Nous sommes le 12/12/2018 et il est 06h51 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Échos voyages 2004

Bouton4


Jeunes oblats malgaches

RD Congo: sectes et escroquerie

(Kinshasa 23/10/2004) - Bonjour de Kinshasa où je suis rendu depuis le 16 octobre, comme prévu, et merci de votre présence sur le Net. Ce 7e voyage (depuis 2003) a lieu à la fin de notre 34e Chapitre général qui nous a confié le mandat d'animer les Oblats de la région Afrique-Madagascar sur ce défi majeur: Témoigner l'espérance dans l'aujourd'hui du monde aux multiples visages. Juste le temps Avenue Zinnias Limeted'une pause à Kin avant de m'en aller au Cameroun, en Afrique du Sud et à Madagascar.

La situation générale et les conditions de vie de Kinshasa ne s'améliorent pas. Un effort d'entretien de la ville est mis en route. Espérons que cette bonne initiative donnera des résultats escomptés. La fermeture de certaines entreprises accentue le chômage: ce qui engendre beaucoup de souffrances et de misères dans la population. La frustration commence dès l'aéroport de N'Djili lorsqu'on débarque dans le pays. Les passagers sont envahis par des gens qui offrent leurs ‘services’ dans l'espoir de gagner un peu d'argent pour subvenir aux besoins de leurs familles.

Comme si cela ne suffisait pas, les sectes religieuses profitent de cette situation de crise en faisant des promesses fallacieuses aux gens. Il arrive quelquefois que les adeptes soient victimes de l'escroquerie de leurs pasteurs.

Haut


Cameroun: internationalité et malaria

Yaoundé

Yaoundé(Yaoundé 6/11/2004) - Bonjour de Yaoundé où je suis rendu, comme prévu, le jeudi 4 novembre en provenance de Kinshasa via Nairobi faute de ligne directe Kinshasa-Yaoundé! Parti de Kin à 13.30 je suis arrivé 3h15 plus tard à Nairobi que je découvrais pour la première fois. Puis j'ai repris Kenya airways pour arriver à Yaoundé sous une grosse pluie à 21.45. Là m'attendait un confrère. Mais au vol agréable a succédé une petite aventure d'égarement en voiture. En effet, la grosse pluie n'a pas permis au chauffeur de reconnaître sa route de retour. Dieu merci! Après quelques tours inutiles, nous avons pu retrouver une de nos communautés à 23.15 grâce à quelques bons samaritains qui nous ont indiqué la direction du centre ville vers où nous devrions aller. Il ne serait pas facile de passer cette nuit dans une voiture en pleine ville. Union de prières.

Il fait beau vivre l'internationalité au scolasticat Yves Plumey de Nkol-Bisson, Yaoundé. Les membres de communauté dont 31 scolastiques représentent 7 pays: Cameroun, RD Congo, France, Italie, Nigeria, Sénégal et Tchad (Photos.)

Bamenda

Autocar Cameroun(Bamenda 14/11/2004) - Après un séjour d'une semaine à Yves Plumey (Yaoundé) où j'ai eu à m'entretenir avec nos jeunes en formation sur le dernier Chapitre général (2004) ainsi qu'avec le Provincial, me voici, depuis le mercredi 10 courant, rendu à Bamenda, une ville anglophone située au Nord-Ouest du Cameroun.

Intéressant est le voyage Yaoundé-Bamenda par autobus. En plus de multiples arrêts de péage et de contrôle routier, dix minutes sont accordées aux passagers à mi-chemin afin de mettre quelque chose sous la dent. L'occasion pour les petits vendeurs et surtout vendeuses d'augmenter leur chiffre d'affaires. En effet, on se fait envahir par des bouteilles d'eau, des sachets de bonbons, biscuits, fruits et d'autres choses à manger. Mais en cette saison pluvieuse où, parfois, les produits se vendent dans la boue, il faut réfléchir dix fois avant de se décider même quand on a faim. Cela n'est pas ma préoccupation car je mange rarement en plein voyage par route.

Au bout de 6h de route (10.00-16.00) nous sommes dans l’impressionnante vallée de Bamenda (rien à comparer avec la falaise de Ngaoundéré, une autre ville du Nord). Des embouteillages horribles commencent dès l'entrée de la ville. Certains passagers pressés préfèrent prendre un taxi, mais pour prendre quel chemin? Le conducteur perd patience et s'engage sur une route étroite en pleine cité afin St Michael's Parish Futrude contourner l'obstacle. Là commence le pire. Il est très difficile de laisser passer les véhicules en sens opposé! Plusieurs minutes coulent dans l'impasse, les chauffeurs s'insultent mutuellement, les passagers s'agitent, et moi, nouveau dans le milieu, je m'inquiète de mon sort. Je n'ose pas descendre comme le font certains, d'ailleurs pour aller où? Et puis il est impossible de sortir les bagages. Ma seule imagination, c'est de vivre la seconde aventure de ce séjour camerounais, après celle de Yaoundé racontée précédemment. Nous ne serons débarqués à l'agence de transport la plus proche qu'après 1h45 de longue attente. Là, dans la précipitation due à la pluie battante et au jour baissant, le choix est clair pour le pèlerin: oublier par distraction ma Jacket et me fier à un "pousse-pousseur" ou "porteur" que désignera une religieuse indienne âgée afin de m'aider à prendre un taxi dans la bonne direction. Peut-être mon ange gardien, qui sait?

Ce n'est qu'à 18.15 que je suis arrivé à la communauté d'accueil, Saint Michael's Parish Futru où m'attendaient impatiemment les Pères piaristes, une congrégation dédiée à l'éducation des enfants (niveau primaire) fondée au 17e siècle par saint Joseph de Calasanz, Espagnol. La maison à l'allure d'un monastère qui me reçoit jusqu'au 25 courant est une maison de formation, un scolasticat qui compte 7 scolastiques étudiants en philosophie. Avec ses belles fleurs aux espèces variées, elle est un cadre merveilleux de repos et d'étude personnelle malgré la proximité de l'église paroissiale. Il fait frais et humide à Bamenda, avec une pluie abondante, 3 à 4 fois par jour, en cette période de l'année. On dirait que chaque enfant devrait naître avec un para-pluie sur la tête, comme à Madagascar! Cela influence bien sûr la santé surtout celle des personnes qui y arrivent pour la première fois. Union de prières.

Yaoundé la capitale

St. Louis Clinic(Yaoundé 26/11/2004) - Me voici de retour à Yaoundé ce jeudi 25 novembre dans l'espoir de tenir quelques rencontres fraternelles avant de regagner Kin. Tout s'est bien passé à Bamenda, nord-ouest du Cameroun, en dépit de la malaria (MP) dont j'ai sérieusement souffert deux jours après mon arrivée. Dépistée et traitée à Saint Louis Clinic, elle m'aura permis de prendre davantage conscience de la faiblesse de ma nature humaine. Comment ne pas mieux comprendre ceux et celles qui souffrent physiquement de par le monde entier! Toute ma gratitude à la communauté piariste pour son hospitalité.

Haut


Congo-Kinshasa: discernement pour leadership

Limete sainte Marthe(Kinshasa 01/12/2004) - Toujours en mouvement! Après un séjour de trois semaines au pays de Paul Biya, me voici une fois de plus à Kin depuis le premier dimanche de l'Avent, 28 novembre. Juste le temps de lancer la montée vers Noël, de me refaire et de préparer ma valise pour la prochaine destination qu'est l'Afrique du Sud. Je me rendrai précisément à Natal dans le cadre de consultation en vue de la nomination d'un nouveau provincial.

La province oblate du Congo vient de vivre un temps fort de réflexion en conseil élargi (membres du conseil provincial et responsables de communautés) à Ifwanzondo, diocèse d'Idiofa. Le Provincial, Paul Manessa, étant à un an de la fin de son second triennat, le groupe s'est penché sur le discernement en vue du choix de nouveaux animateurs de la province.

Haut


Durban: attraction uShaka Marine World

Durban Aquarium(Durban 14/12/2004) - Joyeux Noël et Heureuse année nouvelle! Meilleurs vœux depuis Durban, South Africa, où je me trouve depuis le 10 décembre. C'est l'été par ici, les gens sont en vacances. La ville côtière est envahie par des touristes venant de partout. Le cadre le plus attractif de la ville, uShaka Marine World, offre à tous entre autres la possibilité de visiter l'impressionnant Aquarium de Durban et d'assister à la fameuse danse de Dauphins.

La province oblate de Natal que je suis en train de consulter en vue de la nomination d'un nouveau provincial est la première terre de mission oblate en Afrique. Les premiers missionnaires envoyés par le Fondateur lui-même, saint Eugène de Mazenod, sont arrivés il y a 152 ans pour annoncer la Bonne Nouvelle du salut aux pauvres les plus abandonnés. Nul n'ignore aujourd'hui, en cette terre des Zulus, la voix prophétique de l'Église catholique que fut l'Archevêque de Durban, Monseigneur Denis Eugene Hurley, OMI (1947-1991), décédé à 88 ans le 13 février 2004.

CedaraLa province de Natal compte actuellement 82 membres dont 21 jeunes en formation première. En plus de leur ministère essentiellement paroissial, les Oblats dirigent Saint Joseph's theological institute à Cedara. Le fléau qu'est le SIDA oblige les missionnaires de diversifier la formation de leurs jeunes. Cela s'impose comme une urgence, afin d'être une réponse plus efficace aux signes des temps. En effet, certains se spécialisent en accompagnement des malades et des orphelins victimes du SIDA.

Haut


Madagascar: Noël 2004 dans un avion

Antananarivo

(Antananarivo 27/12/2004) - Paix et Joie de Noël! J'espère que vous avez le temps de vous reposer en ce temps de grandes fêtes. Quant à moi, toujours en mouvement, même le jour de Noël! En effet, je me trouve à Tanà, Madagascar, depuis le 25 décembre en provenance de l'Afrique du Sud. Air Madagascar ayant annulé son vol prévu initialement le dimanche 26 décembre, je n'avais qu'à quitter précipitamment Estcourt, Natal, pour passer la nuit de Noël à Joburg. Pendant la traversée qui a duré 2h45, les passagers du vol MD 125 ont eu droit au bon chocolat. Ma dernière ligne droite sur la grande île me permettra de visiter le scolasticat de Fianà en compagnie de notre Assistant général pour la formation et de participer à la rencontre sous-régionale francophone du 3 au 6 janvier 05. Le personnel se mobilise pour l'événement.

Y prendront part: 3 confrères du Cameroun, 2 du Congo, 2 du Sénégal, 2 de Madagascar et 2 de l'Administration générale, Rome. Ils examineront entre autres les enjeux de l'internationalisation de nos maisons de formation vivement recommandée par le dernier Chapitre général. BONANA!

Fianarantsoa

Paolo Archiati(Fianarantsoa 1er janvier 2005) - En cette solennité de la Mère de Dieu, l’Église nous offre une des plus riches bénédictions de l’Écriture: (Nombre 6,22-27.) Nous l’actualisons et prenons conscience de notre besoin de Dieu, de son pardon et de toute sa bienveillance: «Que le Seigneur te bénisse et te garde! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix!»

Le père Paolo Archiati, 2e Assistant général des Oblats de Marie Immaculée m'ayant rejoint le lundi 27 décembre à Antananarivo, nous nous sommes mis en route, dès le lendemain, pour visiter notre maison de formation (scolasticat) de Fianarantsoa, à environ 420 km de la capitale. La communauté compte 21 jeunes en formation, tous Malgaches, et 2 formateurs dont 1 Malgache. C'est parmi nos jeunes que nous avons vécu la nuit de la saint Sylvestre, le passage au nouvel An. En communion avec nos familles naturelles et nos confrères du Danse malgachemonde entier, Paolo a coupé le gâteau de circonstance après avoir exhorté la communauté à regarder l'avenir avec immense espérance, en dépit des épreuves de la vie. Allusion faite au récent champ de dévastation provoqué par Tsunami dans les communautés locales du Sri-Lanka et de l’Inde.

Et puisque le peuple malgache croit fermement qu'il existe une autre vie après la mort, il suffit de penser au rite de retournement des morts pour s'en convaincre, le rappel de ce triste événement n'a pas empêché nos jeunes de partager un verre d'amitié et de danser en action de grâce. Certes, en cette fin d’année et à l'aube de l'an nouveau, nous faisons silence, nous souvenant des merveilles que le Seigneur a réalisées pour nous et en nous.

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster