Nous sommes le 17/08/2019 et il est 16h43 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Notre mission de Consacrés dans la Nouvelle Evangélisation en cette Année de la Foi

(Retraite annuelle – Maroua 22-30 juillet 2013 – jean bosco musumbi, omi)


Contenu | Dynamique | Quelques sources

Réception Maison Oblate Accueil Retraites Maroua


Contenu

  1. JOUR 0 (Lundi 22.07.13)
  2. JOUR I (Mardi 23.07.13)
  3. JOUR II (Mercredi 24.07.13)
  4. JOUR III (Jeudi 25.07.13)
  5. JOUR IV (Vendredi 26.07.13)
  6. JOUR V (Samedi 27.07.13)
  7. JOUR VI (Dimanche 28.07.13)
  8. JOUR VII (Lundi 29.07.13)
  9. JOUR 8 (Mardi 30.07.13)

Soeurs et frère retraite Maroua 2013


Jour VI (Dimanche 28.07.13)

Défis et Enjeux de la Mission dans un monde des NTIC

(Source : Intervention à la CORREF - Chevilly-Larue - 16 février 2013
Nouveaux médias et évangélisation : panorama, initiatives et enjeux - www.eglise.catholique.fr/
Mgr Hervé Giraud
)

Parole de Dieu : Jean 3, 1-21

1  Or il y avait parmi les Pharisiens un homme du nom de Nicodème, un notable des Juifs.2  Il vint de nuit trouver Jésus et lui dit : "Rabbi, nous le savons, tu viens de la part de Dieu comme un Maître : personne ne peut faire les signes que tu fais, si Dieu n'est pas avec lui."3  Jésus lui répondit : "En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'en haut, nul ne peut voir le Royaume de Dieu."4  Nicodème lui dit : "Comment un homme peut-il naître, étant vieux ? Peut-il une seconde fois entrer dans le sein de sa mère et naître ? "5  Jésus répondit : "En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'eau et d'Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu.6  Ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l'Esprit est esprit.7  Ne t'étonne pas, si je t'ai dit : Il vous faut naître d'en haut.8  Le vent souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l'Esprit."9  Nicodème lui répondit : "Comment cela peut-il se faire ? "10  Jésus lui répondit : "Tu es Maître en Israël, et ces choses-là, tu ne les saisis pas ?11  En vérité, en vérité, je te le dis, nous parlons de ce que nous savons et nous attestons ce que nous avons vu ; mais vous n'accueillez pas notre témoignage.12  Si vous ne croyez pas quand je vous dis les choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous dirai les choses du ciel ?13  Nul n'est monté au ciel, hormis celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme.14  Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l'homme,15  afin que quiconque croit ait par lui la vie éternelle.16  Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle.17  Car Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18  Qui croit en lui n'est pas jugé ; qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au Nom du Fils unique de Dieu.19  Et tel est le jugement : la lumière est venue dans le monde et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs oeuvres étaient mauvaises.20  Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient démontrées coupables,21  mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, afin que soit manifesté que ses oeuvres sont faites en Dieu."

1/ Internet, Eglise et Evangélisation

Enjeux

a/ Enjeu ecclésiologique

b/ Enjeu anthropologique (rapport au temps et à l’intériorité)

c/ Enjeu missionnaire

d/ Enjeu théologique

e/ Enjeu de solidarité

f/ Enjeu catéchétique

g/ Enjeu financier et sociaux

Somme toute,

2/ Développement des NTIC/culture numérique : Enjeux et défis pour l’Eglise et la vie religieuse

(Source: voir Le site des acteurs de la pastorale des jeunes et des vocations.)

I. Défis pour la mission

II. Défi pour la communion

III. Défi pour la vie spirituelle

Conclusion

Haut


Jour VII (Lundi 29.07.13)

Bousculer mon image de personne consacrée : acquérir une mentalité de foi

Parole de Dieu : Colossiens 3, 1-17

1  Du moment donc que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les choses d'en haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu.2  Songez aux choses d'en haut, non à celles de la terre.3  Car vous êtes morts, et votre vie est désormais cachée avec le Christ en Dieu :4  quand le Christ sera manifesté, lui qui est votre vie, alors vous aussi vous serez manifestés avec lui pleins de gloire.5  Mortifiez donc vos membres terrestres : fornication, impureté, passion coupable, mauvais désirs, et la cupidité qui est une idolâtrie ;6  voilà ce qui attire la colère divine sur ceux qui résistent.7  Vous-mêmes, vous vous conduisiez naguère de la sorte, quand vous viviez parmi eux.8  Et bien ! à présent, vous aussi, rejetez tout cela : colère, emportement, malice, outrage, vilains propos, doivent quitter vos lèvres ;9  ne vous mentez plus les uns aux autres. Vous vous êtes dépouillés du vieil homme avec ses agissements,10  et vous avez revêtu le nouveau, celui qui s'achemine vers la vraie connaissance en se renouvelant à l'image de son Créateur.11  Là, il n'est plus question de Grec ou de Juif, de circoncision ou d'incirconcision, de Barbare, de Scythe, d'esclave, d'homme libre ; il n'y a que le Christ qui est tout et en tout.12  Vous donc, les élus de Dieu, ses saints et ses bien-aimés, revêtez des sentiments de tendre compassion, de bienveillance, d'humilité, de douceur, de patience ;13  supportez-vous les uns les autres et pardonnez-vous mutuellement, si l'un a contre l'autre quelque sujet de plainte ; le Seigneur vous a pardonnés, faites de même à votre tour.14  Et puis, par dessus tout, la charité, en laquelle se noue la perfection.15  Avec cela, que la paix du Christ règne dans vos coeurs : tel est bien le terme de l'appel qui vous a rassemblés en un même Corps. Enfin, vivez dans l'action de grâces !16  Que la Parole du Christ réside chez vous en abondance : instruisez-vous en toute sagesse par des admonitions réciproques. Chantez à Dieu de tout votre coeur avec reconnaissance, par des Psaumes, des hymnes et des cantiques inspirés.17  Et quoi que vous puissiez dire ou faire, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus, rendant par lui grâces au Dieu Père !

Dix conseils pour vivre une bonne confession

(Source : Jacques MARIN, Quelques conseils dans la vie affective, 25 ans d’Editions des Béatitudes 1984-2009. Note : Jacques Marin est prêtre de la Mission de France. Il exerce son ministère
dans la prédication de retraites et l’accompagnement spirituel après avoir travaillé pendant trente ans comme prêtre-ouvrier.)

  1. Pour faire une bonne confession, il ne faut pas se regarder mais d’abord invoquer l’Esprit Saint.
  2. Pas de confession sans simplicité, pas de simplicité sans confi ance, pas de confi ance sans amour.
  3. Si tu vas te confesser avec la tête, tu trouves un juge ; si tu y vas avec le coeur, son amour te bouleversera.
  4. La confession, c’est le remède à la tristesse : tu fais la joie de Dieu et en retour, Il te la partage.
  5. La part de joie qui te manque, ce n’est pas le nombre de tes péchés, mais de les avoir gardés pour toi.
  6. Aller se confesser, c’est un double acte de Foi : croire en la Miséricorde et croire au Sacerdoce.
  7. N’aie pas peur du combat contre le démon ; avec Jésus, il mène à la Victoire.
  8. Mieux vaut être un enfant prodigue qu’un enfant sage ! Avec le Père, il partage la joie du Ciel.
  9. La tristesse ne vient pas du péché, mais de ne pas se laisser consoler par Dieu.
  10. La confession, c’est du Saint-Esprit d’un bout à l’autre : la lumière, je vois mon péché ; l’aveu, c’est la vérité ; ma vie a changé, c’est le témoignage, dans l’audace du Saint-Esprit.

Identité pronfonde de l’être religieux

(Le fameux tableau inspiré de Marc 8:34)

Acquérir une mentalité de foi

Chose évidente, le projet religieux est fondé immédiatement sur des réalités de la foi. Il est choisi à cause de Dieu et de son Règne. Et la foi, selon la lettre aux Hébreux, est « une manière de posséder déjà ce qu'on espère, un moyen de connaître des réalités qu'on ne voit pas. » Cette foi qui engage toute la personne dont l'avenir demeure caché dans la pensée divine présente une double caractéristique.

En effet, seule la Parole de Dieu accueillie et mise en œuvre produit en nous une mentalité de foi, c'est-à-dire « la capacité d'interpréter les réalités selon la pensée du Christ, et de trouver dans la doctrine révélée des valeurs et des motifs inspirateurs de vie », précise De Fiores.
Il s'ensuit qu'acquérir une mentalité de foi suppose un élan constant de conversion personnelle. Mais comment mesurer le degré de notre attachement au Seigneur ? Peut-être la référence aux trois modes de conversion classique dans la vie spirituelle aiderait-elle à mieux se situer.

Aussi la notion de conversion se rapproche-t-elle à celle du commencement de la vie spirituelle. Entendons par ‘commencement de vie spirituelle' le moment "où la personne humaine se considère responsable de sa vie devant Dieu, c'est-à-dire lorsque la relation à Dieu devient une relation totale de personne à personne"[7] . En d'autres termes, toute vie chrétienne remonte au baptême ; mais la vie spirituelle chrétienne personnelle ne commence que par sa prise de conscience et par un ferme engagement dans l'Église.

Prendre conscience des exigences de son baptême

Loin de s'arrêter à la simple conviction d'être à la suite du Seigneur, la personne consacrée doit prendre conscience des exigences de son baptême dans toutes ses dimensions. Relevons quelques aspects.

Les chrétiens conscients de la réalité du baptême suivent ses appels tels qu'ils se trouvent explicités par le Nouveau Testament :

S'intégrer activement à la communauté ecclésiale

Le caractère communautaire du salut exige une participation active et responsable à la vie de l'Eglise, communauté de foi. Le sens de responsabilité des religieux et religieuses se vérifie dans leur capacité de vivre une vie consacrée authentique. Cela ne signifie pas qu'elles la vivent sans difficulté ni combats, sans blessures ni défaites, mais parce qu'elles l'harmonisent avec leur être, leur projet. Pour Laurent Boisvert[8] , choisir la vie consacrée avec responsabilité suppose trois conditions :

Urgence de renoncement

(Source : Mgr Philippe Stevens, Evêque de Maroua-Mokolo – Extraits de la Lettre adressée à ses frères les prêtres, Maroua, 5 juillet 2013)

Nous vivons par vocation au cœur du monde, pasteurs « chargés de l’odeur des brebis » comme le dit si bien notre pape François. Alors, comment ne serions-nous pas chaque jour tentés de suivre les modes et les slogans qui attirent tant nos contemporains et que véhiculent tant de « gens sérieux » et de médias de notre temps ? Et la question fondamentale se pose : comment vivre notre vocation de consacrés dans ce monde qui recherche si souvent le profit et les plaisirs ? Comment vivre « dans le monde » sans être « du monde » ?
L’un de vos aînés me disait dernièrement, à la suite d’échanges spirituels qu’il avait eus avec des prêtres de divers diocèses, qu’il était frappé de voir que beaucoup de prêtres désirent sans doute vivre sincèrement leur vie de prêtres, mais que par contre il ne faut pas leur parler de renoncement. Cette réflexion m’a fait beaucoup réfléchir. Comment puis-je être prêtre, consacrer ma vie au Seigneur, sans renoncer à moi-même, sans renoncer à des désirs et activités qui, pour les gens « du monde » sont pourtant souvent bien légitimes ?
Ces jours de repos et de prière que beaucoup d’entre nous vivent en ces moments ne peuvent-ils pas être l’occasion d’un examen de conscience sur la façon dont je vis ma vie consacrée ? Mon attitude face à l’argent : comment est-il possible pour moi, prêtre de Jésus-Christ, de détourner l’argent d’une caisse qui m’est confiée, ou de chercher à profiter financièrement d’un service qui m’est demandé ? Mon attitude devant les affections humaines : comment moi, qui ai chosi librement de donner ma vie à Dieu, puis-je « jouer » avec moi-même et avec Dieu, au point de créer parfois le scandale chez les fidèles ? Mon attitude devant la vérité : comment un prêtre peut-il mentir à ses confrères, à son évêque, et finalement se mentir à lui-même ? Mon attitude face à la boisson : quels efforts est-ce que je fais, concrètement pour vivre sobre ? Face aux moyens modernes de communication : le temps que je passe devant la TV, devant l’ordinateur, au téléphone, est-il utile et justifié ?
« Vous, vous serez parfaits comme votre Père du ciel est parfait ». Nous n’avons pas le droit de vivre une vie médiocre, diminuée, une vie que nous nous arrangeons à nous-mêmes, une vie sans progrès et sans idéal.
Vie sobre, vie de renoncement, ne veut pas dire vie triste ! Il [notre pape François] a déjà plusieurs fois rappelé qu’une personne humaine, a fortiori une personne consacrée, ne peut pas vivre sans aimer. Aimer Dieu, bien sûr, mais aussi aimer des frères et des sœurs humains. Aimer, pas seulement d’une manière globale, mais aimer telle ou telle personne. Notre monde qui a un peu perdu la tête nous fait croire que aimer une personne, c’est forcément l’aimer sexuellement. Pas du tout ! « Jésus aimait Marthe, et sa sœur Marie, et Lazare ». « Jésus, portant sur lui son regard, l’aima ». « Maryam ! Rabbouni ! » « Le disciple que Jésus aimait »… Avoir des amis et, pourquoi pas, des amies, n’est pas contraire à notre vie de chasteté et de renoncement, et c’est même, nous dit le pape, une nécessité pour l’équilibre de notre vie. Bien sûr il faut être très vrai avec nous-mêmes, et ne jamais accepter qu’une telle amitié se transforme en amitié de type sexuel. Dans ce cas, un seul moyen, rompre tout de suite ! « Si ton pied, ta main… coupe-le ! » Des frères aînés, des accompagnateurs spirituels, pourront nous aider à faire ce discernement et à voir clair en nous-mêmes.
L’amitié que nous éprouvons légitimement pour telle ou telle personne, si elle est vraie, càd si elle n’est pas égoïste, limitée à elle-même, possessive (« ne me retiens pas », dit Jésus à son amie Marie-Madeleine), aura aussi une autre et heureuse conséquence. C’est qu’elle nous donnera un cœur aimant. Grâce à notre manière d’aimer telle ou telle personne, c’est toutes les personnes humaines que nous allons regarder d’un regard nouveau, à commencer par ceux qui vivent avec nous, nos confrères prêtres, notre entourage. Notre cœur ne va plus être un cœur sec, un cœur qui juge, mais un cœur ouvert à l’amour, au pardon, au dialogue, à la collaboration, à la bonne entente avec nos confrères.
Mes frères prêtres, quelle joie d’être appelés par Jésus à le suivre, à tout quitter pour finalement tout trouver ! Soyez des prêtres heureux, des prêtres généreux et heureux : ces deux mots vont forcément ensemble.

Commentaire

Une telle lettre ne peut laisser personne indifférent. Personnes consacrées, hommes et femmes, nous sommes tous concernés chacun chacune à son niveau de responsabilité. Laissons-nous bousculer par la parole de Dieu, les attentes de l’Eglise et les exigences de notre vocation. Prenons conscience de nos faiblesses et dans la confiance, entreprenons une démarche de sincère réconciliation avec Dieu et avec nos frères et sœurs, ceux et celles qui ont besoin de notre pardon.

Haut


Conclusion
Devoir missionnaire - Urgence d'une migration digitale

Ouf ! Peut-être ai-je donné l’impression, concernant la Nouvelle Evangélisation, d’être plus en Occident qu’en cette Afrique aux moyens limités. Je n’ai développé qu’un des scénarios mentionnés par l’Eglise (Cfr. Lineamenta – Synode sur La Nouvelle Evangélisation et pour la transmission de la foi). Ce n’est pas parce que les pauvres et la plus grande majorité des jeunes n’accèdent pas encore à l’outil puissant qu’est Internet que nous ne devons pas en parler. « Allez dans le monde entier, proclamez la Bonne Nouvelle… », tel est le devoir missionnaire qui nous incombe. Il ne peut s’accomplir dans l’aujourd’hui du monde sans faire usage des moyens modernes de communication. De par le monde entier, les jeunes sont la population internaute la plus présente sur les réseaux...

« Ce n’est pas une époque de changement, mais c’est un changement d’époque », vient de préciser le pape François au Brésil lors des JMJ de Rio). C’est dire combien l’Eglise vibre au rythme de ce changement d’époque ! L’indifférence à l’impérieux devoir de «migration digitale» risquerait de coûter cher aux personnes consacrées. Elles deviendraient simplement des personnes déphasées, voire décalées! (sans être prophète de malheur). En savoir plus ?

Chose évidente, la Nouvelle Evangélisation concerne aussi les Africains. Nombreux sont ceux et celles qui ne partagent pas la foi chrétienne ou qui l’abandonnent. La culture de l’image envahit également bon nombre de jeunes africains malgré leurs ressources. L’option préférentielle de l’Eglise et de la vie consacrée étant les pauvres, il reste à savoir qui sont les nouveaux pauvres d’aujourd’hui. La Nouvelle Evangélisation n’est pas nécessairement l’usage des médias modernes de communication, mais l’audace et le courage de trouver des solutions aux problèmes des pauvres auprès de qui nous sommes envoyés. Puisqu’il est absurde de parler de culture médiatique là où il n’y a ni électricité, ni réseaux de cellulaire, ni Télévision, le devoir missionnaire invite à la créativité pour améliorer tant soit peu les conditions de vie de nos populations. C’est aussi cela AIMER, SERVIR et TEMOIGNER.

Mirabeau Diatang animation soirée fin retraite Maroua 2013

Précédent | Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster