Nous sommes le 12/12/2018 et il est 07h03 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Échos voyages 2006

Bouton4


Monument Palais de Firenze

Acteurs d'espérance, artisans de paix

(Rome 09.01.2006) - Salut de la ville éternelle où je suis rendu pour la session plénière du Conseil général, du 9 janvier au 3 février 06. Nous aurons, entre autres, à rendre compte de nos activités depuis la dernière session en septembre et octobre 05. Mon dernier voyage en Afrique m'a réservé quelques mauvaises surprises: l'annulation du voyage de Madagascar faute de visa de transit sud africain et la perte de bagage entre Maseru et Johannesburg. Dieu merci, la valise a été retrouvée 12 jours plus tard, le jour même de mon départ de Kinshasa (3 janvier.) Merci de vos prières. Je pense Jean-Pierre FetshiEdouard Dagavounansouspécialement à Marie-Louise et Roger pour ce beau message:

Nous pensons bien à toi dans nos prières quotidiennes pour que ta mission soit fructueuse. Les vocations ne manquent pas dans la région Afrique-Madagascar, heureusement, cela compense la stérilité des Communautés omi des pays occidentaux Et pourtant nous implorons le Seigneur d'envoyer des ouvriers dans sa moisson. Les gens sont devenus très fragiles et ont peur de s'engager pour toute une vie. Notre beau pays la France, fille aînée de Église, se paganise de plus en plus... Mais au début de cette nouvelle année soyons des acteurs d'espérance, des artisans de paix, des témoins de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ venu parmi nous.

Dans la chapelle de la maison générale des Oblats, 5 jeunes du scolasticat international ont émis leurs voeux perpétuels le jour de l'Epiphanie (6 janvier). Il s'agit de Laudy Merilan (Haïti), Jean-Pierre Fetshi (Congo), Edouard Dagavounansou (Cameroun, Pawel Majdanski (Pologne) et Andrew Knott (Afrique du Sud.) Leur oblation a rassemblé quelques membres de familles, plusieurs amis, connaissances et bienfaiteurs.

Haut


Un autre long voyage

jb musumbi(Rome 17.02.2006) - Eh bien, cela fait longtemps, n'est-ce pas? Un autre long voyage commence dès ce 18 février, comme d'habitude à la fin d'une session plénière. Cette fois-ci, beaucoup de va-et-vient à travers les rues romaines dans le but d'évaluer la santé et de quémander des visas auprès de quelques ambassades africaines. Certaines sont bien organisées et accueillantes, tandis que d'autres laissent à désirer. Je n'oserais pas raconter toutes mes aventures, ce qui choque dans l'attitude du personnel rencontré souvent. Parfois, j'ai l'impression que l'argent est la première condition d'octroi de visas. La somme variant entre 14 et 60 euros mérite plus d'attention que l'étude du dossier!

Le plus embarrassant, c'est de se trouver devant un bureau de réception ouvert mais sans réceptionniste! Il faut l'attendre longtemps même quand l'horaire est affiché au bout de son nez. Un jour, j'ai dû monter des escaliers à la recherche d'un bon samaritain. Personne n'en était étonné! Pensent-ils vraiment à leur sécurité? D'autres se plaisent à retarder la date du retrait, tout simplement parce qu'ils ne sont jamais prêts. Ainsi va la vie dans certaines des ambassades africaines.

Je ne peux pas éviter d'y aller souvent car il me faut un visa pour chaque pays africain. La transformation de l'Organisation de l'Unité africaine en Union africaine apporterait-elle de nouvelles inspirations? Auriez-vous un commentaire à ce sujet? Merci de le poster sur mon weblog. Avec l'assurance de ma prière.

Haut


À la découverte du Kenya

(Igandene 08.03.06) - Salutations d'Igandene, au Kenya où je suis rendu depuis le 3 mars. Arrivé à Nairobi le 2 mars vers 14h15 (GMT+3), j' ai été conduit au scolasticat des missionnaires SVD (Société de Verbe Divin) par le recteur et un scolastique diacre qui m' attendaient à l'aéroport. La circulation étant intense à Nairobi, il nous a fallu deux heures de voiture, dans des bouchons et sous une pluie abondante tant attendue. J'ai donc passé ma première nuit, dans ce pays d'Afrique de l'Est, chez les SVD. Toute ma gratitude à cette communauté de formation pour l' accueil combien fraternel.

Eglise IgandeneDès l'après-midi du lendemain, le responsable de la mission oblate du Kenya est venu me prendre pour l'intérieur du pays, plus à l'Est, précisément à Igandene, une localité de la paroisse de Kionyo, dans le diocèse de Meru. Pendant six heures nous avons parcouru environ 200 km sur une route relativement bonne. Il fallait s'arrêter toutes les 25 minutes pour remplir d'eau le réservoir de la Jeep. Igandene se situe aux environs du mont Kenya qui nous envahit de sa fraîcheur. Dans cette région montagneuse, le regard se perd dans de vastes champs de thé. Le produit est traité dans une usine moderne installée à Kionyo. Les langues parlées sont le kimeru, le kiswahili et l'anglais.

Fondée il y a quelques années par les Oblats du Canada, province de Lacombe, la mission du Kenya compte actuellement 13 membres dont 7 prêtres repartis en trois communautés (Kionyo, Igandene et Meru). Frappant est l'engagement missionnaire dans l'éducation de la jeunesse, les projets du développement social et les soins des malades du sida. Les Oblats continuent le travail commencé par les missionnaires de la Consolata. Afin d'assurer le futur de la mission en accompagnant des candidats étudiants en philosophie, une maison d'accueil vient d'être achetée à Nairobi. Sauf imprévu, elle sera habitée avant la fin de ce mois. Merci de vos prières pour le développement de cette mission.

Mission Igandene Kenya

Haut


Bulawayo, la mission oblate de Zimbabwe

(South Africa 01.04.06) - Bonjour de Johannesburg où je suis rendu depuis le 27 mars, après avoir visité la mission oblate de Zimbabwe, comme prévu. Fondée en 1983 par les OMI de l'Afrique du Sud, la mission implantée dans l'archidiocèse de Bulawayo compte actuellement 22 membres dont 15 scolastiques. Il y a en plus 3 novices et 10 prénovices. Les scolastiques étudient à Cedara (South Africa), tandis que le noviciat se fait en Afrique du Sud ou en Namibie. Tous les jeunes en formation sont des Zimbabwéens. La mission vient d'avoir son premier prêtre local. Les autres prêtres viennent de l'Afrique du Sud (5) et du Congo (1).

Jardin Mazenod House

Tour à tour j'ai rencontré les confrères à la paroisse Our Lady of Lourdes, à Saint Luke's mission et à Mazenod House qui est aussi une maison de formation (prénoviciat). Le jardinage entretenu par les jeunes (voir photo) est un véritable moyen d'autofinancement. Chose évidente, ce beau pays traverse actuellement une crise économique sans précédent. En janvier 2006 l'inflation monétaire était de 700 à 800%. Aujourd'hui elle vaut plus que cela. Il faut avoir quelques millions de Zim dollar pour un petit repas dans un restaurant!

Wambamani

Messe WambamaniEn paroisse rurale, comme saint Luke, avant de construire une église pour chaque communauté ecclésiale vivante (Out Stations), les célébrations eucharistiques se font d'abord dans une classe (comme ici à Wambamani). Des religieuses y prennent une part très active. Parfois, le prêtre patiente longuement avant d'inviter l'assemblée à entonner le chant d'entrée en ndebele car les gens viennent de loin. Chaque famille constitue un village. Or les familles sont éparpillées. Il n'existe donc pas de gros villages comme ailleurs.

Arbre chapelle st LukeIci comme dans beaucoup de pays africains, les femmes sont plus ferventes que les hommes. 3 hommes seulement sur 30 femmes ont pris part à cette célébration! Admirable est la présence de la jeunesse. Ensuite, l'Eucharistie est célébrée sous un arbre à ombre (comme ici à Mafa), afin de stimuler l'effort collectif de bâtir une église en durable. Question d'autonomie.

Tandis qu'en paroisse urbaine, comme Our Lady of Lourdes, la communauté ecclésiale vivante s'organise pour que l'Eucharistie soit célébrée dans une famille, à tour de rôle, en attendant la construction de leur église (House Prayer). Claude Lukuba, House PrayerParfois, les gens sont contents de se rassembler sous un arbre pour prier, comme en milieu rural. Il me semble que les chrétiens sont très contents de prendre leur église en charge malgré la situation difficile du pays qui ne permet plus de donner une contribution consistante.

Sur cette terre combien accueillante et dans cette église locale dynamique, la grande inconnue, c'est l'avenir de la vie missionnaire. Le refus par le Gouvernement d'accorder ou de renouveler les permis de séjour laisse entrevoir un futur obscur pour tous les missionnaires étrangers. Dieu seul sait...

Haut


Institution de l’Eucharistie

(Kinshasa 13.04.06) - Jeudi Saint, institution du sacrement de l'Eucharistie, fête du sacerdoce. Bonnes célébrations du Triduum pascal et Joyeuses Pâques à chacun et chacune! Merci particulièrement à Marie-Louise et Roger qui nous ont envoyé un beau message d'encouragement en ce jour où je pense profondément à l'aventure de ma rencontre personnelle avec Celui qui m'a appelé à sa suite.

Chapelle CRCCe n'était pas évident. Dès l'enfance, je rêvais de devenir un médecin, afin de traiter de nombreux malades de mon entourage. Mais je me suis vu sur une autre voie, celle du sacerdoce ministériel. Au début comme une aventure. Pour me préparer à célébrer dignement cette fête sacerdotale, je suis allé à l'écart, à Johannesburg, Afrique du Sud. Profitant de la pause entre la visite au Zimbabwe et la Conférence inter provinciale de la sous-région anglophone (IPC) de notre congrégation, j'ai relu mon aventure spirituelle en vivant une retraite personnelle, du 27 mars au 3 avril 2006. La retraite a eu lieu dans un magnifique cadre appelé "Carmelite Retreat Centre".

"As-tu encore le temps de prier?" Telle est la question qui m'a été posée par un prénovice zimbabwéen, un jeune en formation. Tel est aussi le thème de ma retraite. Le glissement vers l'activisme me rend impatient.

Rencontre TriPACAprès la retraite, j'ai participé à la rencontre sur la restructuration de nos 3 provinces d'Afrique du Sud (Central, Natal et Northern). Initialement prévue le 28 février, la rencontre a eu lieu à Victory Park, le 3 avril 06. Le TriPAC, le Comité chargé du processus d'unification dont les membres sont les 3 Provinciaux et 2 membres de chaque unité a examiné le rapport de chaque province.

Enfin, j'ai pris part à la Conférence Inter provinciale (IPC) qui s'est tenue au centre Good Shepherd, Hartebeespoort Dam, South Africa. Les Supérieurs majeurs ont parlé, entre autres, de la prochaine rencontre régionale, du 29 mai au 2 juin 06 à Germiston et de la session intercapitulaire qui réunira tous les provinciaux et le conseil général en octobre 2007. Ce dernier événement aura lieu en Afrique du Sud.

Haut


Rencontre avec région oblate Europe

(Firenze 01.05.2006) - Rentré à Rome le 23 avril, comme prévu, me voici à Firenze (Florence) pour participer à une session conjointe du conseil général des Oblats avec la région oblate d'Europe. Il s'agit de discerner ensemble les défis missionnaires dans le contexte du monde sécurisé. En dépit du vieillissement du personnel, nous voulons, entre autres, continuer d'explorer la possibilité d'établir de nouvelles communautés internationales pilotes, prêtes à affronter les défis de la sécularité, le phénomène des sectes religieuses et des groupes fondamentalistes.

duomo FirenzeLa pause de ce dimanche 30 avril nous a permis d'avoir une journée de détente commune avec les membres de la Conférence Interprovinciale d'Europe (CIE). Nous avons visité le centre artistique du pays de Michelangelo Buonarroti, dit en français Michel-Ange (Caprese, près d'Arezzo, 1475 - Rome 1564). Sculpteur, peintre, architecte et poète italien. Nul n'a égalé l'originalité, la puissance de ses conceptions, et ses œuvres frappent par leur diversité autant que par leur caractère grandiose.

On doit à Michelangelo notamment, en marbre, plusieurs Pietà, le David (aujourd'hui à l'Académie de Florence), les tombeaux de Julien et Laurent II de Médicis dans la nouvelle sacristie qu'il édifia pour San Lorenzo (à Florence également, vers 1520 - 1533), les diverses statues destinées au tombeau de Jules II (pathétiques Esclaves du Louvre [vers 1513 - 1516], le Moïse [vers 1515, église San Pietro in Vincoli à Rome], la Victoire à l'étonnante torsion [Palazzo Vecchio de Florence]), les fresques de la chapelle Sixtine, la partie sous coupole de la basilique Saint-Pierre de Rome (à partir de 1547) et d'autres travaux d'architecture dans la ville papale, dont l'ordonnance de la place du Capitole. Ses lettres et ses poèmes témoignent de sa spiritualité tourmentée. (Voir Le Petit Larousse 2004)

Haut


Un couloir vidé de ses va-et-vient

(Rome 20.05.2006) - Salutation de Rome! Dans 3 jours la salle de nos sessions plénières sera vidée de ses accessoires et le couloir du primo piano (premier étage) de ses va-et-vient. Je reprends mon bâton de pèlerin dès le lendemain du mot de clôture. Un seul objectif à atteindre: animer nos différentes Route de Fianarantsoaunités oblates sur la mise en pratique du mandat du dernier Chapitre général. Il s'agira d'aider davantage à vivre en témoins de l'espérance dans l'aujourd'hui du monde.

Cette fois-ci, c'est un autre long voyage en Afrique que je suis en train de préparer. Plusieurs activités dans mon agenda: d'abord la conférence régionale en Afrique du Sud, puis la consultation en vue de la nomination d'un nouveau provincial en Namibie, puis la visite au Cameroun et au Nigeria, et enfin le jubilé des Oblats au Congo. J' espère avoir réellement un temps de vacances avant de regagner la ville éternelle vers fin août. Union de prières.

Haut


Au pays de Paul Biya

(Yaoundé 20.06.2006) - Salutation du Cameroun où je suis rendu depuis le 17 juin 06, en provenance de Windhoek, Namibie! Cette petite pause au pays de Biya m'a permis d'obtenir ce mardi le visa d'entrée au Nigeria, ma prochaine destination. Il n'a pas été facile de recevoir celui de Namibie faute de consulat à Rome. Après plusieurs contacts, Paris et Pretoria m'ont prié de m'adresser à Windhoek. Dieu merci, je l'ai reçu par fax la veille de mon voyage grâce à l'intervention efficace de nos confrères oeuvrant dans le pays.

Doebra, Namibie

La visite de Namibie a été précédée par la participation à la Conférence régionale oblate à Johannesburg. Les Leaders oblats d'Afrique et Madagascar ont réfléchi, entre autres, sur le ministère avec des jeunes et sur la réponse au défi du sida. C'était aussi l'occasion de se pencher sur les Eglise namibiennepréparatifs de la rencontre intercapitulaire. Elle aura lieu en Afrique du Sud, en octobre 2007.

Cette seconde visite en Namibie avait pour but de consulter nos confrères en vue de la nomination d'un nouveau provincial. Arrivés en 1896, les premiers missionnaires Oblats de Marie Immaculée donnèrent naissance à l'église catholique romaine en Namibie.

Positivement. La Namibie est un pays démocratique et paisible basé sur le principe de réconciliation nationale et de tolérance. Bonne infrastructure: installations sanitaires, écoles, routes, services des eaux, électricité et subventions pour les personnes âgées. De plus, la Namibie est un membre de la SADEC, une organisation qui vise le développement et l'amélioration du niveau de vie des gens dans la région sud africaine.

Négativement. Influence du matérialisme, écart croissant entre les riches et les pauvres. Conséquence :moralité basse, destruction de la vie de famille, corruption, abus contre les droits humains, népotisme et manque d'esprit de service. Société Eléphants de Namibieravagée par le Sida (25%), le chômage (40-50%), la pauvreté ...

Conduit en voiture par un scolastique en régence, nous avons parcouru plus de 3.000 km afin de rencontrer nos confrères partout dans leurs stations d'apostolat: Doebra (maison provinciale), Tsumeb, Okatana, Tondoro, Bunya, Rundu, Omega, Grootfontein Maria Bronn, Otjiwarongo, Windhoek, Gobabis et Epukiro (itinéraire). La simplicité et le dévouement caractérisent nos missionnaires.

Le plus beau et le plus émouvant, c'est le fait de voir des éléphants brouter dans une réserve naturelle entre Rundu et Omega, plus au nord du pays. Parfois ils occupent la route. Alors il faut attendre jusqu'à ce qu'ils acceptent de céder le passage. Quelles émotions! Aussi ai-je mieux compris le respect de l'environnement.

Haut


Bonnes vacances

(Kinshasa 12.07.2006) - Bonnes vacances à chacun et chacune! Après le séjour en Afrique du sud et Namibie, au Cameroun et Nigeria, me voici rendu au pays natal pour des vacances d'été. Cette fois-ci, le voyage m'a réservé quelques mauvaises surprises. Je pense précisément à ces multiples démarches pour le visa namibien, à cette nuit passée à l'aéroport de Port-Harcourt pour des raisons de sécurité, à ce taxi qui a pris feu entre Orlu et Jos (Nigeria), à ce vol Air Service annulé à la dernière minute à Garoua, à ce vol Hewa Bora raté à Douala, à ce Bus en panne entre Douala et Yaoundé en pleine forêt et en pleine nuit, à ces déboires de santé à Yaoundé (Cameroun) le jour même de mon départ ...

Ces mésaventures ne me font pas oublier la joie d'avoir rencontré mes confrères partout où rayonne le charisme de saint Eugène de Mazenod. Il consiste essentiellement à évangéliser les pauvres surtout les plus abandonnés. Les pauvres sont de plus en plus nombreux ici en Afrique. Je n'oublie pas non plus l'accueil chaleureux parmi les leaders d'un comité paroissial au Nigeria. Chose évidente, l'Afrique est sous-développée. Mais les habitants sont simples et savent accueillir et partager le peu qu'ils possèdent. J'en suis de plus en plus convaincu.

Procure saint EloiA Kinshasa où je suis rendu, le coeur bat au rythme d'élections tant attendues. Le 30 juillet sera certainement un jour historique pour ce pays rongé par l'instabilité politique. Le temps est beau en cette saison sèche. Le soleil ne se voit presque pas et il fait moins chaud qu'en saison pluvieuse. Cela m'a permis de faire le déménagement de ma base. Je viens de quitter la communauté oblate de Limete pour celle de la procure saint Éloi, quartier Bon marché, commune de Barumbu. La procure m'offre un cadre de travail assez agréable mais je dois apprendre à m'habituer aux bruits de ce quartier.

Benoît Kabong Ben AwisBonnes vacances à chacun et chacune! Je le dis de tout mon coeur, afin que le Maître de la vie vous comble de ses bienfaits. Le père Benoît Kabong Ben'Awis, missionnaire en Corse, France, vient de rentrer au pays (photo).

J'en ai besoin, moi aussi, à la fin de ces derniers jours de stress et de frustrations. Je serai en famille, à l'intérieur du pays, du 15 juillet au 15 août. J'en profiterai pour participer aux célébrations jubilaires de la province oblate du Congo à Idiofa, du 8 au 13 août. Les Oblats continuent de célébrer les 75 ans de leur présence au Congo. Leur Supérieur général sera au rendez-vous.

Enfin, un autre événement à fêter le 18 juillet, pas n'importe lequel. Dans le silence de mon coeur, je louerai le Seigneur pour mes 50 ans d'âge. Eh oui, la vie est un don précieux. Merci de joindre votre voix à la mienne pour chanter "Rendez grâce au Seigneur car Il est Bon, éternel est son Amour".

Haut


J'ai quitté Kinshasa dans la confusion

(Rome 24.08.2006) - Salut de la ville éternelle où je suis arrivé sain et sauf! Parti de Kinshasa le lundi 21 août, sous des tirs à l'arme lourde, avant la fermeture de l'aéroport international de N'djili, j'ai passé 24 heures de transit à Addis Ababa, Dieu merci, aux frais d'Ethiopian Airlines. Si moi j'ai eu la chance de sortir de la RDC en ce jour de confusion, notre Supérieur général en visite au Congo n'a pas pu prendre son vol d'Air France le mardi 22 août. En arrivant ici à Rome hier avant-midi, grande était ma joie d'apprendre que la situation était calme à Kinshasa, où la circulation reprenait progressivement. La capitale de la République démocratique du Congo a vécu trois jours de violences entre les partisans du président Kabila et ceux du vice-président Bemba.

Oblats rencontre Ifwanzondo

A dire vrai, je n'étais pas sûr de quitter le pays ce lundi, comme prévu. La veille, 20 août, la population congolaise vient de connaître tard la nuit les résultats provisoires de l'élection présidentielle du 30 juillet. Il y aura un second tour qui opposera le président sortant Joseph Kabila à Jean-Pierre Bemba. La proclamation de ces résultats par la Commission électorale indépendante, CEI, est retardée plusieurs heures à cause de la confusion qui règne à Kinshasa: des tirs à l'arme lourde retentissent dans la ville.

Devant le petit écran, rien à craindre dans ce pays où les gens détruisent facilement le peu qui existe. Les dispositions sécuritaires ont été prises afin de maîtriser le mécontentement éventuel de certains candidats malheureux. Accepteront-ils humblement et dans un esprit démocratique la défaite? Telle est la principale question qui se pose davantage en cette nuit électorale. (La chronologie des événements fournie par le chef d'État-major général des forces armées congolaises calme les esprits).

Louis Mbwôl et Louis NzalaQue dire de mon séjour au pays? Après mes trois semaines de repos en famille, j'ai participé aux célébrations jubilaires à Idiofa. Les missionnaires Oblats ont accompli 75 ans de présence au Congo. Il y a eu beaucoup d'activités culturelles et de nombreux participants entre le 10 (messe d'ouverture) et le 13 août (messe de clôture). Les fidèles des paroisses (7) desservies par les Oblats aux diocèses d'Idiofa et de Kikwit ont participé très activement à toutes les manifestations, en présence du Supérieur général des Oblats, Guillermo Steckling, de plusieurs anciens missionnaires belges, de Messeigneurs Louis Mpasi, évêque émérite d'Idiofa, Louis Nzala, évêque de Popo et Administrateur d'Idiofa, et de plusieurs autorités civiles et militaires.

Tam-Tam africainNos coeurs ont vibré au rythme du tam-tam africain joué par un garçon de 12 ans. Les talents ne manquent pas malgré l'avenir parfois incertain. Dans son adresse, Mgr Louis Nzala a solennellement invité les Oblats à réaliser à Idiofa aussi les oeuvres qui font leur fierté à Kinshasa et à Kikwit.

Quant à mon anniversaire de naissance, enfin, je l'ai célébré dans la plus grande discrétion et simplicité, le 18 juillet, à Idiofa. Il en sera de même avec l'anniversaire sacerdotal le 17 août (20 ans). Le plus important était de rendre grâce au Seigneur pour le don de la vie. Merci de vos nombreux signes de vie surtout de vos prières. Avec plaisir je partage les souhaits de Marie-Louise et Roger Masques phende, Idiofa(France).

JOYEUX ANNIVERSAIRE, cher Jean Bosco et bonnes vacances! C'est en visitant le site "Ayaas" que nous avons appris qu'en ce mardi tu fêtais tes 50 ans. Aussi nous venons te chanter en coeur "a happy birthday to you". Nous sommes de tout cœur avec toi et nous nous réjouissons en ce jour de fête; en pensée nous nous transportons à Kinshasa où avec ta parenté, tes confrères oblats et d'autres amis tu célèbres cet événement.

Nous continuons à prier quotidiennement pour que le Seigneur te bénisse, te donne toutes les grâces pour accomplir la noble mission qu'il t'a confiée au service de la Congrégation des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée pour nos frères et soeurs d'Afrique et de Madagascar, surtout les plus pauvres et les plus démunis.

Grâce aux nouvelles sur ton site nous nous tenons au courant de tes activités oblates. Nous sommes tellement heureux d'avoir pu connaître et vivre cette amitié profonde avec toi grâce à saint Eugène de Mazenod et le net. C'est merveilleux ce que le Seigneur a fait pour nous. Fraternelles et oblates salutations.

Haut


Rendez-vous sur la montagne de Fara Sabina

Chapelle des Clarisses, Fara Sabina(Rome 3.09.2006) - La vie reprend son cours normal à via Aurelia 290. L'équipe du conseil général est au grand complet pour la session plénière du 4 septembre au 3 octobre. Comme d'habitude en septembre, la session s'ouvre avec une semaine de retraite prêchée, cette fois-ci, par Frank Santucci, animateur du charisme oblat. Elle a lieu dans le magnifique cadre du monastère des sœurs clarisses situé sur la montagne de Fara Sabina, au nord de Rome.

Comme les apôtres, nous avons profondément besoin d'aller à l'écart avec le Maître pour lui rendre compte de nos vies personnelles et de notre mission commune. Nous avons surtout soif d'écouter sa parole et de nous laisser guider par les inspirations du Saint-Esprit dans le choix prophétique des moyens d'accomplir efficacement le mandat du Chapitre général. Je penserai à chacun et à chacune de vous dans mon humble prière. Puis-je compter aussi sur la vôtre.

Haut


La vie est beauté que j'admire

Fleur rose(Rome 16.09.2006) - Ouf! Les temps sont durs. Mais la vie est beauté que j'admire. Parfois, je suis submergé de travail, absorbé dans la lecture des tas de dossiers à traiter. Peu d'espace donc à l'animation virtuelle sur ayaas.

Nous avons vécu une très bonne retraite à Fara Sabina sur le charisme religieux. Ai-je vraiment quelque chose à porter aux autres? Pas facile de se concentrer totalement quand le coeur est envahi par plusieurs préoccupations. Elles devraient pourtant aider à prier. La fidélité est-elle possible? N'hésitez pas à donner votre avis ici.

Encore deux semaines de session plénière. Puis viendra le temps de repartir, comme d'habitude. A découvrir cette fois-ci: le Sahara occidental via l'Espagne. Merci de votre compagnie et à très bientôt sur le net.

Haut


Quand commence la vie spirituelle personnelle ?

(Rome 01.10.2006) - Bon début du mois d'octobre! Le temps commence à changer par ici, il fait plus frais, et c'est agréable de contempler la nature et de rêver sans s'abîmer dans la contemplation. A deux jours de la fin de notre session, je me sens mieux. Loin de te faire part de mes préoccupations, je t'invite plutôt à sourire, comme la petite Mira. Le monde en a besoin.

Mira MuntumosiL'idée de te parler de Mira me vient au moment où je reçois sa lettre dans laquelle elle me rappelle que je lui avait promis une réponse, via ayaas, à la question qu'elle m'avait posée pendant les vacances d'été. Mira a 14 ans. Je l'ai rencontrée, comme par hasard, à Kikwit, Congo Kinshasa, en août 2006. Curieuse fille, elle m'a posé plusieurs questions, entre autres, celle-ci: "Quand commence la vie spirituelle personnelle?"

En réalité, cette question venait de son enseignant de religion. Elle voulait que je lui fournisse des éléments de réponse. Mais j'étais incapable d'aborder ce genre de sujet avec elle. Heureuse coïncidence, sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus dont nous célébrons la mémoire aujourd'hui, dit dans son ouvrage autobiographique: "Au commencement de ma vie spirituelle, vers l'âge de 13 à 14 ans..."

Chose évidente, toute vie chrétienne remonte au baptême. Mais la vie spirituelle chrétienne personnelle ne commence que par sa prise de conscience et par un ferme en­gagement dans l'Église. Entendons par la vie spirituelle cet “itinéraire de fidélité croissante, où la personne consacrée est conduite par l'Esprit et configurée par lui au Christ, en pleine communion d'amour et de service dans l'Église” (Vita Consecrata, 93). Cette vie spiri­tuelle a un commencement, le moment "où la personne humaine se considère responsable de sa vie devant Dieu, c'est-à-dire lorsque la relation à Dieu devient une relation totale de personne à personne", précise Charles-André Bernard dans Traité de théologie spirituelle (Cerf, 1986). Combien connaissent cet instant précieux de leur vie? [Détails]

Dans ta prière, merci de penser spécialement à l'un des visiteurs d'ayaas. Il subira une intervention chirurgicale le 3 octobre. Du reste, voir la mise à jour de mon Travel Plans. A très bientôt!

Haut


La persécution religieuse de Pozuelo, Espagne

(Madrid 22.10.2006) - Me voici rendu à Madrid depuis le 17 octobre, comme prévu, en route vers le Sahara occidental. Diego de León, tel est le nom de cette belle avenue où est implantée une des communautés oblates au service de l'administration provinciale et de la paroisse Virgen Peregrina. D'ici je vais souvent à la découverte d'autres communautés, à Madrid et hors de la capitale espagnole. Avec la pluie toujours au rendez-vous, en cette période de l'année. La délégation du Sahara dépendant de la province d'Espagne, le but de cette escale est de découvrir les priorités et les principales activités de nos missionnaires. J'essaie de m'adapter au rythme de vie d'ici. Les repas, par exemple, se prennent tard: 14h00 et 21h30. Il paraît que d'autres mangent plus tard.

Pozuelo, tableau martyrs espagnols

Sans compter ceux qui travaillent ailleurs, il y a une quarantaine d'Oblats ici en Espagne. J'ai eu l'opportunité de visiter trois autres communautés: Valladolid, Pozuelo et Aluche. Le plus émouvant, c'est le Tableau Martyrs espagnols de Pozuelocontact avec la communauté de Pozuelo, le lieu où plusieurs missionnaires ont été persécutés à cause de la haine religieuse pendant les années 1936-1939.

Il est donc légitime de parler d'authentiques martyrs au sens propre du terme. Ainsi se sont exprimés les évêques espagnols, tout comme le pape Pie XI. Ainsi l'a aussi compris le bon peuple croyant, qui assistait aux évènements et qui espérait qu'un jour la sainte Eglise en reconnaîtrait officiellement le martyre.

1936-1939, ces trois ans furent sanglants et douloureux pour l'Eglise d' Espagne. Dans cette persécution religieuse, on compta des milliers de morts, torturés et fusillés, parce qu'ils étaient croyants, ou parce qu'ils portaient la soutane ou l'habit religieux: prêtres ou religieux travaillant dans les paroisses, les centres d'enseignement ou les hôpitaux, ou laïcs fervents, convaincus de leur foi en Jésus Christ.

Dans ce climat général de haine et de fanatisme antireligieux, prennent place nos 22 Oblats martyrs, exécutés dans des circonstances identiques: le Père Provincial, 4 Pères, 3 Frères et 15 scolastiques de la communauté de Pozuelo de Alarcón (Madrid). Les missionnaires Oblats de Marie Immaculée s'étaient établis dans le quartier de la gare de Pozuelo en 1929." Pour plus d'information, voir omiworld.org.

Haut


Une promenade sur la célèbre Rambla de Barcelone

Barcelone

Charo Alvarez(Madrid 31.10.2006) - Hola! Ainsi se saluent les Espagnols. Ce mot n'a pas de correspondant en français. C'est à peu près la même chose que le hello anglais. On pourrait le traduire en français par salut parce que hola est moins formel comme salutation. Autrement, on dit: buenos dias, le matin; buenas tardes, l'après-midi et buenas noches, le soir, et lorsqu'on va se coucher. Eh oui, tout se passe bien par ici, rien à me plaindre. Tout est grâce, n'est-ce pas?

Dans ce monde, le chien mérite l'affection et le respect car il est un bon compagnon. Le plus amusant, c'est qu'il veut être porté sur les genoux comme un vrai bébé. Parfois, il dérange en aboyant chaque fois qu'il voit passer d'autres chiens à travers sa fenêtre. Et quand arrive l'heure de le faire promener à l'extérieur, il est le plus heureux. La maison n'est certes pas son milieu naturel.

Comme pour m'inciter à faire vivre ayaas, un visiteur m'a suggéré de parler longuement de ma visite à Barcelone. Pourquoi? Peut-être aime-t-il ce coin du monde. Même après deux séjours en 15 ans, je ne peux que partager quelques impressions d'ordre plutôt touristique.

Chose évidente, après une semaine de pluies à Madrid, je viens de jouir d'une semaine de soleil à Barcelone, à 4 ou 5 heures de train de la capitale. Ce précieux moment de relax m'a permis de me refaire et Eglise Sacré-Coeur de Barcelonede découvrir la beauté culturelle de cette ville méditerranéenne qui garde jalousement l'héritage des jeux olympiques de 1992.

Les soeurs de la sainte famille de Bordeaux ont été très généreuses en m'accueillant dans une de leurs communautés, située au calme quartier appelé Sarrià. Les rues piétonnières de Sarrià, avec leurs magasins caractéristiques et la variété de petits restaurants, font de cette zone un lieu de promenade délicieux.

Sarrià a le grand avantage de pouvoir contempler la beauté surtout nocturne de la montagne de Tibidabo, au sommet de laquelle domine majestueusement la basilique salésienne du sacré-coeur. Le rêve de Don Bosco s'est réalisé grâce aux dons des fidèles et dévots.

On visite avec grande satisfaction la crypte (bas) et la basilique comme telle (haut) quand on connaît bien l'histoire vocationnelle de ce grand saint italien, amoureux de Dieu et amoureux de la jeunesse de notre monde et de tout temps.

De Tibidabo, la cime la plus élevée, on a une vue impressionnante de la ville. Le voyage pour monter au parc d'attractions qui se trouve au sommet, possède un charme particulier. On y accède par "funicular", Sagrata Familia de Barcelonun tramway centenaire toujours en activité couvrant le dernier tronçon fort pentu de la montagne.

Quelques autres monuments. La "Sagrata Familia", la cathédrale en construction est autofinancée grâce aux dons des fidèles et dévots, et aussi, grâce aux entrées des visiteurs. "C'est effectivement le rêve de l'architecte Gaudi, l'oeuvre à laquelle il a consacré une grande partie de sa vie.

Au moment de sa mort, en 1926, le maître n'a pu voir qu'une des tours terminée. La poursuite du projet de Gaudi est devenue le symbole indiscutable de Barcelone, pas seulement à cause de ses dimensions spectaculaires mais aussi parce qu'il révèle l'esprit d'une ville obstinée, depuis toujours, à construire son avenir". Ce qui est choquant ici, c'est un Jésus complètement nu sur la croix! L'artiste ne s'est jamais laissé intimider par les attaques viriles de l'épiscopat espagnol.

Rien ne sert à rappeler que l'Etat espagnol, à l'instar de certains pays européens, est en avance dans la légalisation de ce qui divise le monde actuellement, en l'occurrence le mariage homosexuel. Au centre Insolites de la Rambla, Barcelonanévralgique de la ville se situe la Place de Catalogne (Plaça de Catalunya). Elle possède un caractère central et elle relie la vieille ville à la nouvelle. C'est ici que commence la très célèbre Rambla, qui descend en pente doucement jusqu'à la mer.

L'univers de cette promenade est unique et coloré: le marché de la Boqueria où l'on trouve tous les fruits du monde, même le mangoustan, les kiosques de fleurs et une série d'attractions insolites. Aucun touriste n'y passe sans offrir un sourire gratuit. Un homme assis dans son wc et lisant un livre, c'est un spectacle original. A la confluence de la Rambla et de la mer se dresse le fameux monument à Colomb. Emprunter l'ascenseur pour accéder au Mirador de Colom offre une vue Monument Colomb, Barcelonapanoramique spectaculaire en raison de sa forme circulaire.

La place offre la possibilité de se promener sur la Rambla, l'avenue la plus emblématique de Barcelone, "pleine de magie et de couleurs, célèbre dans le monde entier pour son ambiance unique."

Mais rassurez-vous, ce n'est pas pour cela que je suis allé à Barcelone. J'ai eu le plaisir de découvrir l'hospitalité d'une famille espagnole. Tout est grâce. Que ladite famille, connue grâce à l'oeuvre missionnaire en Afrique, trouve ici l'expression de ma gratitude, avec l'assurance de ma prière.

Haut


Comme un arbre isolé en plein désert du Sahara

(Rome 09.11.2006) - Salut de Rome où je suis rentré ce 7 novembre, comme prévu, un peu fatigué mais content d'avoir appris beaucoup de choses. Après Madrid et Barcelone, je me suis rendu à Laayoune, ville du Sahara occidental, via Las Palmas (Îles des Canaries, océan Atlantique) en compagnie de Fernando, provincial d'Espagne. C'était mon premier contact direct avec le désert du Sahara. Mon cours de géographie à l'école secondaire ne faisait pas imaginer une telle réalité.

Laayoune, désert du Sahara

Écorégion située dans la partie nord de l'Afrique, le désert du Sahara est le plus vaste désert du monde. Il divise le continent d'est en ouest et s'étend sur 11 pays: le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Libye, Égypte, le Soudan, le Tchad, le Niger, le Mali, la Mauritanie et le Sahara occidental. D'origine arabe, le terme Sahara (Al-Saharra ou Ar-Sahhra) signifie désert ou steppe. Quant au climat, la zone côtière atlantique baignée par le courant froid des Canaries est soumise aux brises de mer et à quelques phénomènes de brouillards.

Ce territoire de 266.000 km² du nord-ouest de l'Afrique est bordé par le Maroc au nord, l'Algérie au nord est, la Mauritanie à l'est et au sud, tandis que sa côte ouest donne sur l'océan Atlantique.

Vaste territoire désertique, cette ancienne colonie espagnole n'a toujours pas trouvé de statut définitif sur le plan juridique, plus de trente années après le départ des Espagnols en 1975. Le Sahara occidental est effectivement en proie à un conflit reflétant à la fois la lutte de certains Sahraouis pour leur indépendance et la rivalité hégémonique du Maroc et de l'Algérie dans cette région... En 1982, la reconnaissance de l'indépendance du Sahara occidental par une majorité d'états africains et son adhésion à l'OUA, provoqua le départ du Maroc de l'organisation en 1985.

Eglise catholique de Laayoune, SaharaTrois confrères dont un préfet apostolique de Laayoune-Sahara exercent un apostolat de présence dans ce pays musulman depuis plusieurs années. Pendant notre séjour, 9 professeurs espagnols ont participé à la messe du samedi (en Espagnol), et 10 membres de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) à celle du dimanche (Espagnol-Anglais). On ne voit personne en semaine car il n'y a pas de chrétiens. Dans ce contexte, quelle est la raison d'être d'une mission catholique ou: «est-ce que ça vaut vraiment la peine d'être ici?»

Tout dépend de la notion qu'on a de l'Église, du Corps Mystique, répond padre Rafael... C'est dans ce monde que nous sommes, tenant debout apparemment tout seul. Tout comme l'arbre isolé ou la source cachée, qui sont là pour fournir de l'ombre ou un peu d'eau à qui est dans le besoin, il y a quelqu'un qui essaie tranquillement d'apporter son grain du sable à cette dune de difficultés, de pauvreté et de punition. Malheureusement, cela ne se passe pas comme nous le souhaiterions: parfois nous en manquons, parfois nous en avons trop à notre goût.

Pour les Oblats d'Espagne, ça vaut la peine! Il s'agit d'une mission spéciale qui consiste à être témoin du Christ parmi les musulmans; une présence motivée par le dialogue interreligieux tant recommandé par Route désert du Saharal'Eglise et par le dernier chapitre général de notre Institut. "Le dialogue avec les autres cultures et religions est une exigence de notre époque, et nous sommes appelés à développer une attitude d'écoute envers ce monde".

Avec un double sentiment j'ai quitté Laayoune. Tout d'abord le sentiment d'admiration envers ces confrères qui, apparemment, ne font rien mais ont des amis et sont heureux. Il faut un charisme spécial pour tenir bon. Puis la peur du néant. Mes sincères remerciements à ces braves missionnaires pour l'accueil et la joie de vivre en témoins de Celui qui les a appelés à sa suite.

Haut


Sourire même quand le lendemain est incertain

(Kinshasa 18.11.2006) - Bonjour de Kinshasa où je suis rendu depuis le 14 novembre, comme prévu. Air France ayant annulé son vol Rome-Paris que je devais prendre le matin du 14 novembre, j'ai été obligé, de justesse, à voyager la veille pour ne pas rater la correspondance à Paris Charles de Gaulle. C'était donc un départ dans la précipitation. Je n'avais qu'une heure pour faire ma valise. Dans ce contexte, je me suis contenté de l'essentiel, en tenant compte de nouvelles mesures de sûreté édictées par l'Union Européenne. La nuit passée dans un hôtel de transit, à Paris, m'a permis de surmonter l'agitation.

Famille Muntumosi

En arrivant à Kinshasa la veille de la publication des résultats de l'élection présidentielle, la tension était perceptible, des Jeeps lourdement armées un peu partout dans la ville. Le président sortant du Congo, Joseph Kabila, a remporté le second tour de l'élection présidentielle du 29 octobre avec 58,05% des suffrages exprimés, a annoncé le 15 novembre soir la Commission électorale indépendante. Dans un Laure Muntumosimessage télévisé diffusé peu après l'annonce des résultats, Joseph Kabila s'est présenté comme le président de tous les Congolais, les invitant à "la fraternité et la tolérance" et prévenant que la campagne électorale, émaillée d'incidents meurtriers, était terminée. Le lendemain, par prudence, les gens sont restés chez eux, les écoles n'ont pas ouvert leurs portes.

La communauté internationale a multiplié les appels au calme et à la responsabilité des dirigeants congolais, condamnant tout recours à la violence. L'ONU, qui entretient en RDC sa plus importante mission de maintien de la paix dans le monde avec 17.600 Casques bleus, est épaulée pour la sécurisation du processus électoral par une force européenne (Eufor), qui a déployé 1.400 hommes à Kinshasa et environ un millier au Gabon, prêts à intervenir dans les 24 heures.

En attendant la réponse de la cour suprême de justice au recours introduit ce 17 novembre par le candidat malheureux, Jean-Pierre Bemba qui n'accepte pas les résultats de l'élection, la situation est relativement calme. Combien de temps cela durera-t-il? Telle est la question que beaucoup se posent.

Si tout marche bien, je vais ce dimanche 19 novembre à Johannesburg pour participer à une rencontre de l'Exécutif régional. L'objectif est d'établir un secrétariat permanent à Johannesburg et de préparer la session conjointe (région et conseil général) qui aura lieu en septembre 2007, en Afrique du Sud. Que Dieu bénisse nos efforts, grâce à vos prières.

Haut


Une visite émouvante à Soweto, Afrique du Sud

(Joburg 23.11.2006) - Bonjour de Johannesburg où je suis rendu depuis le 19 novembre, comme prévu. La rencontre de l'Exécutif régional dont les membres sont le président, le vice-président, le secrétaire et le trésorier de la région Afrique-Madagascar, s'est tenue à Victory Park, à la maison provinciale de Northern Province, l'une des trois provinces oblates de la République sud-africaine. J'ai été invité à cette réunion afin de participer aux discussions sur les défis actuels de la mission oblate en Afrique, dans la perspective de la session conjointe (administration générale et supérieurs majeurs) qui aura lieu en septembre prochain, ici à Joburg. La réponse à l'épidémie du sida, le ministère avec des jeunes, la formation missionnaire de nos jeunes, l'internationalité, l'autofinancement, autant de sujets qui pourront être approfondis.

Mandela Museum, SowetoMotivés par le ministère avec des jeunes, nous avons eu le plaisir de visiter Soweto. C'est une vraie ville de 3 millions d'habitants avec des beaux quartiers où résident les cadres supérieurs, des quartiers modestes aux petites maisons alignées, des bidonvilles sordides, des centres commerciaux, une université, des marchés, des stades, le plus grand hôpital d'Afrique où des médecins du monde entier viennent faire des stages en raison de la diversité des pathologies qu'on y rencontre.

Dans la partie historique, entre la maison de Nelson Mandela, Église Regina Mundi et le Hector Peterson Memorial, il y a assez à voir. Nous n'avons eu qu'une demie journée pour visiter ces trois monuments: Nelson Mandela Museum (maison familiale de Mandela, devenue musée), Hector Pieterson Museum (symbole de la résistance des enfants de Soweto en 1976) et Regina Mundi Catholic Church, desservie par les missionnaires oblats de Marie Immaculée (située près des maisons familiales du président Nelson Mandela et de l'évêque Desmond Tutu, devenue symbole de la lutte des Noirs contre l'apartheid , cet église a été le théâtre d'une fusillade au moment des émeutes lycéennes de 1976.

Hector Peterson Museum, Soweto

Le 16 juin 1976, des milliers de jeunes se rassemblent près de l'école Orlando, dans le south-western township (Soweto) de Johannesburg. Ils manifestent contre l'utilisation de l'afrikaans comme seconde langue d'enseignement, au même titre que l'anglais. La foule de jeunes, dont certains ne sont même pas encore adolescents, se retrouvent devant une cinquantaine de policiers. Ceux-ci emploient d'abord des grenades lacrymogènes, puis ouvrent le feu sur les manifestants. La première victime est un garçon de 13 ans, Hector Peterson.

Enfants de SowetoLa photo d'un homme tenant le corps de l'enfant et de sa sœur pleurant à ses côtés fait le tour du monde, éveille la conscience publique à l'échelle de la planète. Plus tard dans la journée, des centaines de policiers armés viennent prêter main-forte à leurs collègues.

Tout au long de l'été 1976, Soweto est le théâtre de manifestations durement matées. Plus de 600 personnes perdent la vie, essentiellement des manifestants noirs. Des dizaines de milliers de jeunes se retrouvent en prison, des milliers traversent la frontière pour trouver refuge à l'étranger alors que d'autres se joignent à la lutte clandestine. (voir «Morts les enfants de Soweto», Les Archives de Radio-Canada).

C'est très émouvant de visiter le musée Hector Pieterson (le premier collégien abattu en 1976) et la maison de Mandela, à côté de celle de Monseigneur Tutu. Mandela fait l'objet d'une véritable vénération en Afrique du sud, en raison de son combat pour la liberté bien sûr, Eglise Regina Mundi, Sowetomais aussi parce qu'il a su gérer la transition sans bain de sang et sans esprit de vengeance.

"L'Afrique du Sud d'après l'apartheid a encore de nombreux combats à mener. La lutte contre le sida, le désendettement, le développement durable en sont trois exemples. Dans tout cela des notes d'espérance, notamment dans le remarquable travail des Églises. Le rôle des Églises y est primordial. Une prise en charge collective et œcuménique permet aux gens de toutes races de s'impliquer dans les œuvres sociales. La lutte contre le sida, le banditisme, la corruption, le racisme font partie de la vie quotidienne du chrétien engagé.

Haut


Valise ouverte

Valise(Kinshasa 25.11.2006) - Salutations de Kin où je suis rentré ce vendredi 24 novembre, en provenance de Joburg, South Africa. C'est seulement à la maison (procure saint Éloi) que j'ai constaté que le cadenas de ma petite valise (12 kgs) avait été arraché, la valise ouverte, quelques objets volés dont mon appareil photo (Fujifilm Camera). Dommage!

Je ne sais pas si ce bagage de soute a été ouvert à Joburg ou à Kinshasa. N'ayant rien suspecté en retirant la valise à l'aéroport de N'djili, Kinshasa, je n'ai pas vérifié mes affaires. Par conséquent, je n'ai rien réclamé auprès de la compagnie South African Airways. Je n'en suis pas à ma première expérience. Il y a une année, sur la même ligne, la même valise était perdue puis retrouvée une semaine plus tard; une autre fois elle était complètement ouverte mais sans perte d'objets!

Que ces mésaventures ne jettent pas en vous le dégoût de visiter l'Afrique! Ces choses peuvent arriver partout, n'est-ce pas? Il suffit d'avoir une valise plus solide que la mienne. Pas d'inquiétude pour ceux qui n'ont qu'un bagage pour cabine. J'essaie de prendre la vie du bon côté, sans me laisser écraser par mes multiples frustrations. Cela n'est possible qu'avec la grâce du Seigneur et l'appui de vos prières. Merci.

Haut


"Heureux les pauvres en esprit"

(Kinshasa 26.11.2006) - Je dirais plutôt "heureux ceux qui ont le sens de l'humour"! Après avoir appris l'affaire de ma valise ouverte, un confrère en fait un commentaire spirituel en anglais (facile à comprendre quand on a lu mon article précédent). Il pense que je suis en train de vivre l'esprit franciscain en me débarrassant de mes biens pour les pauvres. C'est une interprétation qui n'engage que lui.

Jean Bosco has been infused with a Franciscan spirit giving away his earthly good to the poor whom he meets along the way of his travels. Better to say that he is helped in his Franciscan conversion by being relieved of some of his earthly good at airports. It seems that his luggage has been lightened along the way. Blessed are the poor in spirit.

Haut


En retraite spirituelle à Mbiti pour se décorer le coeur

Centre spirituel Mbiti(Kinshasa 07.12.2006) - Du 7 au 14 décembre je suis en retraite personnelle au Centre spirituel de Mbiti, Kinshasa. En ce temps de l'Avent, j'espère me décorer le cœur, comme le font beaucoup d'entre vous en montant vers Noël. Je penserai à vous dans ma prière, sans oublier les événements heureux et malheureux de cette semaine.

Au Congo l'heure semble désormais au calme. C'est la fin de la RECREATION, a annoncé solennellement le jeune président Joseph Kabila (35 ans) dans son discours d'investiture, ce mercredi 6 décembre au palais de la Nation à Kinshasa. "J'annonce aujourd'hui la fin de la récréation, afin que le peuple puisse se consacrer au travail, et ce dans la paix et la tranquillité", a-t-il déclaré. Il a appelé ses compatriotes à se "remettre au travail" pour relever le défi du développement d'un pays ravagé par des années de guerre et de mauvaise gestion. Un beau discours certes, plein de vision, un plan d'action à concrétiser pendant ses cinq ans de mandat. Espérons que la bonne volonté manifestée aidera réellement le pays à sortir de sa pauvreté aux multiples visages. Telle est aussi l'immense espérance de tous et toutes les missionnaires oeuvrant dans ce pays où 75% des 60 millions de Congolais vivent encore avec moins d'un dollar par jour.

En Afrique, le Professeur burkinabé Joseph Ki-Zerbo n'est plus. Un grand baobab vient d'être déraciné. «Après Cheikh Anta Diop, l'Afrique perd aujourd'hui un autre géant. Une véritable encyclopédie vient de flamber». Puisse la terre de nos ancêtres lui être clémente! Il était parmi les intervenants de la Traversée africaine du XXIe siècle, conférences organisées il y a quelques années par l'Institut saint Eugène de Mazenod à Kinshasa.

Toujours à Kinshasa, l'Institut Africain des Sciences de la Mission organise la XXXIIIe session de la Chaire Cardinal Malula, le samedi 9 et le dimanche 10 décembre 2006 à 15 heures, au Scolasticat Saint Eugène de Mazenod. Thème: «La nouvelle éthique mondiale et l'avenir de l'Eglise en Afrique». Trois conférences-débat par:

Haut


De la procure saint Eloi, Kinshasa

Procure oblate saint Eloi Kinshasa(Kinshasa 16.12.2006) - Me voici rentré à la procure saint Eloi, après un temps de concentration à l'écart. Suis-je parvenu à me décorer le cœur comme je l'espérais? Pas très sûr. Tout ce que je sais, c'est que j'ai su me taire pour écouter le silence en moi et autour de moi, dans la brise de vallée du beau cadre de Mbiti. Faute de mots parfois, je me suis contenté de dire à ce silence: "tu sais tout, tu connais tout". Toi qui lis cette page, tu fais partie de ce "tout". J'ai pensé à toi en réfléchissant sur ce thème du prochain synode pour l'Afrique: "L'Eglise en Afrique au service de la réconciliation, de la justice et de la paix". Le premier défi étant celui de me réconcilier avec moi-même, j'avais grandement besoin de silence.

Merci aux visiteurs d'ayaas qui ont laissé quelques signes de vie. Je pense particulièrement à cette personne qui dit qu'elle a aimé l'expression "décorer le coeur", et à ceux qui se plaignent du fait que leurs commentaires n'ont pas été affichés sur notre Blog. La réponse est simple: les commentaires doivent être en harmonie avec les thèmes proposés. Néanmoins je suis ouvert à vos suggestions quant aux sujets qui mériteraient réflexion et discussion.

De Rome j'apprends que le soir du 11 décembre, un voleur ou des voleurs ont visité le premier étage de la maison générale des Oblats pendant que tout le monde prenait le repas du soir, au rez-de-chaussée (19.30-20.00). Ils ont forcé presque toutes les portes de nos chambres et bureaux, probablement dans l'espoir de rafler quelques billets de Banque, puisqu'ils n'ont touché ni aux ordinateurs ni à certains autres objets de valeur. Il est actuellement difficile de savoir exactement ce qu'ils ont emporté parce que la plupart des locataires de cet étage, les membres du conseil général, sont maintenant absents de la ville éternelle. Une occasion certes de comprendre mieux l'Evangile en ce temps de l'Avent: "Veillez... le Seigneur viendra comme un voleur..."

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster