniques parlaient en ce moment. Mais le désir de se revoir s’installa toujours et se fit sentir  réciproquement. Une expérience qui ravit au jour le jour ! Je ne cessai alors de bénir le Père céleste qui avait ouvert une voie à cette relation amicale. J’exprime tout aussi ma gratitude à cet homme de Dieu qui m’a si bien  accueillie dans le cercle de ses ami(e)s. Que le Seigneur achève ce qu’Il a commencé en consolidant ce lien !

Il est certes vrai que l’amitié vraie est un véritable lieu de partage et de vie, mais je tenterai davantage de m’expliquer à la lumière de ma petite expérience personnelle que je viens de décrire plus haut. Elle corrobore, justifie, vérifie mon assertion.

Haut

Notion d’amitié

L’amitié est une notion qui peut paraître difficile à expliquer, mais facile ou aisément réalisable, simple à vivre. Elle renvoie à un « sentiment réciproque d’affection ou de sympathie qui ne se fonde ni sur les liens de sang ni sur l’attrait sexuel », mais spontané.  Elle est au-dessus de tout. Faite de simplicité et de clarté, l’amitié est tournée vers un bien fondamental qu’est le respect de l’autre dans son intégrité. C’est une véritable expression de partage.

Amitié comme lieu de partage

D’ores et déjà, dans quel  sens peut-on  considérer l’amitié comme lieu de partage ? Dans l’évangile selon saint Jean, nous lisons ceci : « je vous appelle  amis parce que tout ce que j’ai entendu de mon Père je vous l’ai fait  connaitre » (Jean 15, 15). Ce propos de Jésus montre combien l’amitié est bâtie sur le partage,  combien elle s’engage dans la fidélité et dans la vérité pour une relation de familiarité. Dans une amitié, il est donc question d’échange, de partage libre et réciproque ; un moyen d’expression de faire connaître à l’autre ce qu’on vit ; c’est le lieu où l’on donne autant qu’on en reçoit aussi. L’amitié s’inscrit alors dans un cadre où l’écoute de l’autre avec toute l’attention possible que l’on espère tant recevoir est primordiale, car les soucis, les secrets, les moments de joie et de tristesse sont partagés, en toute confiance et discrétion.  C’est dire en d’autres termes qu’on passe d’une personne inconnue à un ami, de l’ignorance de l’autre à sa connaissance intérieure, d’une distance à une proximité de cœur. L’on est aussitôt porté à chercher des moyens pour exprimer à l’autre qu’on l’aime à travers des mots, de l’attention, des cadeaux, des moments de détente...

Carola Mbanza-NgunguLe plaisir le plus grand qui se fait ressentir intensément est de voir apparaitre le nom d’un ami dans son courrier, de l’entendre au téléphone, de recevoir son sms ou de vivre un face-à-face avec lui. Dans l’amitié, l’on ne se lasse donc pas de dire des petits mots d’encouragement, de tendresse, de soutien comme le soutient un contemporain « les amis sont les ailes qui nous soulèvent quand nos ailes n’arrivent plus à se rappeler comment voler ». C’est dire qu’un ami est toujours là quand l’autre a besoin d’une oreille bienveillante et d’une présence encourageante. C’est dans ce sens qu’elle est un vrai lieu de partage ; l’on est entièrement porté vers l’autre afin de communiquer. C’est aussi à juste titre qu’elle « ignore la distance », comme le dit si bien saint François de Sales. Il est fort remarquable que la distance ne freine pas cet élan de cœur car penser seulement à son ami met tout l’être en mouvement et l’on éprouve du coup une proximité d’esprit en communication, liant les deux ami(e)s.

Notons  tout de même  que cette expérience ou mieux cette relation ne met pas à l’abri des attraits charnels, car plus les cœurs s’expriment plus le corps est affecté, ce qui est tout à fait naturel, puisque c’est l’humanité qui réclame aussi sa part de reconnaissance, le corps qui revendique son droit. Cependant, elle ne se plaît pas non plus aux penchants égoïstes de la chair, car elle ne succombe pas  dans ce combat entre l’esprit et la chair ; la chair ne s’en sort pas vainqueur  à cause du  respect de l’autre. En un mot, on comprend que l’amitié c’est une expérience de rencontre, de présence mais aussi de reconnaissance entre deux personnes s’exprimant par la joie et la facilité  à  communiquer et à partager tout en exerçant la prudence. Que peut-on dire de l’amitié comme lieu de vie ?

Amitié comme lieu de vie

Un adage dit « dans la vie, l’ami est comme l’eau dans le désert ». On sait bien  que le désert est aride, sec, austère, difficile pour la survie, et donc avoir la possibilité de s’abreuver dans ce lieu est une fortune procurant bonheur, vie et bien-être. Voilà ce à quoi renvoie la valeur d’un ami. Il est celui là qui, irrigue la vie de l’autre, la comble de tendresse, de joie. Une relation d’amitié devient une  nouvelle famille où l’on vit pleinement, le cœur débordant de joie par la présence de l’ami qui s’offre chaque jour. L’amitié est donc source de vie, car elle ouvre au don de soi et à la gratuité. On est appelé à prendre soin de son ami, on le console au moment de l’épreuve, parce qu’on ne veut que son bien. C’est pour cette raison qu’on dit alors que « les peines qu’éprouvent nos amis nous affectent davantage que celles que nous éprouvons ». On se sent aimé, apprécié, valorisé  et cela fait énormément du bien, d’ailleurs ça fait vivre.

L’amitié « n’est donc pas indigne ». Bien au contraire, elle est estimable, honorable et respectable car elle ne nuit en rien mais revêt un sentiment noble.  Mais bon nombre de personnes,  notons-le, ont une fausse interprétation de l’amitié entre les personnes de sexe opposé, c’est-à-dire entre homme et femme surtout ceux-là et celles-là qui  ne voient  que  l’acte  sexuel  au sens propre du terme dans ce genre de relation.

Une relation d’amitié est  différente d’une relation d’amour bien qu’ayant aussi des points de convergence. Dans cette relation, on se tourne vers l’autre dans une confiance donnée et reçue. On accepte de se livrer en vérité, dans un dialogue afin de savourer ce qu’on reçoit et ce qu’on offre, on se sent ainsi complémentaire dans nos différences. Un  ami nous fait toujours  bouger, évoluer  car nous cheminons ensemble, nous nous rencontrons, nous causons... les richesses partagées dans les conversations deviennent alors un patrimoine commun, elles font naître un élan nouveau de vie. C’est une joie indicible qui nous habite continuellement, car l’ami non seulement nous aide à découvrir notre identité féminine ou masculine, mais aussi nous ouvre à la vie et  nous fait  exister. Il devient ainsi un don, une gratuité. A ce niveau on peut dire que l’amitié va au-delà de différence d’âge, de religion, de culture, de race, de sexe...

L’amitié naît naturellement et se garde dans une attention vigilante. De concert avec Saint Paul qui décrit la charité (hymne à la charité : 1 Corinthiens 13), nous pouvons dire que  dans l’amitié, il y a la patience, le service, la confiance ; qu’il n’y a pas de jalousie, d’intérêt, de peur d’une parole de vérité... L’ami se réjouit de ce qui est bien, ne s’impose pas, sait garder en mémoire les bienfaits et s’ouvre au pardon, à  la compréhension. Quand l’amitié existe sous certains de ces traits, elle nous parle de Dieu et nous conduit à Lui, cela révèle si bien la beauté de l’amitié.

Haut

Conclusion

Il en ressort alors que, faire une expérience d’amitié fait de nous un don gratuit. Expression  parfaite de partage, de communication, de vie, l’amitié  est un bien à désirer, et  en tant que créature de Dieu, nous sommes  des  êtres relationnels, sociables. C’est ainsi que le Père céleste nous veut car nous sommes créés pour  vivre en frères et sœurs. Vivre en parfaite harmonie avec l’autre révèle bien la beauté de la création.

Il s’agit bien ici de l’amitié  vraie, un don de Dieu car, c’est Lui qui permet de se rencontrer, de se connaître. Il se fait présent et rythme cette relation en donnant la force de surmonter les tentations. Notons également que pour parler de cette expérience relationnelle, il est important de vivre l’expérience soi-même. Sous l’angle de mon expérience personnelle, je soutiens que l’amitié vraie entre un homme et une femme est possible tout en exerçant, bien sûr, la prudence et la vigilance pour ne pas tomber dans une relation d’amour charnel.

Terminons ce partage avec ce poème d’une femme (Ségolène) qui chante la beauté de l’amitié. Elle confirme certaines de nos assertions.

L’AMITIÉ

L’amitié c’est une belle chose
L’amitié c’est une chose rare
Si tu l’as alors écoute-moi
Si tu as un(e) ami(e), garde-le pour la vie
Si tu as un ami, prends bien soin de lui
Surtout ne l’oublie pas à son anniversaire
Ni à Noël Nouvel an, c’est vraiment important.
Pense à lui, il pensera à toi,
il t’écoutera et te conseillera
Tu le guideras et le consoleras
L’amitié c’est une belle chose
qui  fait donner le meilleur de nous-même
L’amitié c’est un bien précieux
L’amitié pour moi c’est tout ça.
(Ségolène)

(Contribution: Grâce Ada)

Nadia Holenn et Cie Joburg

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster