Nous sommes le 12/12/2018 et il est 06h35 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Vie consacrée et culture médiatique

Culture de la communication médiatique et Vie consacrée

Tel est le thème du XXXVIième symposium de «CLARETIANUM», l’Institut de Théologie de la Vie consacrée, ITVC en sigle. Il a eu lieu à l’Urbaniana, Rome, du 14 au 17 décembre 2010. Les sujets abordés par les différents intervenants expriment l’actuelle profonde préoccupation de plusieurs familles religieuses, féminines comme masculines. Mentionnons, entre autres: "La «culture» de la communication", "Les nouveaux médias au service de l’évangélisation", "Les gestes de Jésus communicateur", "Les stratégies visant à promouvoir le charisme à travers les médias", "Communication numérique et Vie consacrée: usage, abus et techno-dépendance", "Les médias dans la formation des consacrés". (VidéoPhotos)

S’il est vrai que les moyens de communications sociales font partie intégrante du charisme religieux de ivtcquelques Congrégations, comme l'ont prouvé les témoignages entendus, il n’est pas moins vrai de constater que, pour la plupart, ils sont des opportunités à exploiter avec discernement pour une évangélisation plus dynamique et plus efficace. La crainte exprimée par une petite minorité est la dispersion, la superficialité ou la perte de l’identité religieuse sous prétexte de présence réelle sur le Net, le lieu préféré des jeunes d’aujourd’hui. Tous sont cependant conscients des avantages de nouveaux moyens de communication, en l’occurrence Internet. Les personnes consacrées n’ont pas le droit d’y être absentes, a-t-on souligné. L’indifférence à l’impérieux devoir de «migration digitale» risquerait de leur coûter cher. Elles deviendraient simplement des personnes déphasées, voire décalées!

Il me semble que l’essentiel sur lequel toutes les personnes consacrées devraient travailler davantage est la qualité du contenu à communiquer sur la toile mondiale, le web. Il ne suffit pas de déplacer la Bible ou le Bréviaire de la chapelle à l’ordinateur quand bien même, sur le Net, «chaque ordinateur est une voix», et donc une force pour plus d’amour, de justice et de paix dans le monde. Faut-il encore avoir un solide contenu, une expérience spirituelle, un témoignage de vie, une dynamique charismatique à offrir aux jeunes de cette génération numérique. Faut-il également passer de sites statiques aux pages dynamiques, interactives possibles même au coût zéro! D'où, l'urgence de faire du charisme une réalité plus attrayante.

C’était très encourageant de découvrir combien les religieuses et religieux sont visibles sur le Web, avec un langage approprié que tentent d’adopter progressivement les messagers de la Bonne Nouvelle, ceux et celles qui ont des perspectives d’avenir. Combien savent, par exemple, qu’il existe une religieuse appelée «thesisternet»? N’hésitez pas à cliquer sur le lien - site italien - pour découvrir la sœur Caterina Cangià, fma. Mais la vraie question est celle qui vient d’un confrère qui a participé aux conférences: «Quel est le visage de Dieu dans tous ces moyens de communication dont on parle avec enthousiasme?» En d’autres termes, notre présence sur Internet aide-t-elle les autres à découvrir «un rayon de la beauté divine qui illumine la route de l'existence humaine», comme le suggère si bien l’Exhortation apostolique post-synodale Vita Consecrata?

Loin de prétendre répondre à cette dernière préoccupation, je me contenterai d’évoquer un défi majeur. Chose évidente, le pape Benoît XVI aura marqué son époque par l’ouverture du Vatican à l’espace YouTube et par la sensibilisation de l’Eglise à se servir de nouveaux puissants outils de communication pour «rendre le Christ lui-même présent au monde». Dans ce contexte précis, le plus grand défi pour le monde religieux est la formation initiale et continue de son personnel. Je veux dire la formation à la CULTURE de communication, c'est-à-dire à l'art de "donner la vie". D’aucuns en feraient un quatrième vœu de religion en plus de pauvreté, chasteté et obéissance! Le changement des mentalités! Voilà un problème à résoudre. Mais l’ouverture aux autres via les réseaux sociaux de la toile ne devrait pas nous empêcher de vivre des relations interpersonnelles plus authentiques dans nos communautés respectives.

Ayaas en quête d’un style propre

Nous nous mettons au travail afin de répondre au grand défi de la culture médiatique. Ouf! enfin, quelque chose qui ressemble à un style. «Le style est l'homme même», disait Buffon. Pendant deux semaines je me suis mis seul à apprendre le logiciel Dreamweaver CS4, afin d’améliorer tant soit peu la construction de cette page web. C’est ce genre d’initiation que j’aimerais développer au cours d’une année sabbatique.

Initiation - Il s’agissait principalement de m’initier aux styles CSS ou mieux à la création de ce qu’on appelle ‘Feuilles de styles’. En informatique, le style est l’ensemble d'attributs de mise en forme d'un document. Pas facile à réaliser cet outil qui facilite la tâche mais je suis satisfait du résultat de mon premier exercice. Au point où j’en suis, un tiers de mon programme d’apprentissage, je suis content de lancer sur la toile ayaas dans sa nouvelle robe (version ancienne). Notre ambition est d’offrir à ayaas un style propre, qui le rende plus simple et plus attrayant, comme vous l’avez pu constater en rebondissant sur cette page.

Une année sabbatique pourquoi faire?

L’heure de ‘l’après Chapitre général’des Oblats de Marie Immaculée ayant sonné, je m’empresse de répondre surtout à ceux et celles qui, lors de nos débats autour de la récente Assemblée générale des Oblats, m’interrogeaient sur mon avenir. Avant de solliciter une nouvelle obédience, je voudrais prendre une année sabbatique, comme tant d’autres membres du Conseil sortant. Cette indispensable période de recul me permettra, à la fois, de me refaire et d’acquérir de nouvelles connaissances ou mieux, je l’espère, la maîtrise des techniques avancées du Web moderne, avant de me relancer pour la mission qui me sera confiée par mes responsables.

Selon wikipedia.org, «une année sabbatique est une période prolongée, généralement d'une année, dans la carrière d'un salarié, durant laquelle son contrat de travail est suspendu, ce qui lui permet de se consacrer à toute activité de son choix, écrire, voyager, ou tout simplement se reposer (…) L'expression est aussi utilisée dans les milieux estudiantins pour parler de la période de congé et/ou de voyage que prennent les jeunes avant ou pendant les études». Peut-être avons-nous la même conception de l’année sabbatique. Les objectifs diffèrent d’une personne à l’autre.

bureau boscoAprès mûres réflexions et long discernement sur trois possibilités, je retiens un seul projet, à savoir suivre la formation en ligne: Webmaster professionnel. La motivation qui m’anime est la suivante: «un amateur qui exige que sa page web ait un "look" professionnel et corresponde aux normes et au niveau actuels - donner à mon site un aspect non seulement pro, mais aussi individuel - le "rêve" d'un site agréable, efficace, joli et "original" en même temps». Je pourrai y arriver au prix de quelques mortifications.

Le premier objectif de cette formation est de «fournir aux futurs "maîtres" de l'Internet ces connaissances de haut niveau dont ils ont besoin pour créer et gérer des sites d'une qualité digne d'un Net européen basé sur la modernité et le professionnalisme». Bref, la formation Webmaster forme des professionnels qui souhaitent vraiment se mettre à leur propre compte ou, alternativement, devenir chef d'équipe dans une grande entreprise.

Quant au contenu du programme, il convient de surfer sur Webuniversum. Très intéressants sont les cinq différents niveaux de formation. Le niveau 1 traite des bases de la programmation Internet telles que le language HTML, l'emploi des CSS ou l'introduction dans la nouvelle technique des téléphones portables WAP (protocole pour application sans fil), la "Technologie permettant d'accéder depuis un téléphone mobile aux services offerts par Internet". Au niveau 2, l'étudiant accède aux "finesses" de la programmation Web. Tandis que le niveau 3 transmet déjà une grande partie de ces connaissances qui distinguent le véritable Webmaster d'un programmeur capable de construire une page.

Avec le niveau 4 déjà très spécialisé, l'étudiant apprend à maîtriser les procédés "server pages" JSP et ASP. Enfin, le niveau 5 aboutit au diplôme du Webmaster pro (après un examen adéquat). A ce moment, l'étudiant est en mesure de créer et de gérer toutes sortes de site Web, d'employer tous les langages nécessaires pour le traitement professionnel de pages commerciales ou de diriger les "mobil-" et les e-commerces. Son diplôme fait de lui un Technicien Internet.

Mon ambition, Dieu aidant, est de réaliser ce fascinant projet en Italie, dans une communauté oblate. Le grand avantage de la formation en ligne, c’est que l’étudiant est seul à décider de son rythme de travail, du nombre des heures qu'il consacre à une séance de travail et de la vitesse de son progrès. Il fait corriger ses exercices et ses projets par son Webmaster personnel, un homme "réel" qui communique avec lui en direct, par le biais d'un module de chat. A condition d’avoir un bon ordinateur et une bonne connexion à Internet. En d'autres termes,

Les étudiants online travaillent chez eux, devant leur propre ordinateur. Pendant qu'ils étudient leurs leçons, programment leurs essais, réalisent leurs exercices et leurs tests ou se consacrent à la création de leurs projets persos, ils n'ont jamais besoin de se déplacer (…)Personne n'est obligé de se soumettre à un niveau ou à un esprit "de classe" susceptible de freiner ses progrès: chacun avance suivant son propre rythme, accompagné et entouré par le système didactique développé spécialement pour cette forme nouvelle de l'enseignement.

Année sabbatique, nous y sommes

Le plaisir d'apprendre

Le 1er décembre 2010 est une date très importante pour moi parce qu’elle marque le début de mon temps sabbatique pendant lequel je tiens à me consacrer à la formation Webmaster. Je n’ai qu’une seule ambition: «un amateur qui exige que sa page Web ait un "look" professionnel et corresponde aux normes et au niveau actuels - donner à mon site un aspect non seulement pro, mais aussi individuel - le "rêve" d'un site agréable, efficace, joli et "original" en même temps».

La formation online a bel et bien commencé avec l’aide de mon Webmaster. Je n’en suis qu’au premier module qu’est la Programmation HTML. Le début est un peu lent car il faut charger plusieurs logiciels professionnels ainsi qu’un maximum de navigateurs dans mon ordi. Quelle affaire! Mon temps se divise principalement entre le cours théorique et la pratique ou la phase d'exercices, afin de maîtriser les balises aussi appelées marqueurs ou étiquettes. Les différents exercices me donnent la possibilité de montrer, ce que j’ai appris, tandis qu'à mon Professeur, ils servent de preuve que j’ai tout compris.

Conséquence de cette formation

J’avoue que j’apprends beaucoup de choses, mais certains exercices sont très difficiles, surtout que les résultats doivent être affichés sur plusieurs navigateurs, entre autres, Internet Explorer, Netscape Navigator et Opera. Il n’est pas évident que le résultat soit le même partout. La conséquence immédiate de cette intéressante formation, c’est le ralentissement de mes activités sur ayaas.net. Je dois absolument laisser "dormir" mes connaissances antérieures pour mieux apprendre les nouvelles techniques d’Internet.

Je me rendrai à ma nouvelle communauté d’accueil, à Frascati, après la fête de Noëi. En attendant, je me familiarise avec mes nouveaux outils de travail. Fructueuse période de l’Avent à chacun et à chacune! Que le Seigneur nous accorde d’attendre sans faiblir la venue de son Fils!

Vers un projet personnel du cours HTML

Cybercafé d'ISEM sur page HTMLQui a dit qu'une année sabbatique est le moment de se reposer? "Disons plutôt que c'est une idée généralisée et complètement erronée", constate une cybernaute. Tout dépend de l'objectif visé par chacun. La mienne n'est qu'un changement d'activité par rapport à ces dernières années de ma vie. Je m'en réjouis parce que j'ai l'opportunité de faire ce qui me plaît et d'organiser mon temps comme bon me semble. L'essentiel est de briser la monotonie sans être brisé de fatigue, d'apprendre un peu "plus" et d'acquérir des connaissances utiles.

Je voudrais, ce 12 février 2011, répondre à ceux et celles qui me demandent souvent: "Où en est ta formation Webmaster pro?" Je n'en suis qu'au début. Il suffit de revoir le programme de ma formation pour s'en rendre compte. En effet, je ne suis qu'au premier niveau (sur les cinq prévus), celui qui traite des bases de la programmation Internet telles que le langage HTML ("langage hypertexte à balises"), l'emploi des CSS ("Feuille de style"), etc.

En réalité, je me sens comme un enfant balbutiant sa langue maternelle. Rousseau dirait: «J'hésite à chaque mot, je me trouble, je balbutie, ma tête se perd». Pas de panique! Je m'applique bien jusqu'à présent. Je partage mon temps entre l'étude (lecture de cours) et les exercices pratiques qui permettent d'assimiler les codes ou les balises HTML. Quels mots barbares!

Vous vous demandez peut-être d’où les informaticiens tirent ce chic pour inventer des acronymes imprononçables qui effraient les débutants? (...)pour créer un site web, on doit parler un langage que l’ordinateur comprend (...)on n’utilise pas un, mais deux langages! XHTML (eXtensible HyperText Markup Language): parfois connu sous le nom de HTML (une variante identique à peu de choses près), c’est le langage de base du Web. En théorie, il est possible de faire tout un site rien qu’avec le langage XHTML. Toutefois, celui-ci ne serait pas très esthétique… CSS (Cascading Style Sheets): c’est là qu’intervient le langage CSS. Son rôle est en quelque sorte de "décorer" votre site web, lui donner de l’allure. On utilise le CSS en particulier pour réaliser la mise en page du site, pour définir la police, la taille du texte, la couleur du texte et du fond, etc.

Concrètement, après le chapitre des TEXTES et celui des IMAGES, je suis dans la phase d'élaboration du premier projet personnel du cours HTML. Il s'agit, dans un premier temps, de choisir un sujet intéressant (je pourrai en parler très prochainement), de composer un texte explicatif du projet et de créer un modèle de page d'accueil. Le texte explicatif consiste à préciser, entre autres, les grandes lignes du contenu, le public cible, les moyens à utiliser, les sources de recherches d'informations et d'images, les raisons du choix du sujet. Tout cela en langage HTML bien entendu! J'en suis là!

En réalité, ce projet de page web est un exercice qui pourra prouver que l'étudiant a appris quelque chose de sérieux et qu'il a mis en pratique les techniques d'Internet à sa disposition. Il se réalisera progressivement, se servant bien sûr de toutes les connaissances acquises, et il devra être achevé à ¾ avant l'examen relatif à ce premier niveau de Programmation. Quel changement exigeant! Il paraît qu'un bon Webmaster n'a pas besoin de réfléchir pour réaliser son travail. Il a «tant d'habitude de manier ses codes qu'il le fait d'une manière presque "automatique"»! Parfois, je ne demande que la grâce de persévérer afin d'atteindre mon objectif, «les yeux fixés vers Celui qui est à l'origine et au terme de notre foi, Jésus» (Hébreux 12, 1-3).

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster