Nous sommes le 12/12/2018 et il est 07h12 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Symbole de terre basotho et croix oblate

Une poignée de terre africaine qui dit tout

Roma-Lesotho(Rome 25.04.2010) - J'ai présent à l’esprit le souvenir du récent pèlerinage sur la tombe du Bienheureux Joseph Gérard, OMI, béatifié au Lesotho par le Pape Jean-Paul II, le 15 septembre 1988. Tout est dit dans cette Vidéo mise en ligne ce samedi 24 avril. Il paraît que le plus émouvant dans la synthèse est la poignée de terre africaine que chacun interprète à sa manière! Si cela est vrai, je m’en réjouis car notre pèlerinage a atteint son objectif. En effet, la conversion authentique, celle qui naît d’une rencontre vraie, est essentiellement une conversion du regard. C’est la triple expérience du don reçu, du don partagé et du don témoigné.

Un pèlerinage, «ce phénomène quasi universel de l’anthropologie religieuse», est «un voyage qu'on fait dans un lieu saint pour des motifs religieux ou spirituels», «un voyage effectué par un croyant vers un lieu de dévotion, vers un endroit tenu pour sacré selon sa religion (…)Le pèlerin rencontre le surnaturel en un lieu précis où il participe à une réalité autre que la réalité profane.» Il y a plusieurs lieux de pèlerinage dans le monde. Au Lesotho, le sanctuaire ou mieux la Chapelle de Bienheureux Joseph Gérard est un des lieux qui attirent des foules de pèlerins basotho et étrangers. Il se situe dans la magnifique "Roma Valley", nichée entre de magnifiques collines ondoyantes.

Très impressionnante est la diminution de terre autour de la tombe de Joseph Gérard. Beaucoup de pèlerins emportent quelques poignées de terre depuis le début de la vénération. Peut-être le font-ils dans la mouvance de la foi chrétienne ou par simple esprit touristique. Mais quel usage en font-ils? Les Africains sont-ils habitués à ce genre de pratique? S’agirait-il d’une influence occidentale ou d’une manifestation de la culture locale? Les Basotho pourraient nous dire l’écho de cette pratique dans leurs traditions. Quoiqu'il en soit, la poignée de terre dit tout, puisqu'il est normal de se recueillir sur la tombe de quelqu'un. Seule la foi en Celui qui est mort et ressuscité, le Vivant, peut fournir le sens le plus profond de ce phénomène.

En guise de rappel, le Bx Joseph Gérard (Français)

fut le premier missionnaire à porter le christianisme (la foi catholique) au Basutoland (comme on appelait alors le Lesotho). Sa tombe forme une chapelle dans la nef orientale de la pro-cathédrale de Roma, Lesotho. Cette chapelle possède un autel, quelques bancs et deux tapisseries de mohair dépeignant la vie missionnaire du Bienheureux Joseph Gérard au Lesotho. Il y a également un grand portrait du Bienheureux peint par le père Ernest Ruch O.M.I. Le premier archevêque de Maseru, Mgr Emmanuel Mabathoana, est également enseveli dans la pro-cathédrale (Net).

Haut


Epiphanie oblate: sourires d'immense espérance

En ce 06 janvier 2011, solennité de l’Epiphanie du Seigneur, «un mystère multiforme», la nouvelle équipe du Gouvernement central des missionnaires Oblats de Marie Immaculée a pris officiellement possession de son domaine du complexe Aurelia 290 à Rome. Cela pourrait ressembler au début de la vie publique de Jésus. L’Eucharistie de circonstance présidée en la Chapelle de la Maison généralice par le nouveau Supérieur général, Father Louis Lougen, a été animée en plusieurs langues par la chorale du scolasticat international de Rome. Beaucoup d’invités, oblats et non-oblats, laïcs et religieux y ont pris part. Tous ont imploré «la bénédiction de Dieu sur ce ministère de service à la Congrégation».

Parmi les autres Administrations générales conviées à cette célébration combien simple, mentionnons la présence de la Supérieure générale des sœurs de la Sainte Famille de Bordeaux et de tous les membres de son conseil. Une manière de souligner fortement le lien historique et la collaboration fraternelle qui existent entre les deux familles religieuses. L'ancien Supérieur général des Oblats, le Père Wilhelm Steckling, et deux membres de son Conseil, Eugène King et Jean Bosco Musumbi, étaient au rendez-vous.

Chicho et CorneliusA la fin de la messe, dans les coulisses de la sacristie, nous avons pu admirer le nouveau look (lunettes) et les sourires de quelques membres de l’équipe, Chicho Rois et Cornelius Ngoka. Ce sont de vrais sourires d’immense espérance, prélude certain du développement harmonieux de la mission sans frontières, surtout avec les jeunes, le "Crossing borders" à l’instar des Rois mages tant souligné dans l'homélie du Supérieur général. «On appelle traditionnellement Rois mages (en fait «les mages», dans l’Évangile selon Matthieu) les visiteurs qui, ayant appris la naissance de Jésus, vinrent de pays étrangers lui rendre hommage en lui apportant des présents d’une grande richesse symbolique: or, encens et myrrhe».

Aux noces de Cana, Jésus, changeant l'eau en vin, "manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui" (Jean 2:11). Notre souhait est que chaque jour, chacun de ces nouveaux membres du Gouvernement central soit témoin et ministre de l'"épiphanie" de Jésus-Christ dans la sainte Eucharistie! «L'Eglise célèbre tous les mystères du Seigneur dans ce très saint et très humble Sacrement, dans lequel il révèle et cache dans le même temps sa gloire», disait Benoît XVI dans son homélie du 6 janvier 2009. Merci de vos prières.

Haut


Croix du Christ symbole d’oblation perpétuelle

Le Père Louis Lougen, Supérieur général des missionnaires OMI, a reçu, ce samedi 8 janvier 2011, l'oblation perpétuelle de six jeunes dont cinq Africains du scolasticat international de Rome en la chapelle de la Maison généralice. Cet acte juridique qui relève de sa compétence intervient deux jours après le début officiel de ses activités de "Modérateur suprême" de la Congrégation.

Oblation perpétuelleLes six jeunes qui entourent le Père Louis Lougen sont (de gauche à droite): TSHUMA Ndodana (Zimbabwe), NKADIMENG Thabang Izrael (Afrique du Sud), SERWIN Marcin Wictor (Pologne), POSHOLI Kebitsamang Nathanael (Lesotho), TSATSELAM Gérard (Cameroun) et MAJOLA Bonga Thamsanqa (Afrique du Sud).

«Quelle fin plus sublime que celle de leur Institut? Leur instituteur, c’est Jésus Christ, le Fils de Dieu lui-même; leurs premiers pères, les Apôtres. Ils sont appelés à être les coopérateurs du Sauveur, les corédempteurs du genre humain», écrivait Eugène de Mazenod dans les CCRR de 1818.

Le signe distinctif qu’est la grosse croix oblate me fait penser aux missionnaires qui étaient à l’origine de ma vocation vers les années 1966. En effet, leur style de vie m’a conquis. Extérieurement ils étaient reconnaissables au premier abord par la soutane blanche avec une ceinture noire retenant une grosse croix qui leur pendait au cou. Ils suscitaient l'amour, la paix et la joie dans les cœurs de ceux et celles qui les écoutaient avec admiration. Partout où ils passaient, les paroissiens les prenaient au sérieux à cause de leur disponibilité, de leur accueil et leur simplicité.

Ce symbole de la croix de Jésus sauveur par la consécration perpétuelle trouve son fondement dans la parole de Dieu. «Appelant à lui la foule en même temps que ses disciples, il leur dit: "Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il se renie lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive» (Marc 8:34). Telle est aussi la source des vœux prononcés aujourd’hui par des jeunes courageux: chasteté, pauvreté, obéissance et persévérance, qui impliquent, à la fois, un renoncement et un engagement d’amour. Leur sens profond consiste à répondre à cet appel au renoncement que Dieu adresse à chaque homme. C’est dire que la croix est une réalité inhérente à la vie chrétienne.

Dans son homélie, le Supérieur général a insisté sur la signification profonde de la croix oblate dans la pensée de saint Eugène de Mazenod et dans la vie de sa famille religieuse; elle fait partie de son héritage spirituel. D’après le Dictionnaire des valeurs oblates, en effet, «le thème du Christ Sauveur est intrinsèquement lié à celui de la croix» dans les écrits d’Eugène de Mazenod. En savoir plus. Dans ce monde dont les changements font douter de la vertu de fidélité, notre souhait est que toutes les personnes consacrées, hommes et femmes, soient de vrais témoins de la joie et de l'amour du Christ Sauveur "par la vie, par les œuvres et par la parole"!

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster