Nous sommes le 12/12/2018 et il est 06h29 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Accueil avec noix de cola chez les Ibos

Il est impossible d'oublier si tôt certains souvenirs agréables de mes nombreux voyages en Afrique. Je pense notamment à l'accueil chaleureux avec la noix de cola ou kola chez les Ibos ou Igbos du Nigeria, Orluen juin 2006. Il s'agit du fruit emblématique qui provient du colatier, un arbre originaire des forêts de l'Afrique occidentale humide. L'usage rare et discret qu'en fait mon terroir est bien différent du rituel découvert en Afrique de l'ouest.

Peuple du sud-est du géant Nigeria, agriculteur, patrilinéaire parlant une langue kwa (Ibo et ses dialectes), les Ibos sont soudés traditionnellement par le culte de la terre (symbole de la fécondité). «Ils occupent le sol de façon très dense, cultivent le manioc, l'igname et le palmier à huile». Classée parmi les trois plus grandes nations du Nigeria (détail précieux), leur organisation sociopolitique - avant la colonisation britannique dans les années 1870 - «reposait à la fois sur les patrilignages locaux à tendance exogame qui conféraient aux aînés un rôle important au sein des classes d'âge» (Encyclopédie Larousse).

Chez les Ibos, comme en d'autres ethnies de l'Afrique occidentale, la noix de cola, fruit aux effets multiples et au rituel fidèle à la culture traditionnelle, est omniprésente dans la vie quotidienne. Une façon d'accompagner les événements de la vie en société. Mais que peut-elle bien signifier auprès d'un étranger, d'un non-initié ou d'un profane?

La noix de cola est directement associée «à l'économie, aux pratiques religieuses, aux relations sociales, à la santé et à la sexualité». Nombreux sont ceux qui vantent ses vertus et ses propriétés. En effet, porteuse d'une valeur symbolique, la noix de cola «est souvent consommée lors de cérémonies ou pour souhaiter la bienvenue aux invités, comme symbole de l'amitié partagée ou pour signifier une entente scellée ou une réconciliation entre deux parties» (Wikipédia). Ayant surtout la réputation de faciliter la digestion, ce fruit présente plusieurs propriétés (stimulantes, antidépressives, aphrodisiaques). Connu depuis longtemps en Afrique, il était principalement consommé pour supporter la fatigue lors des durs travaux d'agriculture ou de chasse.

Colatiers acuminata et nitida

De quel type de colatier s'agit-il? D'après un rapport sérieux[1] réalisé en 2004, deux sur environ 140 Noix de colaespèces de colatiers dénombrées dans le monde sont très précieuses en Afrique: le colatier acuminata et le colatier nitida. «L'espèce acuminata donne la noix [de] cola acuminata ou petit cola, de couleur brune, à un cotylédon et à noyau blanchâtre. Le colatier nitida produit le cola nitida ou grand cola, ayant deux cotylédons; sa couleur varie du blanc jaunâtre au rouge rosé à l'état frais, elle devient brun rouge une fois la noix séchée». La cola nitida ou cola acuminata! Tel est le nom scientifique de ce fruit africain qui s'est ensuite implanté en Amérique du sud et Amérique centrale, au Sri Lanka, en Malaisie et dans les Caraïbes.

Le rôle social de la noix de cola est considérable en Afrique, autour du Golfe de Guinée (du Sénégal jusqu'au nord du Cameroun) plus que le long des côtes de l'Afrique centrale (du sud du Cameroun jusqu'au nord de l'Angola). Mais «ses formes d'expression varient selon les zones géographiques, les ethnies et les besoins». Dans son omniprésence ou mieux dans son usage quotidien, se dégage le symbole d'hospitalité, d'amitié, de partage, d'entente, de respect, de solidarité et de sociabilité, etc. Autant de valeurs qui caractérisent l'Afrique des profondeurs. Le peuple Ibo «n'accueille pas le visiteur les mains vides, mais avec la noix de cola pour témoigner le plaisir d'accueillir». Elle est avant tout un aliment «mangé en partenariat». Voilà qui souligne davantage sa noble fonction sociale d'unir les personnes entre elles sans discrimination. D'où, l'expression malienne «briser la cola», qui signifie le partage et l'amitié, valeurs dont le monde a besoin.

Cérémonie avec noix de cola

Intéressant est le déroulement du partage de la cola. Les deux cérémonies d'accueil reçu à Orlu (Imo State) m'avaient fait comprendre combien la noix de cola est un produit sacré, à la fois un langage de communication et un aliment ferment d'unité. Je me souviens de quelques étapes de la cérémonie.

Le panier ou le plateau de noix de cola vient toujours de la maison et non pas de l'extérieur pour être présenté à table par les hôtes. Dans une famille, c'est généralement l'épouse ou le plus jeune qui Noix de colaapporte le panier au père de famille. Avant la bénédiction, la noix de cola est présentée aux invités par le patriarche de la famille. Elle est ensuite bénie par le plus ancien ou par celui qui a un rôle religieux ou spirituel dans la société. La prière invoque généralement le Dieu de la paix à instaurer l'harmonie et l'entente entre les peuples et à protéger les invités sur leur chemin de retour. Puis, la noix est «cassée» ou «partagée». Le patriarche se sert d'abord et le jeune du groupe la distribue à tout le monde présent.

Il convient de signaler que très souvent, une ou deux noix intactes sont confiées aux visiteurs afin qu'ils les ramènent à la maison pour les partager avec leurs familles, leurs communautés ou les donner à ceux qui les ont «envoyés». Ce geste hautement symbolique certifie que le visiteur est bien arrivé à destination et qu'il a été bien accueilli ainsi que sa famille ou ses proches.

Certes, la noix de cola favorise les liens de communion fraternelle. Quel riche symbole qui pourrait faciliter la vie en communauté! Consciente de ses vertus, l'Afrique aurait pu s'en inspirer, par exemple, dans la résolution de conflits qui freinent son élan vers un décollage économique durable.

 


[1] «La noix de cola et le VIH/SIDA» (Rapport sur l'utilisation possible de la noix de cola dans le cadre de la sensibilisation du VIH/SIDA et MST), Lay Tshiala, le 29 mars 2004.

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster