Nous sommes le 12/12/2018 et il est 06h00 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Noël dans la vie concrète

Noël 2010: une crèche à deux vrais jumeaux

Parloir Dipro(Rome 12.12.2010) - Le 8 décembre 2010, fête de l'Immaculée Conception de Marie – pour les chrétiens - un jeune couple africain m'a joyeusement annoncé la naissance de ses deux premiers enfants. Ce sont de vrais jumeaux! L'un s'appelle Dieu Béni Bosco et l'autre Dieu Merci Laurent, "son double, son corps second, son cœur en écho". J'ai accueilli cette nouvelle avec grande émotion et action de grâce, comme le suggèrent si bien les noms donnés aux nouveau-nés. Ce prélude à la double fête de Noël ne m'a pas empêché de penser particulièrement à l'ambivalence de la gémellité en Afrique subsaharienne.

En effet, certains peuples considèrent les jumeaux comme "enfants du malheur", d'autres comme "source de bénédiction" et d'autres encore "enfants mystérieux". Nombreux sont ceux qui disent "les jumeaux ont une certaine puissance, ils peuvent se communiquer à distance, ils peuvent sentir des choses, ils ont du pouvoir bénéfique ou maléfique" et que sais-je encore. C'est pour cela qu'on leur donne des noms spécifiques. Ainsi les comportements sont-ils ambivalents, comme l'atteste ce texte:

Chez les Dogons, peuple du centre du Mali et du nord du Burkina, la gémellité est fortement valorisée. Chez les Evé du Togo, les jumeaux sont le résultat d'une attention toute particulière des ancêtres qui ont remarqué et extraordinairement favorisé le couple de géniteurs. Médiatrice entre humain et divin, la naissance de jumeaux constitue une irruption de l'autre monde et tranche sur la continuité habituelle. En Afrique occidentale, les naissances gémellaires apportent la chance et elles sont la fierté des mères et des familles. On fête leur naissance et les jumeaux, ainsi que leurs parents sont vénérés. Par ailleurs, on attribue aux jumeaux des pouvoirs bénéfiques ou maléfiques, mais dans la plupart des pensées, les deux coexistent. Au contraire, chez les Bantous, peuple d'Afrique centrale, les naissances gémellaires appartiennent au monde animal et sont considérées avec aversion. On retrouve en Casamance (Sénégal) et au Dahomey l'idée qu'il faut rejeter au moins un des jumeaux, car leur naissance ravale l'homme au niveau de l'animal qui seul a des portées collectives. Autrement dit, les jumeaux sont accueillis dans l'angoisse et la terreur.

En savoir plus? Voir notre débat de juillet 2007 sur ce sujet combien délicat. Personnellement, je connais beaucoup d'enfants jumeaux et jumelles dans ma société. Ils sont généralement délicats, capricieux et choyés par leurs parents. Quant à leur traitement ou les rites autour de leur naissance, les mentalités varient d'une ethnie à une autre et, en ville, les parents sont plus libres que dans les milieux ruraux.

Notre grand SOUHAIT est que l'AIR vif apporté par Dieu Béni et Dieu Merci soit une source de JOIE et de PAIX dans leur famille et dans leur milieu de vie! Et que leur crèche naturelle aide toutes les personnes de bonne volonté à découvrir le vrai visage de l'Enfant-Jésus, l'Emmanuel, Dieu avec nous! N'hésitez pas à écouter cet extrait .mp3: Verbum caro factum est.

Haut


Lumière, symbole de la nativité de Jésus

(Rome 23.12.2010) - Il me semble que le message le plus fort de Noël est ce verset du prophète Isaïe qui retentit à la messe de minuit: "Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière; sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre, une lumière a resplendi" (9:1). Ceux et celles qui ont l'expérience de passage providentiel du péché à la joie du vrai renouvellement intérieur ou de réconciliation - démarche chrétienne habituelle, surtout pendant le temps fort de l'avent et du carême - saisissent mieux la signification profonde de cette Parole des Ecritures. Je veux dire leur expérience personnelle leur permet de découvrir la vraie lumière, douce lumière intérieure. "La chance d'être pécheur".

crèche place saint-pierreDieu lumière étant venu jusqu'à nous par le mystère de l'incarnation de son Fils qui est lumière, il n'y a plus de place pour les ténèbres dans nos cœurs; nous en sommes libérés. En prendre conscience au niveau individuel, c'est vouloir redonner saveur à l'Eucharistie quotidienne et faire renaître l'Enfant-Jésus dans notre cœur, rempli de joie et de paix. Ainsi la lumière s'oppose aux ténèbres, couple antithétique, comme le jour à la nuit, la vie à la mort et le bien au mal.

Il s'ensuit que la lumière dont parle largement la Bible a une valeur symbolique. En effet, Dieu Créteur de la lumière, comme le dit le livre de la Genèse (1:1) est lui-même la lumière: «Dieu est lumière et il n'y a aucune obscurité en lui» (1 Jean, 1:5). Loin de Dieu, l'homme est plongé dans les ténèbres: "Ta Parole est lumière devant mes pas, une lumière qui éclaire ma route" (Psaume 119:105-106). Et Dieu-avec-nous, ou l'Emmanuel est la lumière: "Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit aura la lumière de la Vie et ne marchera plus dans l'obscurité" (Jean 8:12 et 12:46). La lumière se communique, afin que tout disciple de Jésus devienne lumière du monde: "Ainsi votre lumière doit-elle briller devant les hommes afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux" (Matthieu 5:16).

Malheureusement, tout le monde n'est pas prêt à suivre Jésus ou la lumière qui est synonyme de vérité, de sagesse, de résurrection et de vie: "La lumière est venue dans le monde, mais les hommes préfèrent l'obscurité à la lumière parce qu'ils agissent mal" (Jean 1:1-18). Hélène Lartigou explique le pourquoi d'une telle attitude négative en ces termes: "Dieu laisse donc à l'homme son libre arbitre: Il lui envoie la lumière; libre à lui d'y pénétrer ou de demeurer dans les ténèbres. Le cheminement vers le salut implique la lutte contre les ténèbres du Mal avec l'aide de la prière pour obtenir de l'Esprit Saint le discernement et la volonté".

En cette période de l'année, je perds parfois mon temps à des riens dans un supermarché. Peut-être la fête de Noël est-elle une occasion de somptueuses célébrations, en famille comme en communauté. Il suffit de voir l'emballement, la tocade pour des achats exorbitants pour s'en convaincre. Celui qui offre à beaucoup l'occasion de se réjouir et de s'empiffrer est pourtant né sur la paille, dans la simplicité!

Afin que la fête de la nativité de Jésus soit complète, ceux et celles qui s'en réjouissent aujourd'hui devraient s'engager davantage dans leur mission d'être "le sel de la terre", "la lumière du monde" (Matthieu 5:13-14). Beaucoup d'enfants orphelins ou abandonnés du monde entier auraient le plaisir de se sentir aimés et de vivre heureux, comme tant d'autres. Juste un peu d'amour dans ta crèche! "Jésus n'attend qu'un trésor: l'or pur de notre sourire", dit la poésie de Nadia et Thierry!

Haut


Douceur et détermination face à la violence

(Vermicino 16.01.2011) - Deux questions m’obsèdent ces derniers temps: pourquoi tant de violence dans le monde et comment les plus faibles peuvent-ils se défendre de la désolation? Impossible de rester indifférent à ce qui paraît injuste dans la plupart de nos sociétés. Dans un article publié récemment sur cette page web, j’ai tenté de répondre à une préoccupation d’un visiteur en m’arrêtant particulièrement à la notion de paix intérieure. Après m’avoir lu, il revient avec cet autre sujet qui mérite un approfondissement:

Ton commentaire sur les pensées qui troublent la paix intérieure me pousse à poser une autre question. Face à la violence quotidienne à laquelle nous sommes habitués dans la rue, dois-je toujours me montrer doux pour maintenir la paix intérieure? Je considère une telle attitude comme une passivité, un manque de détermination dans une société qui a pourtant besoin de la contribution de chacun de ses membres pour sa reconstruction.

Théologat omi KintamboJ’aimerais commencer par cette anecdote afin de ne pas commettre une quelconque erreur d’appréciation. En 2002, quelques-uns de nos étudiants à Kinshasa venaient d’apprendre que plusieurs membres de leurs familles avaient été égorgés pendant la guerre qui sévissait à l’Est du Congo. Je leur dis par compassion: acceptons la volonté de Dieu. Après un bout de silence l’un d’entre eux répliqua: «Tu parles de volonté de Dieu parce que ce malheur n’a pas touché ta propre chair»!

Comme il est difficile de ne pas sombrer dans la brutalité, l’agressivité lorsqu’on voit détruire ses biens ou sa vie! Le reflexe normal est de se défendre mais peut-on le faire en douceur, c’est-à-dire sans choc violent, sans brutalité, sans éclat de voix? Pourtant, Jésus dit: «Aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs, afin de devenir fils de votre Père qui est aux cieux» (Matthieu 5:44-45). Ou encore la Béatitude: «Heureux les doux, ils auront la terre en partage» (Matthieu 5:4). Est-ce une invitation à la résignation ou à la vertu chrétienne qu’est douceur?

En effet, dans un contexte de réconciliation, la vertu de douceur «nous aide à tendre la joue droite non pour tout accepter mais pour pardonner autant de fois que nécessaire, pour sortir du cercle de la violence et de la vengeance». En d’autres termes, la douceur nous permet de résister joyeusement à la passion entre autres de colère qui peut nous envahir, comme l’explique si bien le philosophe Alexandre Jollien:

Concilier douceur et détermination est sans doute l'une des choses les plus difficiles au monde, je l'avoue. De là à se priver d'un si fécond mariage, il y a un pas que je me refuse de franchir. Je me couperais de l'essentiel. Oser la douceur, c'est quitter résolument la brutalité, la violence, la distance pour accueillir autrui, le réel et soi sans aucune rudesse, c'est devenir profondément actif et résister joyeusement à toutes les passions tristes qui peuvent s'élever.

Tu réalises combien la douceur, comme la paix dont nous avons parlé antérieurement, est un fruit de l’Esprit au même titre que l’amour, la confiance dans les autres, la maîtrise de soi, etc. (Galates 5:22). Loin d’être un saint Vincent de Paulmanque de détermination, la douceur est une véritable force de l’homme dont Jésus est le modèle pour les chrétiens. «Je suis doux et humble de cœur» (Matthieu 11:29). Chez saint Vincent de Paul, cette douceur n'exclut en aucun cas une certaine fermeté surtout pour l'éducateur. "La douceur ne nous fait pas seulement excuser les affronts et les injustices que nous recevons, mais elle veut même qu'on traite doucement ceux qui nous les font, par des paroles aimables, et, s'ils venaient à l'outrage jusqu'à donner un soufflet, qu'on le souffre pour Dieu; et c'est cette vertu qui fait cet effet-là".

Certes, l’amour du prochain est exigeant. «Aimez vos ennemis! C'est peut-être la parole la plus difficile qu'on ait jamais entendu»! Cet objectif te semble-t-il hors d’atteinte? Je ne t’incite pas à abandonner ta foi comme le font tant d’autres par lassitude mais à mieux comprendre en quoi consiste l’amour qui motive la douceur. «Avant d’être un sentiment (émotion) l’amour est un acte», c’est-à-dire un geste de générosité, de gratuité à l’égard des autres y compris tes ennemis d’aujourd’hui. Voilà le défi.

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster