Ayaas ancien logo  

5. Corollaire

Matières - Précédent -

De ce qui précède, il ressort que notre société est en proie somme toute à une crise réelle ayant entraîné la dénaturation des milieux éducatifs. Mais comment lutter contre cette dénaturation?

Face à une situation que personne apparemment ne semble maîtriser, force nous est de constater que «l’éducation est, dans la société zaïroise, souffrante de plusieurs maladies, d’où la nécessité de la sauver loyalement à tout prix. Tel un phénix, la société zaïroise doit se doter des formes éducatives qui lui permettent de naître de ses cendres»[1].

Dans cet état actuel de la crise en présence d’une société qui perd le sens moral et qui connaît un relâchement des mœurs, le correctif et la recherche de solution est à placer sous le signe du primat de la morale dans toute action humaine. Car une société sans morale est vouée à la déchéance. Cette morale doit donc viser à inculquer les grandes valeurs permanentes qui ont fait la fierté et la grandeur de notre société traditionnelle, à savoir: la solidarité, le sens de la famille, sens de la séniorité, souci des personnes vulnérables, l’amour du travail accompli et le sens de la responsabilité, sens de l’honnêteté et du bien commun, endurance dans l’effort, la recherche de la justice et de la paix.

Mais si nous en convenons que ces valeurs doivent accompagner la gestion des activités des instances éducatives en crise, à combien plus forte raison devons-nous en convenir que ces lieux de crises ont un besoin impérieux de modèles fiables de référence et d’identification. Une qualité d’hommes doués de facultés morales fortes s’impose, de parents et d’adultes consistants et cohérents dans leur comportement d’une part et autonomes d’autre part pour éclore au niveau de la famille et de l’école l’adulte dans l’enfant.

Un tel défi à relever est lancé à tous les acteurs éducateurs. Un tel projet n’est imaginable que lorsque la société réelle et actuelle, celle qui projette une image souhaitée d’elle-même, se sent concernée par chaque fibre du tissu qu’elle constitue. Ainsi, la famille, la société civile et l’Eglise ayant chacune une responsabilité spécifique dans le processus éducationnel, ne peuvent devenir opérationnels et efficaces qu’en s’engageant pleinement et en agissant de concert.

Haut de la page - Matières - Précédent -