Nous sommes le 12/12/2018 et il est 06h01 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Échos voyages 2005

Bouton4


Chapelle universitaire Roma

Lesotho: défi du SIDA

(Maseru 26/02/2005) - Me voici au Lesotho depuis le lundi 21 février. J'en suis à ma deuxième visite, une Motanyane Alexander"visite ordinaire" cette fois-ci, qui sert aussi de consultation en vue de la nomination d'un nouveau leadership provincial. Deux autres membres de l'administration générale sont de la partie: le Vicaire général et le Secrétaire général.

La Chapelle de l'Université de Roma au Lesotho est desservie par les missionnaires Oblats de Marie Immaculée de la communauté de Pius XII. Cette communauté accueille les Oblats en charge de l'Université. Afin de résoudre tant soit peu le problème du logement pour étudiants, l'Etat ne répondant pas à tous leurs besoins, la province oblate du Lesotho vient de lancer un chantier de constructions sur sa propriété dans l'espoir de loger 336 étudiants et étudiantes.

Le SIDA est un défi majeur au Lesotho, comme en Afrique du Sud ou ailleurs. Le premier cas a été signalé en 1986. Aujourd'hui, le taux des décès est très alarmant dans une population relativement petite d'environ deux millions. Plusieurs enfants en meurent avant l'âge de cinq ans! Un curé raconte avec humour que l'année dernière son ministère se faisait plus au cimetière qu'à l'église paroissiale. C'est dire combien l'Afrique "oubliée" a besoin d'aide pour combattre ce fléau. En attendant, les missionnaires tentent d'assister courageusement les victimes par un accompagnement approprié, une nouvelle forme d'apostolat. Un jeune oblat vient de terminer un cours en HIV/AIDS Counseling à l'Université de Cape Town, South Africa.

Constructions Hostels Lesotho

Haut


Afrique du sud: terre d’artistes

Delarayville

Oblate IPC(Delarayville 11/03/2005) - Bonjour de la RSA où je suis rendu depuis le 4 mars 05. Après la visite au Lesotho je suis allé participer à la rencontre interprovinciale des Oblats de la sous-région anglophone (IPC, supérieurs majeurs) du 5 au 9 mars. La rencontre a eu lieu à Good Shepherd, Hartebeespoort Dam, un centre de retraites sous la direction de l'ancien Évêque de Klerksdorp, Mgr Daniel Verstraete.

Dans la même concession se trouve Sediba Mountain, un autre centre spirituel au rite indien animé par Sep Anthofer. Ici il est possible de contempler le Créateur du monde en admirant la beauté de la nature et en lisant les saintes Écritures dans le silence profond du cœur. Le cadre est réservé aux amoureux du silence intérieur, les Ermites du monde globalisé. Les deux centres se situent en face d'un magnifique lac artificiel, un véritable lieu touristique en plein développement.

Sediba Mountain

Je suis présentement à Delarayville, dans la province centrale pour des consultations en vue du changement du leadership. Trois districts sont concernés: Eastern District (diocèse de Klerksdrop), Western District (diocèse de Kimberley) et Southern District (diocèse de Bloemfontein) sans oublier le scolasticat de Cedara au Natal. J'espère répondre à cette tâche jusqu'au 19 mars, la veille du dimanche des rameaux. Union de prière.

Bloemfontein

Frans Claerhout(Bloemfontein 15/03/2005) - Je suis arrivé ce lundi 14 mars à Bloemfontein en provenance de Kimberley. Ma plus grande découverte dans la communauté oblate qui m'accueille, c'est la personne du père Frans Claerhout, Artiste peintre flamand (Belge missionnaire) reconnu au niveau tant national qu'international. D'une imagination vive et dynamique en dépit de l'âge avancé, il ne cesse de produire des oeuvres profondément spirituelles.

Il lui a fallu moins d'une heure pour produire ce magnifique tableau qu'il m'a offert en cadeau de Pâques. Seul le regard profond accède au message caché et fait briller le soleil dans son cœur. Découvrez ci-dessous la beauté de son texte anglais.

The suncatcher never dies

  1. Oeuvre ClaerhoutThe sun will shine in your heart
    If you give a child greatness
    In sincere imagery
  2. The sun will shine in your heart
    If you listen to
    The lamenting
  3. The sun will shine in your heart
    If you give a smile
    To the oppressed
  4. The sun will shine in your heart
    If your mother's kiss
    Is alive in your soul
  5. The sun will shine in your heart
    If you show a happy future
    To the doubting
  6. The sun will shine in your heart
    If you accept
    God's Love
  7. The sun will shine in your heart
    If you support
    The stumbling
  8. The sun will shine in your heart
    If your loving
    Gives Love

Haut


Rome: tombe de Jean-Paul II

Tombe Jean-Paul II(Rome 21/04/2005) - Rentré à Rome ce mercredi 20 avril 2005, je suis allé cet après-midi visiter la tombe de Jean-Paul II au sous-sol de la Basilique saint Pierre. Beaucoup de pèlerins et touristes y vont mais personne n'a le temps de faire une prière devant la tombe tellement qu'il y a du monde. On s'y arrête quelques secondes juste le temps de prendre une photo. J'ai vu des gens pleurer tout simplement parce que les gardiens ne leur ont pas permis de se recueillir devant la tombe!

Dans la Basilique, puisque le nouveau Pape, Benoît XVI, nous pousse à relire l'histoire du Pape de la première guerre mondiale, je me suis arrêté quelques instants devant Benoît XV afin de mesurer les défis actuels de l'Eglise...

Haut


Avant de reprendre le bâton de pèlerin

Maison généralice OMI(Rome 02/06/2005) - A la fin d'une session plénière, comme d'habitude, je prends quelques jours de pause ici à la maison générale avant de reprendre mon bâton de pèlerin. Cela permet de refaire le moral et de quémander des visas. Cette fois-ci, c'est Dublin qui m'attend pour un cours de langue à Language Centre of Ireland, du 7 juin au 24 juillet 05. Cet exercice combien nécessaire m'aidera certainement à découvrir la culture irlandaise, les racines de la vie monastique. Mais j'y vais préoccupé par le manque de paix en RDC. Merci de vos prières surtout en ce mois de juin. N'hésitez pas à voir la suite de mon programme d'été.

Haut


Irlande: école de langue anglaise

Dublin Lanuage Centre(Dublin 12/06/2005) - Salut de Dublin où je suis rendu il y a une semaine. Bien accueilli à Bluebell chez deux de mes confrères qui travaillent en paroisse (Our Lady of the Wayside), j'apprends à m'adapter au climat et au style de vie d'ici. En juin, la moyenne des températures minimales est de 8°C et maximales de 18°C. Mon exercice principal est la navette quotidienne (lundi-vendredi), les voyages par Luas (tramway) et la marche vers l'école. De Bluebell, 20 minutes suffisent pour descendre à Abbey Street, et 20 autres de marche pour arriver à Language Centre, non loin du grand Collège de la Trinité, sur Kildare Street, en passant par la fameuse rue, Connell Street dans le centre de Dublin.

Que dire de ce beau pays? Les Irlandais sont en grande majorité catholiques (92 % de la population). Il existe une très forte identité culturelle irlandaise, dont ils sont très fiers. Même si l’Irlandais est généralement jovial, il n’apprécierait pas qu’un étranger se permette de plaisanter à propos de son pays. Ma première impression est que l'âme de Dublin se trouve dans ses pubs, qui sont les salons des habitants de la ville.

Dublin Tramway

Bien que le taux de natalité ait baissé depuis les années 1980 (21,9 naissances pour mille habitants en 1980, 14,2 ‰ en 1999), l'Irlande reste néanmoins un pays jeune, les moins de 15 ans représentant 23,8 % de la population. Elle est aussi de plus en plus urbaine, et de plus en plus concentrée sur les côtes Est et Sud. En dehors de l'agglomération de Dublin, qui regroupe plus du quart de la population totale du pays (953.000 habitants en 1996) et de Cork avec ses 180.000 habitants, les villes irlandaises sont de petite taille. Seules 8 villes - dont Dublin et Cork - dépassent les 25.000 habitants.

Dublin

Haut


Un mariage coutumier au Congo-Kinshasa

(Kinshasa 14/08/2005) - Salut de Kin! Cela fait longtemps, n'est-ce pas? Eh oui, c'est l'été. J'ose croire que vous êtes également en vacances pour vivre et penser autrement. Mais que savez-vous du mariage coutumier en Afrique? Dans la famille africaine traditionnelle, le mariage est alliance non pas de deux personnes mais de deux lignages voire de deux clans.

Une de mes nièces vient de m'offrir l'opportunité de découvrir le rite du mariage coutumier chez les Beros, mariage coutumierAmbun d'Idiofa où règne le matriarcat. En effet, la famille de ma sœur aînée a officiellement reçu le fiancé de leur fille et la belle-famille le samedi 6 août en présence de plusieurs invités. N'ayant pas assisté la veille au versement de la dot, ce geste symbolique d'alliance et de prospérité sans lequel il n'y a pas mariage, voici ce que j'ai pu retenir du rite matrimonial.

La cérémonie s'ouvre par l'entrée solennelle du fiancé dans la parcelle de ses beaux-parents transformée en salle de fête. Il marche sur des pagnes étendus par quelques femmes du clan de la fiancée tout en jetant de l'argent au sol en guise de remerciement.

Après la prière chrétienne dite par un membre de famille du mari, l'oncle maternel de la fiancée se lève, salue les convives et demande à la famille du garçon: "Pourquoi êtes-vous venus chez nous?" Le représentant répond en ces termes: "Nous venons demander la main de votre fille X parce qu'elle a séduit le cœur de notre enfant." L'oncle maternel réagit: "La fille dont vous parlez est effectivement notre enfant. Malheureusement, elle vient de voyager à l'intérieur du pays. Pour la rappeler d'urgence, donnez-nous une somme de ... afin d'acheter son billet d'avion."

La belle-famille se concerte et donne moins, puisqu'il faut négocier. L'oncle de la fille exige un montant suffisant avant de faire venir sa nièce. Celle-ci entre en procession au pas de danse sous les applaudissements des convives. Dès l'embrassement par son fiancé, tous se mettent assis pour suivre la déclaration de la fiancée. Son oncle lui dit de prouver que l'homme assis à ses côtés est effectivement son mari. La fille se lève, elle verse la boisson dans un verre qu'elle offre respectueusement à son père en disant: "Papa, j'ai trouvé un mari. Si tu l'acceptes de tout ton cœur, je te prie de prendre cette bière". Son père prononce des mots de bénédiction et vide le verre sous l'applaudissement des convives. Puis l'épouse donne à boire à son époux, et ce dernier à sa femme en signe d'alliance.

Le rite termine avec la signature de l'acte du mariage coutumier par les représentants de deux familles et leurs témoins. Ce document dûment signé ouvre la porte au mariage civil et religieux. Cela se fête! Les enfants y prennent activement part. (Lire détails sur mariage coutumier).

Haut


Congo-Kinshasa: identification et enrôlement électoral

(Rome 01/09/2005) - Salutations de Rome où je suis bien rentré hier mercredi à midi, comme prévu. Tout s'est bien passé au Congo malgré les difficultés du pays. Il n'y a aucune amélioration au plan économico-politique! Les populations souffrent de plus en plus. Le plus choquant à Kinshasa: les coupures Apollinaire Malu-Maluintempestives d'électricité avec leurs conséquences!

"En dépit des difficultés de tous genres rencontrées par la Commission électorale indépendante (Cei) à l’intérieur du pays, difficultés liées entre autres à l’acheminement du matériel dans certains centres d’inscription", l'opération d’identification et d’enrôlement des électeurs entraîne des foules. Mais ce processus pouvant ramener la paix est mal parti car certains partis politiques l'ont saboté! D’après le président de la Cei, l’Abbé Apollinaire Malu-Malu (Photo), les élections auront lieu avant le 30 juin 2006 en RDC. Toutefois, les gens se demandent qui pourra accepter la défaite, dans un esprit démocratique?

Quant à mon job ici dans la ville éternelle, rien de spécial à signaler. Bientôt la session plénière de septembre-octobre précédée de quelques jours de retraite en dehors de la ville. Cela vaut la peine avant de reprendre le travail. Quatre provinces de la région Afrique-Madagascar (Central South Africa, Congo, Lesotho, Northern South Africa) attendent la nomination de leurs conseils. Merci de vos prières.

Haut


Synode des évêques et retraite spirituelle

Couloirs Aurelia 290Salutations fraternelles de la ville éternelle où se tient le Synode des Évêques sur l'Eucharistie. Ma première impression est que certains sujets sensibles sont courageusement abordés. L'essentiel est que ce sacrement de l'Église soit toujours une vraie source d'unité et de charité entre les chrétiens du monde entier, et d'énergie pour un engagement plus prophétique dans le monde d'aujourd'hui.

Nous vivons dans un monde aimé de Dieu, tiraillé et éclaté par la violence, un monde qui dévalue la vie, un monde de sans-voix, un monde à la fois assoiffé et indifférent, un monde sécularisé, un monde d'efficacité et du rendement, un monde d'affrontements implacables entre entreprises et nations dans l'arène planétaire, un monde dont les changements font douter de la vertu de fidélité, bref un monde envahi par le processus de la mondialisation.

Notre session plénière de septembre octobre vient de prendre fin après cinq semaines de discussions fructueuses. La salle de conférence est vidée de ses accessoires et le couloir du primo piano (premier étage) de ses va-et-vient.

Comme d'habitude, certains membres du conseil ont repris leur bâton de pèlerin dès ce matin, d'autres le feront sous peu. Un seul objectif à atteindre: animer nos différentes unités oblates sur la concrétisation du mandat du dernier Chapitre général. Il s'agit d'aider à être davantage témoin de l'espérance.

La session a commencé avec une semaine de retraite prêchée dans le magnifique cadre du monastère Fara Sabinades sœurs clarisses situé sur la montagne de Fara Sabina, au nord de Rome. Comme les apôtres, nous avions profondément besoin d'aller à l'écart avec le Maître pour lui rendre compte de nos vies personnelles et de notre mission commune. Nous avions surtout soif d'écouter sa parole et de nous laisser guider par les inspirations du Saint-Esprit dans le choix prophétique des moyens d'accomplir efficacement le mandat du Chapitre général.

Les méditations de la retraite, centrées sur le thème «Église», nous ont permis de réentendre la voix de notre Fondateur murmurer dans nos cœurs: «L'Église, ce bel héritage du Sauveur, qu'il avait acquise au prix de son sang, a été ravagée de nos jours d'une manière cruelle.» Union de prières.

Haut


Belgique: animation spirituelle maison Sainte-Marie

(Ave-et-Auffe 13.10.2005) - Salutations de Ave-et-Auffe (près de Rochefort) en Belgique où je suis rendu depuis le 9 octobre pour deux jours de participation à l'Assemblée générale des Sœurs de Sainte-Marie de Namur. Les assises se tiennent à la Maison Sainte-Marie, un cadre magnifique de retraites. Le temps est très beau en cette période de l'année ; il y a du soleil depuis mon arrivée.

Maison Sainte Marie

L'Assemblée ayant pour thèmes de réflexion le leadership et la manière d'exprimer et de vivre les voeux aujourd'hui, il m'a été demandé d' «aider à creuser l'un ou l'autre aspect de ces sujets.» En choisissant de méditer sur les Vœux de religion à l'âge de la mondialisation, je voulais ap­profondir la réflexion amorcée dans la plaquette Religieux africain de l'an 2000 , publiée à Kinshasa aux éditions Baobab, en 1994.

Soeurs de Sainte Marie de NamurNée du désir de suivre plus librement le Christ dans la pratique authentique des conseils évangéliques de chasteté, de pauvreté et d'obéissance, la vie consacrée est fondamentalement une exigence de sainteté qui consiste à parfaire l'amour de Dieu et du prochain. Jean-Paul II nous l'a rappelé avec force: «Tendre vers la sainteté: voilà en bref le programme de toute vie consacrée, également dans la perspective de son renouveau au seuil du troisième millénaire.» (Vita Consecrata, 93)

Dans ses dimensions culturelle, économique, technologique et politique, la mondialisation se présente à la fois comme une bénédiction et une malédiction. Il suffit de considérer, par exemple, l'usage abusif d'Internet et de la téléphonie mobile pour s'en convaincre.

En m'arrêtant à la manière joyeuse et prophétique d'exprimer et de vivre les vœux, je voulais m'interroger précisément sur le sens de la mission aujourd'hui. Ceux et celles qui s'engagent par vœux dans l'Eglise ont-ils un message moderne à apporter au monde d'aujourd'hui? Que le monde change ou pas, la mission de la vie consacrée reste la même depuis ses origines: Aimer, Servir et Témoigner. «La mission, en effet, avant de se caractériser par les œuvres extérieures, consiste à rendre présent au monde le Christ lui-même par le témoignage personnel.» (Vita Consecrata, 72) Le charisme de la vie consacrée doit , bien sûr, s'adapter pour être une réponse prophétique aux signes des temps.

Haut


Belgique terre de mission!

René Ricaille(Korbeek-Lo 31.10.2005) - Salut depuis les Flandres et merci de votre fidélité sur le Net. Le temps fait défaut pour répondre particulièrement à ceux et celles qui ont fait un signe de vie. J'ose croire que le climat est agréable chez vous. De temps en temps je reçois un avis de recherche afin d'aider à retrouver la trace de l'une ou l'autre personne chère… Il n'est pas facile de satisfaire toutes les attentes dans ce genre d'exercice que je considère comme une nouvelle forme d'apostolat. Je ne cesse de louer le Seigneur pour les retrouvailles.

Une chose intéressante découverte pendant ce séjour en Belgique, en France et au Pays-Bas, c'est la connexion aux réseaux sans fil. Mais les points d'accès ne se trouvent pas partout. Vive la nouvelle technologie de communication!

Daniel DelabieDepuis la fin du séjour à Ave-et-Auffe le 14 octobre, je me suis mis en route pour toucher du doigt la réalité missionnaire en rencontrant mes confrères dans leurs communautés de vie. J'ai visité tour à tour Barvaux, Korbeek-Lo (Belgique), Cuijk, Santpoort, Maastricht (Hollande), Gemmenich, Liège, Rhode, Bruxelles (Belgique), Vaudricourt (rance), Gijzegem, De Panne, Waregem, Velaines (Belgique). L'impression est partout la même: le vieillissement du personnel et le manque de renouvellement. Il y a de quoi cesser de rêver, dans cette partie du monde qui a fourni de nombreux témoins de l'Evangile à l'Afrique.

La rencontre avec certains anciens missionnaires du Congo m'a permis de relire la naissance de ma propre vocation: un style de vie qui m'a conquis.

En effet, les missionnaires que j'ai connus en 1966 à la mission catholique de Mapangu (ex Brabanta), dans le diocèse d'Idiofa, avaient un style de vie communautaire spécial et très frappant. Extérieurement ils étaient reconnaissables au premier abord par le chapelet et le bréviaire qu'ils avaient à la main, la soutane blanche avec une ceinture noire retenant une grosse croix qui leur pendait au cou. Dans les quartiers et les villages où ils annonçaient l'Evangile, ils suscitaient l'amour, la paix et la joie dans les cœurs de ceux qui les écoutaient avec admiration. Partout où ils passaient, les paroissiens les prenaient au sérieux à cause de leur disponibilité, de leur accueil et leur simplicité. (Extrait d'un témoignage paru dans la revue Pôle et Tropiques en 1983).

Selon Adrien Demoustier, la vie religieuse est victime de l'image qu'a donné d'elle-même son importance dans l'histoire de l'Eglise occidentale jusqu'à hier. Elle ne bénéficie pas aujourd'hui d'un préjugé favorable. Elle est mise en difficulté par l'attraction des "communautés nouvelles." La vitalité naissante de ces dernières est porteuse de promesses plus ou moins bien déterminées.

Rhode st Genèse

Haut


Kinshasa: aventure de vol manqué

(Kinshasa 08 décembre 2005) - Bonjour de Kinshasa! L'Afrique du Sud exigeant un visa de transit à tous les Congolais (RD) passant par Johannesburg, je n'ai pas pu prendre mon vol SAA (South African Airways) ce mercredi 7 décembre pour Antananarivo, Madagascar. La mesure serait en vigueur depuis le 1er décembre mais je ne l'ai apprise qu'à l'aéroport de N'Djili. Personne ne m'en avait parlé lors de la confirmation de mon billet! Certains passagers ont eu la même surprise que moi.

Scolasticat OMI FianarantsoaLes démarches d'obtention du fameux visa ont été confiées à l'agence SAA dès hier. Mais la réponse du consulat sud africain tarde à venir. J'espère l'obtenir ce vendredi. Chose certaine, je ne pourrai pas prendre part aux célébrations jubilaires qui auront lieu à Tamatave, le 11 décembre. Je m'y rendrai simplement pour la visite du scolasticat de Fianà. Ceci confirme le constat qu'il n'est pas facile de voyager en Afrique...

Kin 9 décembre 2005 - En vain j'ai espéré obtenir le visa de transit sud africain. Ne l'ayant pas reçu, j'ai annulé le voyage prévu pour le Madagascar. Il serait trop tard d'entreprendre des démarches pour transiter par Nairobi. A l'allure où vont les choses au consulat sud africain, je me demande si le rendez-vous du Lesotho ne connaîtra pas le même sort!

Haut


Lesotho royaume des montagnes

(Maseru 19 déc. 2005) - Bonjour de Maseru où je suis rendu depuis le 17 décembre. Le Lesotho, appelé officiellement royaume du Lesotho, est un pays d'Afrique australe, entièrement enclavé dans l'Afrique du Sud. C'est un petit pays de 30.355 km², l'équivalent de la Belgique (32.545 km²). Le Lesotho correspond à l'ancien Basutoland qui est devenu indépendant en 1966 dans le cadre du Commonwealth. Environ 80% de la population active dépend de l'agriculture. Économiquement, le pays reste très dépendant de son grand voisin, l'Afrique du Sud.

Maseru

La population du Lesotho était estimée à 2,1 millions d'habitants en 2004. Ce sont les districts de Leribe (17,5%) et de Maseru (19,0%), qui sont les plus peuplés. On ne compte que trois ethnies autochtones au Lesotho: les Sothos du Sud (très majoritaires), les Zoulous et les Xhosa, auxquels s'ajoutent deux petites communautés d'Afrikaners (anciennement les Boers, ces descendants des colons néerlandais) et de Britanniques. On compterait aussi quelque 3.000 Chinois et Indo-Pakistanais. Quant à la religion, aujourd'hui, elle est chrétienne à 80% (Net).

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster