Nous sommes le 08/12/2019 et il est 18h56 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Défi de la vie fraternelle en communauté dans nos sociétés de consommation et de NTIC
Réflexions - Carrefour

(Cameroun: Session jeunes religieuses – Garoua 26-30 mars 2012 - jb musumbi)


Photo famille session NTIC Garoua

JOUR 1 / 27 mars 2012

LE DEVELOPPEMENT DE L’HOMME INTEGRAL

(Source: Article publié le 9 mars 2012 par Yves PONROY dans Chronique Libre (Liberté de ton, Liberté d'opinion).

Trois changements majeurs sont intervenus en ce début de millénaire qui nous obligent à repenser la place de l’homme et son rôle au sein d’une société contemporaine bouleversée… Ces trois changements simultanés ont considérablement modifié notre perception de la société et ont créé un énorme sentiment d’insécurité et de vulnérabilité:

- Il s’agit tout d’abord de la Mondialisation, c’est-à-dire l’ouverture des portes, dans tous les sens du terme. Non seulement nous nous retrouvons en concurrence avec l’ensemble du monde, mais le réseau internet nous met au centre d’une toile planétaire à travers laquelle nous arrive un flot d’informations et de sollicitations. Nous sommes soudain dans un courant d’air qui, à la fois, nous ouvre des perspectives immenses et nous fait peur, tant il bouscule nos idées et notre façon de vivre.

- Dans le même temps, et grâce aussi à la mondialisation, nous prenons conscience des dégâts considérables que nous avons causés à l’Environnement et dont nous commençons à mesurer notre part de responsabilité, individuelle et collective. Notre planète nous apparaît soudain plus petite et plus vulnérable avec 7 milliards d’humains qui consomment, qui épuisent les ressources et qui polluent.

- C’est dans ce contexte que s’est fait jour une crise sans précédent de la société occidentale, Crise globale et complexe qui couvait depuis longtemps et qui n’attendait qu’un événement déclencheur pour apparaître au grand jour. Il s’agit d’une crise aux multiples aspects, à la fois financière, économique et sociale dont nous n’osons pas encore mesurer toutes les conséquences.

Ces trois bouleversements ne sont pas arrivés par hasard et l’homme se trouve en être l’acteur principal et aussi la victime. Nous ne reviendrons pas en arrière, mais il convient sans doute de corriger nos façons de faire et de penser. Nous avons commis sans doute une grande quantité d’erreurs qui se sont accumulées, mais je crois surtout que nous avons commis une grande erreur fondamentale dont tout le reste découle. Cette grande erreur, je la nommerais «matérialisme», et qui a consisté a croire que le bonheur de l’homme allait naturellement s’accroitre en même temps que l’accumulation des biens matériels. Les progrès techniques nous ont donné un sentiment de toute puissance. La finalité de nos sociétés a été presque exclusivement tournée vers le bien être matériel, le progrès et l’hédonisme. L’homme, dans toutes ses dimensions, a été oublié. Le développement économique est devenu une fin en soi, sans tenir compte des aspirations fondamentales de l’humanité.

Il convient donc de remettre l’homme au centre. Pour être authentique, le développement doit être intégral, c’est à dire promouvoir «TOUT HOMME ET TOUT L’HOMME», comme le précise l’encyclique «Caritas in Veritate» (l’Amour dans la Vérité), un texte fondateur de grande portée qui a fait l’objet d’une analyse approfondie dans «The Journal of business ethics» au début de cette année. «L’amour dans la vérité» a plus à faire que l’on ne pense avec l’économie, car il introduit une dimension spécifiquement humaine de justice, de morale ou d’éthique.

l’économie devrait être au service de l’homme, et non pas l’inverse; au service de chaque homme et non pas de quelques-uns; au service de la totalité de l’homme et non pas seulement d’une partie de nous-même. C’est ce que nous appelons le «développement de l’homme intégral». Si nous agissons en toute occasion avec cette éthique de justice au service de l’homme, la face du monde est changée. C’est un nouvel état d’esprit qui nous accompagne, en tant que parents, en tant que consommateurs, en tant qu’acteurs économiques, où que nous soyons.

Œuvrer à cette prise de conscience globale, c’est d’abord la faire sienne, pour soi-même, dans la vie de tous les jours. La justice et «l’amour dans la vérité» n’ont besoin ni de lois, ni de règlements, mais seulement d’humanité. Nous avons tous un sens inné de l’amour et de la justice, c’est cette notion là qu’il nous faut recontacter pour rendre sa dignité à l’homme…

(Yves PONROY)

Première Question de carrefour

A la lumière de cet article «Le développement de l’homme intégral», donnez trois impacts négatifs et trois impacts positifs de NTIC sur la Vie fraternelle en communauté, dans l’aujourd’hui du monde (impacts les plus significatifs).

Lire réponse carrefour

Haut


JOUR 2 / 28 mars 2012

1. IMPACT DES MASS MEDIA

(Source: LA VIE FRATERNELLE EN COMMUNAUTÉ - CONGRÉGATION POUR LES INSTITUTS DE VIE CONSACRÉE ET LES SOCIÉTÉS DE VIE APOSTOLIQUE – Rome 2 février 1994)

(34). L'impact considérable des mass media sur la vie et la mentalité de nos contemporains affecte également les communautés religieuses et conditionne souvent leur communication interne.

La communauté consciente de leur influence s'éduque à les utiliser pour la croissance personnelle et communautaire avec la clarté évangélique et la liberté intérieure de quiconque a appris à connaître le Christ (cf. Ga 4, 17-23). Ces media, en effet, proposent et souvent imposent une mentalité et un modèle de vie qui doivent être continuellement confrontés avec l'Evangile. Aussi réclame-t-on de bien des côtes une formation approfondie à la réception et à l'usage critique et fécond des media. Pourquoi ne pas en faire un objet d'évaluation, de vérification, de programmation lors des rencontres communautaires périodiques?

En particulier, quand la télévision devient l'unique forme de récréation, elle entrave ou parfois empêchela relation entre les personnes, elle limite la communication fraternelle et peut même nuire à la vie consacrée.

Un juste équilibre s'impose: l'usage modéré et prudent des moyens de communication, accompagné du discernement communautaire, peut aider la communauté à mieux connaître la complexité du monde de la culture; il peut permettre une réception confrontée et critique; il peut enfin aider à mettre en valeur l'impact de ces moyens de communication en vue des divers ministères de l'Evangile.

En accord avec le choix de leur état de vie spécifique, caractérisé par une séparation du monde plus marquée, les communautés contemplatives doivent se sentir davantage engagées à préserver une ambiance de recueillement, en s'en tenant aux normes établies dans leurs constitutions sur l'usage des moyens de communication sociale.

2. PRESENCE DANS LE MONDE DES COMMUNICATIONS SOCIALES

(Source: EXHORTATION APOSTOLIQUE POST-SYNODALE VITA CONSECRATA DE SA SAINTETÉ JEAN-PAUL II – Rome 25 mars 1996)

(99). De même que, par le passé, les personnes consacrées ont su se mettre au service de l'évangélisation avec tous les moyens disponibles, en faisant face avec talent aux difficultés, aujourd'hui, le devoir de rendre témoignage à l'Évangile par les moyens de communication sociale s'impose à elles d'une manière nouvelle. Ces moyens ont acquis une capacité de rayonnement mondial et, grâce à des technologies très puissantes, ils sont en mesure d'atteindre les lieux les plus reculés de la terre. Les personnes consacrées, surtout quand leur charisme institutionnel les amène à travailler dans ce domaine, sont tenues d'acquérir une connaissance sérieuse du langage propre à ces moyens de communication, pour parler du Christ de manière convaincante à l'homme contemporain, en exprimant «ses joies et ses espoirs, ses tristesses et ses angoisses»,et pour contribuer ainsi à l'édification d'une société où tous se sentent frères et sœurs sur la route qui mène à Dieu.

Il convient toutefois d'être vigilant devant des usages détournés de ces moyens qui disposent d'un pouvoir de persuasion extraordinaire. Il est bon de ne pas se dissimuler les problèmes qui peuvent en résulter pour la vie consacrée elle-même; il vaut mieux les aborder avec un discernement éclairé. La réponse de l'Église est surtout de nature éducative: elle tend à faire bien comprendre les logiques implicites et à permettre une évaluation éthique réfléchie des programmes, de même qu'à favoriser l'adoption d'habitudes saines dans leur utilisation. Dans ce processus éducatif, destiné à former des auditeurs avisés et des experts en communication, les personnes consacrées sont appelées à donner leur témoignage particulier sur la relativité de toutes les réalités visibles, en aidant leurs frères à les évaluer selon le dessein de Dieu, mais aussi à se libérer de l'emprise obsessionnelle de la figure de ce monde qui passe (cf. 1 Co 7, 31).

Il faut encourager tous les efforts menés dans ce domaine important et nouveau de l'apostolat, afin que l'Évangile du Christ soit aussi annoncé par ces moyens modernes. Les divers Instituts seront prêts à collaborer, en y consacrant des forces, des moyens et des personnes, à la réalisation de projets communs dans les différents secteurs de la communication sociale. En outre, les personnes consacrées, en particulier les membres des Instituts séculiers, auront à cœur de prendre part, en fonction des besoins de la pastorale, à la formation religieuse des responsables et des agents des communications sociales publiques ou privées, tant pour limiter les dommages provoqués par l'usage dévoyé des médias que pour promouvoir une meilleure qualité des émissions, dont le contenu sera respectueux de la loi morale et riche des valeurs humaines et chrétiennes.

Deuxième Question de carrefour

Supposons que vous soyez responsables de la formation initiale de vos jeunes. A la lumière de ces deux articles de documents LA VIE FRATERNELLE EN COMMUNAUTE et VITA CONSECRATA, essayez de proposer à vos responsables une dynamique de formation qui tienne rigoureusement compte de l’ Afrique, de l’Evangile, du Charisme religieux et des Exigences de l’Eglise relatives aux NTIC.

Concrètement, quels sont les éléments les plus importants à insérer dans les programmes de la formation initiale concernant ces quatre dimensions de la vie consacrée:

Lire réponse carrefour

Haut


JOUR 3 / 29 mars 2012

LE MONDE DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

(Source: EXHORTATION APOSTOLIQUE POST-SYNODALE AFRICAE MUNUS du pape Benoît XVI, Deuxième synode pour l’Afrique – Ouidah, le 19 novembre 2011)

(142). L’Exhortation apostolique Ecclesia in Africa considérait que les médias modernes ne sont pas seulement des instruments de communication, mais aussi un monde à évangéliser.[194] Ils doivent servir une communication authentique qui est une priorité en Afrique, car ils sont un levier important pour le développement du continent[195] et pour l’évangélisation. Les «médias peuvent constituer une aide puissante pour faire grandir la communion de la famille humaine et l’ethos des sociétés, quand ils deviennent des instruments de promotion de la participation de tous à la recherche commune de ce qui est juste».[196]

(143). Nous savons tous que les nouvelles technologies de l’information peuvent devenir de puissants instruments de cohésion et de paix ou bien des promoteurs efficaces de destruction et de division. Ils peuvent servir ou desservir sur le plan moral, propager le vrai comme le faux, proposer le laid comme le beau. La masse de nouvelles ou de contre-nouvelles, ainsi que celle d’images, peut être intéressante tout comme elle peut conduire à une forte manipulation. L’information peut très facilement devenir de la désinformation, et la formation de la déformation. Les médias peuvent promouvoir une humanisation authentique, mais ils peuvent tout autant entraîner une déshumanisation.

(144). Les médias éviteront cet écueil s’ils «sont structurés et orientés à la lumière d’une image de la personne et du bien commun qui en respecte les valeurs universelles. Les moyens de communication sociale ne favorisent pas la liberté de tous et n’universalisent pas le développement et la démocratie pour tous simplement parce qu’ils multiplient les possibilités d’interconnexion et de circulation des idées. Pour atteindre de tels objectifs, il faut qu’ils aient pour visée principale la promotion de la dignité des personnes et des peuples, qu’ils soient expressément animés par la charité et mis au service de la vérité, du bien et d’une fraternité naturelle et surnaturelle».[197]

(145). L’Église doit être davantage présente dans les médias afin d’en faire non seulement un instrument de diffusion de l’Évangile mais aussi un outil pour la formation des peuples africains à la réconciliation dans la vérité, à la promotion de la justice et à la paix. Pour cela, une solide formation des journalistes à l’éthique et au respect de la vérité, les aidera à éviter l’attrait du sensationnel, ainsi que la tentation de la manipulation de l’information et de l’argent vite gagné. Que les journalistes chrétiens n’aient pas peur de manifester leur foi! Qu’ils en soient fiers! Il est bon également d’encourager la présence et l’activité de fidèles laïcs compétents dans le monde des communications publiques et privées. Tel le levain dans la pâte, ils continueront à témoigner de l’apport positif et constructif que l’enseignement du Christ et de son Église apporte au monde.

(146). Aussi, l’option prise par la première Assemblée Spéciale pour l’Afrique de considérer la communication comme un axe majeur de l’évangélisation s’est-elle avérée fructueuse pour le développement des médias catholiques. Il conviendrait, peut-être aussi, de coordonner les structures existantes comme cela se fait déjà dans certains endroits. Améliorer de cette façon l’utilisation des médias contribuera à une plus grande promotion des valeurs défendues par le Synode: la paix, la justice et la réconciliation en Afrique,[198] et permettra à ce continent de participer au développement actuel du monde.

Troisième Question de carrefour

A la lumière de ces articles de l’Exhortation apostolique «Africae Munus»:

Nota bene: Slogan = «formule concise et frappante, utilisée par la publicité, la propagande politique, etc.» (Petit Robert 2009)

Lire réponse carrefour

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster