Nous sommes le 12/12/2018 et il est 06h56 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Échos session conjointe Canada/USA
2009

San Antonio: "Mettre tout en oeuvre"

Au cours de son mandat de six ans, le Conseil général des Oblats tient une session conjointe avec chacune des cinq régions de la Congrégation. Cet exercice permet au Gouvernement central de mieux connaître les réalités et les spécificités de chaque partie de la famille mazenodienne. Il permet aussi aux Conférences régionales de dialoguer plus directement avec les membres de l’Administration générale tant sur les défis missionnaires spécifiques que sur les perspectives d’avenir.

San Antonio

Après Europe (Firenze 2006), Afrique-Madagascar (Johannesburg 2007), Asie-Océanie (Manila 2008) et Amérique Latine (São Paulo 2008), nous nous trouvons dans la Région Canada/USA. Cette dernière rencontre de la liste au pays de Barack Obama, se tient précisément à San Antonio, Texas, du 8 au 11 septembre. Le cadre choisi est le spacieux ‘Oblate Renewal Center’, et les participants sont, outre le Gouvernement central, les Supérieurs provinciaux et les membres de leurs Conseils ainsi que quelques laïcs engagés. Tout est organisé à la manière nord américaine.

«Il faut mettre tout en œuvre»: évangéliser les pauvres aux multiples visages dans la réalité de notre Région. Tel est le thème de cette session conjointe qui se veut être une occasion d’approfondir la connaissance mutuelle entre les Leaders de la Région et de mieux connaître les membres du Gouvernement central. L’objectif poursuivi est le ‘dialogue’ entre les participants. Ce besoin est motivé par le fait que cette Région (fondée au dernier Chapitre général 2004), se rencontre pour la première fois en tant que Conférence. Avec un total de 954 Oblats, elle est composée des trois provinces du Canada (Assomption, Lacombe, Notre-Dame-du-Cap) et de la province des Etats-Unis.


Ouverture officielle

(mardi 9 septembre 09) - Ouverte officiellement dans les après-midi de ce mardi 8 septembre, fête de la Nativité de la Sainte Vierge Marie, par le Provincial d’Assomption Janusz Blazejak qui est aussi le Président de CROCUS (Conférence Oblate de la Région Canada/USA), les participants ont eu droit à découvrir d’abord la fondation de la mission oblate au Texas par six missionnaires français. Puis ils ont écouté les impressions de visites effectuées dans les quatre Unités par les membres du Conseil général. La soirée a été agrémentée par la musique mexicaine.

Haut


Jour 1
Dynamique cœur à cœur, tête-à-tête

(mercredi 9 septembre 09) - Cette première journée de la session a commencé par une grande prière matinale (Laudate Dominum) en guise de cérémonie d’ouverture en la chapelle du Centre de retraites. Il y a plusieurs chapelles dans cette vaste concession qui abrite aussi ‘Oblate School of Theology’. Puis nous avons Oblate Center TXreçu la visite de l’Archevêque de San Antonio. Dans son adresse de circonstance, il a rappelé le défi de sécularisation qui secoue la société américaine rendant plus difficile la mission de l’Eglise.

La suite de la journée a été réservée au fameux ‘cœur à cœur’ qui consistait à approfondir la connaissance mutuelle en écoutant la présentation de chaque Unité (Vidéos ou PowerPoint). L’exercice consistait à présenter un aperçu historique de chaque province, les défis et les espoirs. Parmi les défis mentionnons, entre autres, la sécularisation, le vieillissement du personnel et la diminution des effectifs, l’évangélisation par des moyens de communication moderne, la mission parmi les Amérindiens, la réconciliation.

De son côté, le Supérieur général à présenté la Région Canada/US dans le contexte de la Congrégation. Y a-t-il des chemins nouveaux pour la mission dans cette partie du monde? La situation actuelle pourrait paraître dramatique parce que le nombre d’Oblats ne cesse de diminuer et les paroisses abandonnées de plus en plus. Il n’a pas été facile de répondre à la question de savoir ce qu’il faut faire pour que les Oblats ne continuent pas de céder les paroisses aux diocèses faute de personnel. «Il faut simplement prier et compter sur la collaboration de quelques autres Unités de la Congrégation», a répondu un participant. Peut-être le salut viendra-t-il de l'internationalité.

Haut


Jour 2
Approfondissement connaissance mutuelle

(Jeudi 10 septembre 09) - En cette deuxième journée, guidés par la dynamique ‘cœur à cœur’, ‘tête-à-tête’, les 47 participants ont continué l’approfondissement de leur connaissance mutuelle en écoutant deux allocutions. La première: ‘La mission dans le contexte de la Région Canada/USA par Mgr Claude Champagne OMI (Canada), et la seconde: ‘Rêver l’avenir de notre charisme dans notre Région’ par deux jeunes oblats de la Région, à savoir Joe Dowling (Etats-Unis) et Pierre-Olivier Tremblay (Canada). Voici brièvement les aspects qui ont retenu mon attention.

Claude ChampagnePour Claude Champagne, la mission étant essentiellement la proclamation de la Bonne Nouvelle du Règne de Dieu, l’Eglise est au service de ce Règne. Les éléments caractéristiques de l’annonce faite par Jésus sont, entre autres, l’accueil et l’intégration de tous les marginaux de la société, la vie de prière ou l’union à Dieu, la liberté devant la loi juive (seul Dieu est absolu), le message de miséricorde, la libération intégrale des hommes, le changement de rapports entre les personnes (frères et sœurs au service mutuel). Autant de valeurs qui aident à comprendre le sens de la mission dans le contexte actuel d’une société sécularisée quand bien même le Canada et les USA comprennent différemment le concept de sécularisation.

L’Eglise doit rendre visible tous ces éléments de la mission du Christ. Dans ce contexte, la mission est fondée sur le respect de chacun dans sa différence culturelle, l’accueil et l’écoute de l’autre, bref, la mission ne se réalise que dans le dialogue avec les femmes, les laïcs, les minorités, les exclus de la société, etc. Pour y arriver, les missionnaires, véritables témoins du Christ et disciples authentiques doivent être conscients de leurs propres limites.

Joe DowlingQuant aux deux jeunes qui ont exercé leur capacité de rêver l’avenir du charisme oblat en Amérique du nord, ils ont affirmé avec conviction que ce charisme peut apporter des espoirs. A condition que les Oblats le rendent plus dynamique et plus attrayant en ciblant quelques nouveaux besoins de la société.

Aux USA, les Oblats devraient s’engager davantage dans l’accompagnement des émigrants, combattre l’individualisme par une nouvelle approche de travail paroissial communautaire et promouvoir la tolérance dans une société ou une église polarisée. On devrait éviter la tendance à juger ceux qui ne partagent pas notre foi et nos convictions, a souligné Joe.

TremblayAu Canada, ce même charisme devrait se concentrer sur trois éléments: l’accueil de l’étranger, le partage de la Parole et l’actualisation de la vision, a suggéré Pierre-Olivier. L’accueil implique surtout une hospitalité de langage. Tout porterait à croire que les jeunes d’aujourd’hui ne comprennent pas le langage théologique utilisé par l’Eglise, par exemple, ‘économie du salut’.

Deux séances de travail en équipes ont permis aux participants de partager leurs propres expériences et de répondre aux questions suscitées par chacune des allocutions. Deux questions méritent d’être mentionnées. La première: Reconnaissons-nous que nous avons nous-mêmes besoin du support de nos frères et de nos sœurs en Eglise pour être fidèles à la mission qui nous est confiée? Et la seconde: En lien avec la réalité de l’Eglise au Canada et aux USA au 21e siècle: quelles sont les nouvelles questions que nous devrions nous poser? Quelles nouvelles approches doivent être envisagées? Quelles nouvelles solutions devraient être essayées? L’assemblée n’a pas pu répondre à toutes les questions posées.

Haut


Jour 3
Clôture de la session

Marcel Dumais(Vendredi 11 septembre 09) - En ce dernier jour de la session conjointe avec le CROCUS, les participants ont dialogué, ‘tête-à-tête’, avec le Gouvernement central, dans l’avant-midi, en écoutant son message et en réagissant aux défis lancés à la Région. L’adresse du Supérieur général ayant été reçue dès le premier jour de cette session, les membres du Conseil général étaient invités à livrer leurs impressions de ce qu’ils ont entendu et vécu pendant les deux premiers jours. Ils ont centré leur partage sur quatre principales dimensions de la vie oblate: la Mission, le Personnel, la Formation et les Finances.

Voici quelques-unes des questions qui ont été posées pendant l’échange d’idées.

  1. Dans quelle partie du monde oblat le dialogue entre les Unités réussit-il?
  2. Le dialogue interreligieux porte-t-il du fruit?
  3. Mesure-t-on assez l’impact de nouvelles restructurations sur le vieillissement et la santé du personnel?
  4. Quand pourra-t-on offrir aux jeunes une formation exclusivement missionnaire?
  5. Où en est-on avec la vente de la maison générale?
  6. L’invitation à l’internationalité prend-elle en considération l’énergie à déployer face aux nouvelles lois d’immigration?

Autant de préoccupations dans cette partie du monde.

Oblats San AntonioL’après-midi a été réservé à l’évaluation, au mot du président de la Région et à la messe de clôture présidée par le Supérieur général en la chapelle de l’Ecole de Théologie (OST). Les événements douloureux du 11 septembre étant présents dans les esprits du peuple américain, nous avons célébré la messe de la Croix glorieuse pour demander la paix et pour manifester notre foi chrétienne en la résurrection.

En guise de conclusion, la présence oblate est remarquable au Canada et aux USA malgré la sécularisation de la société. Les rues et les édifices qui portent des noms oblats en sont une preuve éloquente. J’ai beaucoup appris de cette session qui a décelé plusieurs signes d’espoir. Je retiens deux valeurs parmi celles qui ont émergé, à savoir la solidarité et la capacité d’apprendre des autres. Nos communautés devraient s’ouvrir davantage à la différence culturelle pour mieux grandir dans l’esprit évangélique. Cependant, j’aurais voulu percevoir davantage la spécificité de la mission dans le contexte particulier de cette Région. La collaboration avec les laïcs, hommes et femmes, est une réalité impressionnante, me semble-t-il, même avec le risque de confondre les limites d’identité. Telles sont mes impressions d'Africain.

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster