Ayaas ancien logo  

Dialogue interreligieux

Le pluralisme religieux

Interview Doctrine Enjeu Orient Moines Hospitalité Chance

Interview

SM: Aujourd'hui, la réalité du pluralisme religieux s'est imposée de façon massive à la conscience religieuse chrétienne en général, et catholique en particulier. Y a - t - il des circonstances spécifiques qui y ont présidé ?

PdB: C'est évident que des possibilités techniques de communication ont rendu favorable quelque chose qui était inimaginable auparavant. Jadis, quelques rares privilégiés prenaient un bateau, et après avoir navigué pendant des mois, réussissaient à joindre des régions où d'autres formes de croyances avaient droit de cité, dès lors que cela ne troublait pas la conscience collective de différentes cultures.

Aujourd'hui, avec les nouvelles techniques de communication, l'Internet par exemple, on peut en une seconde être en contact avec le monde entier. C'est donc normal qu'une interpellation et une conscience nouvelles puissent infléchir la pratique religieuse chrétienne.

En outre, il faut reconnaître que la révolution épistémologique qu'a entraînée l'émergence des sciences humaines, a permis une approche plus objective du fait religieux.

Enfin, du point de vue ecclésial, à un certain moment, surtout avec Vatican II, l'Eglise commençait à faire attention à ce que Jean XXIII appelait, " les signes des temps ". L'Eglise en ce moment, a amorcé un processus qui consistait à se défaire de son attitude un peu suspicieuse et méfiante vis-à-vis des autres traditions religieuses, selon ce qui avait été prévu par la sagesse de l'Eglise, pour les approcher avec objectivité et bienveillance. A cette époque, c'est le document conciliaire " Nostra Aetate " qui a affirmé clairement qu'il y a bien de choses de bien et de beau dans les autres traditions religieuses qu'il faut considérer avec égard pour le bien de notre Eglise. Mais ce document n'a pas pris en compte de façon explicite plusieurs autres religions non-chrétiennes dont la Religion africaine et d'autres traditions religieuses de l'Orient en marge de l'Hindouisme, du Bouddhisme et de l'Islam. Mais heureusement qu'entre-temps, l'apparent oubli a été réparé avec un ensemble de documents du Secrétariat pour les non-chrétiens, devenu Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux.

Retour Sommaire
Retour en haut de la page

Cliquez ici pour la suite