Nous sommes le 12/12/2018 et il est 06h13 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Amoureux et amoureuses de Dieu,
Personnes consacrées heureuses et joyeuses

Visite Wilhelm Steckling au NigeriaEn ce 2 février 2012, nous célébrons la fête de la Présentation du Seigneur au Temple. C’est aussi la journée mondiale de prières pour la vie consacrée voulue par le pape Jean-Paul II en 1997. Nous pensons aux «amoureux et amoureuses de Dieu», aux congrégations religieuses, aux sociétés de vie apostolique, aux instituts séculiers, aux vierges, aux veufs et aux veuves consacrés au Seigneur pour le rayonnement de sa présence dans le monde. Plus que jamais notre monde aux multiples déchirures a besoin de cette présence vivifiante de Dieu origine et source de toute lumière. Sans lui le monde n’est que ténèbres…

Dans le contexte de cette fête de présentation du Seigneur au temple et à la lumière de la page d’Evangile de ce jour (Luc 2:22-40), la vie consacrée reçoit sa pleine signification. Depuis des siècles, quatre thèmes se dégagent de cette fête. Ce sont: la Présentation du Seigneur conformément à la loi de Moïse, la Rencontre du Christ avec son peuple en la personne de Syméon, la Purification rituelle de Marie la mère de Dieu et la Fête de lumières. Tous ces aspects peuvent se résumer essentiellement en la Manifestation de celui qui a pris notre chair, Jésus Christ, «gloire de son peuple et lumière des nations». Les prières de la célébration liturgique de ce jour présentent les éléments essentiels de la vie chrétienne et de la consécration à la suite du Christ.

Dans la prière de bénédiction des cierges, Dieu est reconnu comme origine et source de toute lumière. Qu’en avançant au droit chemin nous parvenions à la lumière qui ne s’éteint jamais. C’est l’objectif à atteindre: parvenir à la lumière éternelle, à condition bien sûr de marcher sur le droit chemin, faire ce qui est agréable à Dieu, c’est-à-dire se conduire selon sa justice. La personne consacrée est appelée par vocation à s’attacher solidement au Christ. Celui qui marche à sa suite aura la lumière de la vie. En effet, rencontrer la source de lumière c’est devenir soi-même la lumière. «Vous êtes le sel de la terre. Vous êtes la lumière du monde» (Matthieu 5 :13-14).

Dans la prière d’ouverture de la messe de cette fête nous prions afin que nous puissions aussi, avec une âme purifiée, allusion discrète faite à Marie, nous présenter devant Dieu. Il s’agit d’une expérience de la rencontre du Seigneur. Aller à la prière, c’est se présenter devant le Seigneur, pas n’importe comment mais avec une âme purifiée. Cela s’impose à cause de nos faiblesses, de nos limites humaines. La personne consacrée cultive davantage l’humilité et compte sur la miséricorde divine. La recherche de pureté intérieure est sa préoccupation quotidienne, dans le contexte d’un monde dominé souvent par la haine, la violence, les divisions entre les peuples, bref par le péché terrible.

Dans la prière sur les offrandes, conscients de notre faiblesse et ne pouvant compter sur l’effort humain, nous demandons que Dieu nous accorde le soutien de son amour. Dieu est Amour. Il a tellement aimé le monde qu’il a envoyé son Fils unique pour sauver l’humanité. Ceux et celles qui en font l’expérience de manière providentielle savent profondément ce que signifie «être sauvé». Sans cet amour don de la grâce, l’homme est voué à l’échec. La personne consacrée se souvient que sa première vocation dans le monde consiste à aimer Dieu et le prochain. Ne pas aimer ou ne pas être témoin de l’amour divin dans son milieu de vie ou de travail est une incohérence interne, une opposition à l’appel gratuit du Seigneur, bref, c’est éteindre la flamme de l’amour qui conditionne la foi et l’espérance chrétiennes.

La préface chante l’essentiel de cette fête d’Eglise. D’abord elle rappelle que l’Esprit Saint, par la bouche de Syméon désigne Jésus comme la gloire de son peuple et la lumière des nations. Ensuite elle affirme que joyeux nous aussi, nous allons à la rencontre du sauveur. C'est dire qu’il n’y a aucune raison d’être triste aujourd'hui malgré nos problèmes personnels ou communautaires, nos déceptions, nos angoises, nos misères relationnelles, nos illusions, puisqu’il s’agit d’une rencontre, pas n’importe laquelle mais celle du Sauveur. Par conséquent, la joie devrait rayonner le visage de toute personne qui fait l’expérience d’une rencontre authentique. La personne consacrée à la mission d’être heureuse et Joyeuse, afin d’être témoin de la joie de Dieu. Le monde en a besoin. Syméon et Anne l’expriment à leur manière dans le temple. C’est dans la joie qu’ils proclament les louanges de Dieu et parlent de cet enfant aux personnes qu’ils rencontrent. Ils en parlent avec conviction parce qu’ils y croient fermement.

Enfin dans la prière après la communion nous implorons le Seigneur afin qu’il prolonge en nous l’œuvre de sa grâce, lui qui a répondu à l’espérance de Syméon. L’espérance est cette vertu de l’homme en chemin vers la vie éternelle en passant par plusieurs obstacles qui sont les épreuves, la croix multiforme qui fait partie de notre existence. Puissions-nous aussi obtenir la vie éternelle, en allant à la rencontre du Christ. La vie éternelle. Telle est l’aspiration fondamentale de l’être humain animé par l’Esprit Saint. Cependant, la personne consacrée doit discerner le vrai Esprit de Dieu pour ne pas se laisser séduire par n’importe quelle sollicitation du monde, n’importe quelle joie éphémère qui brûle tout germe de vertu.

Bref, célébrer la présentation du Christ au temple et prier pour la vie consacrée, c’est essentiellement célébrer la rencontre du Seigneur avec son peuple. Or, toute rencontre authentique fait naître la mission, le devoir impérieux de faire connaître au monde le Christ lui-même par le témoignage personnel. Peut-être ne nous en rendons-nous pas compte à force de fréquenter très régulièrement nos chapelles ou nos églises. L’eucharistie est une expérience de vraie rencontre avec le Vivant. Là et là seulement les yeux s’ouvrent pour reconnaître bien vivant au milieu de nous le Ressuscité qui transforme nos vies et qui conditionne toute notre existence. Là et là seulement naît la mission, celle de le faire connaître à d’autres personnes, à l’instar des disciples d’Emmaüs et de tant d’autres ouvriers de l’Evangile. La personne consacrée n’a pas le droit de taire Adelinece qu’elle sait de son Dieu. A condition de savoir écouter dans le silence la voix de celui qui ne cesse de murmurer dans nos cœurs, à travers les événements heureux et malheureux de notre vie. Il est tellement poli qu’il se tait lorsque nous parlons…

Que le Seigneur nous aide, en cette fête, à être des témoins de l’absolu de Dieu où l’on ne croit pas en sa présence, témoins de sa joie là où règne la tristesse, témoins de son amour là où sévit l’intolérance et témoins de sa puissance dans nos propres cœurs et autour de nous! Seule la prière permet de manifester plus efficacement la puissance dynamique du Dieu vivant dont nous parlons.

Que nos prières accompagnent Adeline, la petite-fille de Denyse Mostert (photo ci-contre). Elle subit en ce jour une "opération cardiaque" au Canada (Nouvelles de Denyse via Facebook)!

Sens de la Journée mondiale
de la vie consacrée

Ce 2 février (2008), Fête de la présentation du Seigneur au Temple, l’Eglise entière célèbre la journée mondiale de la vie consacrée ou de l’état de vie qui «constitue en vérité une mémoire vivante du mode d’existence et d’action de Jésus comme Verbe incarné par rapport à son Père et à ses frères». Quel sens pourrait avoir cet événement dans ce monde d’aujourd’hui? Un monde tiraillé, monde des sans-voix, monde éclaté par la violence, monde assoiffé et indifférent, monde qui dévalue la vie, monde dont les changements font douter de la vertu de fidélité, monde de globalisation, monde aimé de Dieu, monde en quête de sens, bref un monde complexe en crise de l'espérance.

Instituée en 1997 par le pape Jean-Paul II, la Journée mondiale de la vie consacrée poursuit un triple objectif.

  1. Tout d’abord, remercier le Seigneur pour le grand don de la vie consacrée.
  2. Ensuite, faire mieux connaître et apprécier la vie consacrée au peuple de Dieu.
  3. Enfin, une invitation pour toutes les personnes consacrées à célébrer ensemble et solennellement les merveilles que le Seigneur a accomplies en elles.

Ainsi, les personnes consacrées, hommes et femmes, témoins de la grande espérance, sont appelées à prendre davantage conscience de leur mission qui consiste essentiellement «à rendre présent au monde le Christ lui-même par le témoignage personnel» (Vita Consecrata, 72). Or, le témoin est la personne qui a fait l’expérience de Dieu, qui a été bouleversée par cette expérience, qui a le courage de parler ouvertement de ce qu’il a ‘vu’, ‘entendu’, ‘touché’, et qui est capable de susciter des conversions. Les témoins que sont les personnes consacrées doivent rallumer leurs choix prophétiques pour un monde plus juste.

Loin de se contenter de lire les signes des temps, la vie consacrée,«donation intégrale de soi», doit contribuer davantage «à élaborer et à mettre en œuvre de nouveaux projets d'évangélisation pour les situations actuelles» (Vie Consacrée, 73). En effet, tout en favorisant le sens de l’appartenance à l’Eglise, la consécration religieuse exige une vie réellement consacrée dans la liberté et l’amour intense en acte et en vérité. En d'autres termes, le sens de la vie consacrée dépend de la fidélité de ses membres à leurs engagements chrétiens et religieux.

(Ayaas)

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster