Nous sommes le 12/12/2018 et il est 07h22 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Sentences spirituelles
de saint Joseph Calasanz

Couvent Calasanz, Bamenda CamerounSource: (1556-1648)[1]

  1. Dans la vie religieuse, le travail et la lutte précèdent la couronne.
  2. Celui qui ne vit pas pour lui-même mais pour Dieu, est sûr dans la vie religieuse.
  3. Le religieux qui ne progresse sans cesse dans sa vocation, recule toujours.
  4. Le religieux qui se soucie des choses des autres manque à lui-même et à ses choses.
  5. Ne peut pas servir Dieu le religieux qui ne se maîtrise pas.
  6. Ce n’est pas avoir vécu longtemps dans la vie religieuse qui procure un profit, mais y avoir bien vécu.
  7. Celui qui vit dans la vie religieuse sans donner du fruit est un voleur.
  8. Comment peut mourir dans le Seigneur le religieux qui, de son vivant, n’a pas travaillé pour le Seigneur ?
  9. Utilise mal sa chambre celui qui là ne parle pas avec le Christ ou ne travaille pas pour le Christ.
  10. Ne sait pas s’aimer le religieux qui se régale trop.
  11. Dieu veut son serviteur courageux, non mou.
  12. Se sert lui-même et non Dieu celui qui dans le service de Dieu cherche ses propres commodités.
  13. Malheur à celui qui est méchant parmi les bons !
  14. N’est pas humble le religieux qui est mécontent d’être méprisé, ou qui ne souhaite pas de l’être.
  15. N’est pas pauvre celui qui n’éprouve pas les incommodités de la pauvreté.
  16. N’est pas chaste celui qui ne repousse pas immédiatement les ennemis de la chasteté.
  17. N’est pas obéissant celui qui, dans l’obéissance, suit son propre point de vue.
  18. La science orne le religieux ; la vertu le couronne.
  19. Malheur à celui qui instruit les autres par les paroles et les détruit par l’exemple !
  20. La propre volonté est un poison pour le religieux.
  21. Quand tu marches dans la ville, rappelle-toi que tu es un religieux et non un peintre.
  22. Malheur au religieux qui s’intéresse davantage à sa santé qu’à sa sainteté !
  23. Le serviteur de Dieu ne vit pas pour manger ; il mange pour vivre et pour servir.
  24. Le serviteur du Christ, par l’amour de Dieu, ne se soucie pas de ses propres incommodités.
  25. Le religieux paresseux est la joie du diable.
  26. Le religieux curieux s’oublie de lui-même.
  27. Plus tu travailles pour le Christ, plus tu lui dois, car il est le fruit de ton travail.
  28. Gare au religieux qui a la voix de Jacob et les mains d’Esaü.
  29. La langue du religieux est la trompette de sa pensée et de son cœur.
  30. Les exemples des religieux sont la mort ou la vie des laïcs.
  31. Comment peux-tu être lumière du monde si tu n’es pas lumière pour toi-même ?
  32. Ne sait pas gagner le Christ celui qui ne sait pas souffrir pour le Christ.
  33. Le bon religieux est également aimé de Dieu, qu’il soit en bonne santé ou qu’il soit malade.
  34. Il n’y aura pas de cris dans l’infirmerie s’il y a patience chez le malade et charité chez l’infirmier.
  35. Ne vit pas en religieux celui qui méprise les fautes vénielles.
  36. Si les fautes vénielles chez le laïc déplaisent Dieu, est-ce qu’elles pourront lui plaire chez le religieux ?
  37. Le religieux oisif, le démon l’attrape et le retient.
  38. Le religieux querelleur est un officiel du démon.
  39. N’est pas ami de Dieu celui qui n’est pas ami de la prière.
  40. N’est pas un religieux celui qui, après avoir laissé le siècle est attrapé par l’amour aux familiers.
  41. Avec le religieux écervelé le démon joue au ballon.
  42. Profiter aux autres et se faire mal soi-même ce n’est pas un acte de charité, mais une bêtise.
  43. Le bon religieux méprise le monde et se réjouit quand le monde le méprise.
  44. Le serviteur du Christ essaie d’être saint et ne souhaite pas en avoir l’air.
  45. Tu n’as rien donné au Christ si tu ne lui as pas donné tout ton cœur.
  46. Le religieux fervent est un fouet pour le démon.
  47. Le religieux irascible est une foudre de l’enfer et perturbe tout l’entourage.
  48. Le religieux affable est un honneur du pays et un ornement de l’Institut.
  49. A quoi bon avoir laissé le monde si tu ne fais pas pénitence dans la vie religieuse ?
  50. Le serviteur du Christ souffre avec patience, parle peu et travaille beaucoup pour le Christ.
  51. Le religieux détaché est une perle précieuse de l’Institut.
  52. C’est bon pour toi d’avoir laissé le monde, mais c’est mieux de te comporter de telle façon que le monde te méprise.
  53. C’est un vrai religieux celui qui dit en vérité : Mon Dieu et mon tout.
  54. Le religieux propriétaire perd plus qu’il ne vole.
  55. Tu vivras dans l’inquiétude si une seule passion domine en toi, même si toutes les autres sont maîtrisées.
  56. Ne trompe pas le supérieur mais soi-même, le sujet qui dit je ne peux pas au lieu de dire je ne veux pas.
  57. Qui n’a pas le supérieur à la place de Dieu, Dieu non plus ne l’aura à la place de fils.
  58. Celui qui cherche être en paix avec ses frères dans la vie religieuse, qu’il ne contredise personne.
  59. Si dans la vie religieuse tu n’es pas bon entre les bons, comment pourras-tu être bon dans le monde parmi les méchants ?
  60. Il est ingrat le religieux qui croit avoir donné à l’Institut plus que ce qu’il en a reçu de lui.

 


Note:

[1] Ce florilège de sentences constitue une précieuse collection sur la vie chrétienne et religieuse. Quelques-unes sont du saint lui-même; d’autres reflètent sa lecture d’auteurs spirituels. Elles ont été publiées pour la première fois en 1620, du vivant du saint; par tradition, elles étaient commentées aux novices pour les aider à entrer en syntonie avec le Fondateur et avec «l’aspect caché» de sa spiritualité. Cf. Spiritualité et Pédagogie de saint Joseph de Calasanz. Essai de synthèse, Congrégation générale, ICCE, Madrid 1997, pages 45-49.

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster