Nous sommes le 17/07/2018 et il est 04h10 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Notre mission de Consacrés dans la Nouvelle Evangélisation en cette Année de la Foi

(Retraite annuelle – Maroua 22-30 juillet 2013 – jean bosco musumbi, omi)


Contenu | Dynamique | Quelques sources

Réception Maison Oblate Accueil Retraites Maroua


Contenu

  1. JOUR 0 (Lundi 22.07.13)
  2. JOUR I (Mardi 23.07.13)
  3. JOUR II (Mercredi 24.07.13)
  4. JOUR III (Jeudi 25.07.13)
  5. JOUR IV (Vendredi 26.07.13)
  6. JOUR V (Samedi 27.07.13)
  7. JOUR VI (Dimanche 28.07.13)
  8. JOUR VII (Lundi 29.07.13)
  9. JOUR 8 (Mardi 30.07.13)

Réfectoire OMI Maroua retraite annuelle 2013

Dynamique

 
Lundi 22 juillet (PM : Arrivée)
18H30 Vêpres (Chapelle de retraite)
19H00 Repas du soir
20H00 Introduction (Salle de Conférence)
Mardi 23 – Lundi 29 juillet
07H00 Laudes (Chapelle de retraite)
07H30 Petit déjeuner
08H30 – 09H30 1er Exposé (Salle de conférence)
11h30 Eucharistie (Chapelle de retraite)
12H30 Repas de midi
15H30 – 16H30 2ième Exposé (Salle de conférence)
18H00 – 19H00 Adoration & Vêpres (Chapelle de retraite)
19H00 Repas du soir 
Attention Lundi 29 juillet
15H00 – 16H00 Réconciliation (Chapelle de retraite)
17H00  Partage/Evaluation (Salle de conférence)
18H45 Vêpres (Chapelle de retraite)
20H00 – 21H00 Soirée récréative (Lieu ?)
Mardi 30 juillet (Départ après le Petit déjeuner)
06H00 Laudes
06h15 Eucharistie (CONCLUSION)
07H00  Petit déjeuner
 

Haut

Quelques sources

MAGISTERE

OUVRAGES ET ARTICLES

PAGES WEB

Haut


Jour 0 (Lundi 22.07.2013)

Introduction:
S'attacher au Christ pour mieux évangéliser

Parole de Dieu

5 Je suis la vigne ; vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ; car hors de moi vous ne pouvez rien faire.6  Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors comme le sarment et il se dessèche ; on les ramasse et on les jette au feu et ils brûlent.7  Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et vous l'aurez.8  C'est la gloire de mon Père que vous portiez beaucoup de fruit et deveniez mes disciples.9  Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez en mon amour.10  Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez en mon amour, comme moi j'ai gardé les commandements de mon Père et je demeure en son amour.11  Je vous dis cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète.12  Voici quel est mon commandement : vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés.13  Nul n'a plus grand amour que celui-ci : donner sa vie pour ses amis.14  Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande.15  Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous appelle amis, parce que tout ce que j'ai entendu de mon Père, je vous l'ai fait connaître.16  Ce n'est pas vous qui m'avez choisi ; mais c'est moi qui vous ai choisis et vous ai établis pour que vous alliez et portiez du fruit et que votre fruit demeure, afin que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne.17  Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres.
(Jean 15, 5-17)

Quelle serait notre mission dans ce contexte nouveau rythmé par la nouvelle évangélisation dont on parle de plus en plus ?

Deux leitmotivs guideront nos méditations et nos réflexions durant cette retraite :

1imier Leitmotiv : la pensée du pape François :
« S’attacher au Christ pour mieux évangéliser » (Jean 15, 5). Une invitation pressante : ne pas céder au pessimisme, être optimiste. S’attacher au Christ pour que l’Eglise ne risque pas d’être une simple "ONG (Organisation Non Gouvernementale) charitable" (http://actualite.portail.free.fr/toute-l-actu/14-03-2013/le-pape-veut-que-l-eglise-soit-plus-qu-une-ong-charitable/). En effet,

Il ne veut pas d'une Eglise de "mondains". Le nouveau pape François a lancé, jeudi 14 mars, un appel à la purification de l'Eglise et à l'obéissance inconditionnelle au Christ, à l'occasion de sa première messe dans la chapelle Sixtine avec les 114 cardinaux qui l'ont choisi. L'Eglise catholique n'est qu'une "ONG charitable" si elle ne professe pas Jésus, a-t-il estimé.
Dans une courte homélie de dix minutes, improvisée, le pape âgé de 76 ans a appelé les cardinaux, les évêques et tous les prêtres à "cheminer, édifier, professer" leur foi. "Quand nous marchons sans la Croix, quand nous bâtissons sans la Croix et quand nous confessons un Christ sans Croix, nous ne sommes pas les disciples du seigneur, nous sommes mondains, nous sommes des évêques, des prêtres, des cardinaux, des papes, tous, tous... Mais pas des disciples du Seigneur", a-t-il lancé, d'une voix fluette, mais avec sévérité.

Voilà pourquoi, pendant cette retraite, chacun de nous, guidé par l’Esprit de Pentecôte, cherchera soigneusement et dira humblement au Seigneur ce en quoi il (elle) est disciple de Jésus-Christ.

2ième Leitmotiv :
La réflexion de Mgr Philippe Stevens, Evêque de Maroua-Mokolo, sur le « Renoncement », lettre adressée  à ses chers prêtres, le 5 juillet 2013 :

Nous vivons par vocation au cœur du monde, pasteurs « chargés de l’odeur des brebis » comme le dit si bien notre pape François. Alors, comment ne serions-nous pas chaque jour tentés de suivre les modes et les slogans qui attirent tant nos contemporains et que véhiculent tant de « gens sérieux » et de médias de notre temps ? Et la question fondamentale se pose : comment vivre notre vocation de consacrés dans ce monde qui recherche si souvent le profit et les plaisirs ? Comment vivre « dans le monde » sans être « du monde » ?

La foi naît de la rencontre avec le Dieu vivant, qui nous appelle et nous révèle son amour, un amour qui nous précède et sur lequel nous pouvons nous appuyer pour être solides et construire notre vie. Transformés par cet amour nous recevons des yeux nouveaux, nous faisons l’expérience qu’en lui se trouve une grande promesse de plénitude et le regard de l’avenir s’ouvre à nous. La foi que nous recevons de Dieu comme un don surnaturel, apparaît comme une lumière pour la route, qui oriente notre marche dans le temps. D’une part, elle procède du passé, elle est la lumière d’une mémoire de fondation, celle de la vie de Jésus, où s’est manifesté son amour pleinement fiable, capable de vaincre la mort. En même temps, cependant, puisque le Christ est ressuscité et nous attire au-delà de la mort, la foi est lumière qui vient de l’avenir, qui entrouvre devant nous de grands horizons et nous conduit au-delà de notre « moi » isolé vers l’ampleur de la communion. Nous comprenons alors que la foi n’habite pas dans l’obscurité ; mais qu’elle est une lumière pour nos ténèbres. (Lumen Fidei 4)

Que dire du vocable "mission"?

Nous tenterons de répondre à ces trois questions qui méritent votre attention :

Enfin, voici le secret d’une retraite fructueuse

Sans la sincérité, la retraite n’est qu’un passe-temps, une source d’inquiétudes et de remords, sans vérité élan de conversion personnelle !

Haut


Jour I (Mardi 23.07.2013)

Redynamiser la foi chrétienne – Audace de la foi

Parole de Dieu : Jean 1, 35-51

35  Le lendemain, Jean se tenait là, de nouveau, avec deux de ses disciples.36  Regardant Jésus qui passait, il dit : "Voici l'agneau de Dieu."37  Les deux disciples entendirent ses paroles et suivirent Jésus.38  Jésus se retourna et, voyant qu'ils le suivaient, leur dit : "Que cherchez-vous ? " Ils lui dirent : "Rabbi - ce qui veut dire Maître --, où demeures-tu ? "39  Il leur dit : "Venez et voyez." Ils vinrent donc et virent où il demeurait, et ils demeurèrent auprès de lui ce jour-là. C'était environ la dixième heure.40  André, le frère de Simon-Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean et suivi Jésus.41  Il rencontre en premier lieu son frère Simon et lui dit : "Nous avons trouvé le Messie" - ce qui veut dire Christ.42  Il l'amena à Jésus. Jésus le regarda et dit : "Tu es Simon, le fils de Jean ; tu t'appelleras Céphas" - ce qui veut dire Pierre.43  Le lendemain, Jésus résolut de partir pour la Galilée ; il rencontre Philippe et lui dit : "Suis-moi ! "44  Philippe était de Bethsaïde, la ville d'André et de Pierre.45  Philippe rencontre Nathanaël et lui dit : "Celui dont Moïse a écrit dans la Loi, ainsi que les prophètes, nous l'avons trouvé : Jésus, le fils de Joseph, de Nazareth."46  Nathanaël lui dit : "De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon ? " Philippe lui dit : "Viens et vois."47  Jésus vit Nathanaël venir vers lui et il dit de lui : "Voici vraiment un Israélite sans détours."48  Nathanaël lui dit : "D'où me connais-tu ? " Jésus lui répondit : "Avant que Philippe t'appelât, quant tu étais sous le figuier, je t'ai vu."49  Nathanaël reprit : "Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël."50  Jésus lui répondit : "Parce que je t'ai dit : Je t'ai vu sous le figuier, tu crois ! Tu verras mieux encore."51  Et il lui dit : "En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l'homme."

1/ Jésus est quelqu’un à reconnaître :
la foi est discernement (Luc 24, 13-35 Disciples d’Emmaüs)

13  Et voici que, ce même jour, deux d'entre eux faisaient route vers un village du nom d'Emmaüs, distant de Jérusalem de 60 stades,14  et ils conversaient entre eux de tout ce qui était arrivé.15  Et il advint, comme ils conversaient et discutaient ensemble, que Jésus en personne s'approcha, et il faisait route avec eux ;16  mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.17  Il Leur dit : "Quels sont donc ces propos que vous échangez en marchant ? " Et ils s'arrêtèrent, le visage sombre.18  Prenant la parole, l'un d'eux, nommé Cléophas, lui dit : "Tu es bien le seul habitant de Jérusalem à ignorer ce qui y est arrivé ces jours-ci" --19  "Quoi donc ? " Leur dit-il. Ils lui dirent : "Ce qui concerne Jésus le Nazarénien, qui s'est montré un prophète puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple,20  comment nos grands prêtres et nos chefs l'ont livré pour être condamné à mort et l'ont crucifié.21  Nous espérions, nous, que c'était lui qui allait délivrer Israël ; mais avec tout cela, voilà le troisième jour depuis que ces choses sont arrivées !22  Quelques femmes qui sont des nôtres nous ont, il est vrai, stupéfiés. S'étant rendues de grand matin au tombeau23  et n'ayant pas trouvé son corps, elles sont revenues nous dire qu'elles ont même eu la vision d'anges qui le disent vivant.24  Quelques-uns des nôtres sont allés au tombeau et ont trouvé les choses tout comme les femmes avaient dit ; mais lui, ils ne l'ont pas vu ! "25  Alors il leur dit : "O coeurs sans intelligence, lents à croire à tout ce qu'ont annoncé les Prophètes !26  Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans sa gloire ? "27  Et, commençant par Moïse et parcourant tous les Prophètes, il leur interpréta dans toutes les Ecritures ce qui le concernait.28  Quand ils furent près du village où ils se rendaient, il fit semblant d'aller plus loin.29  Mais ils le pressèrent en disant : "Reste avec nous, car le soir tombe et le jour déjà touche à son terme." Il entra donc pour rester avec eux.30  Et il advint, comme il était à table avec eux, qu'il prit le pain, dit la bénédiction, puis le rompit et le leur donna.31  Leurs yeux s'ouvrirent et ils le reconnurent... mais il avait disparu de devant eux.32  Et ils se dirent l'un à l'autre : "Notre coeur n'était-il pas tout brûlant au-dedans de nous, quand il nous parlait en chemin, quand il nous expliquait les Ecritures ? "33  A cette heure même, ils partirent et s'en retournèrent à Jérusalem. Ils trouvèrent réunis les Onze et leurs compagnons,34  qui dirent : "C'est bien vrai ! le Seigneur est ressuscité et il est apparu à Simon ! "35  Et eux de raconter ce qui s'était passé en chemin, et comment ils l'avaient reconnu à la fraction du pain.

2/ Jésus est quelqu’un à trouver :
la foi est recherche (Jean 9 : Guérison d’un aveugle de naissance)

En passant, il vit un homme aveugle de naissance.2  Ses disciples lui demandèrent : "Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle ? "3  Jésus répondit : "Ni lui ni ses parents n'ont péché, mais c'est afin que soient manifestées en lui les oeuvres de Dieu.4  Tant qu'il fait jour, il nous faut travailler aux oeuvres de celui qui m'a envoyé ; la nuit vient, où nul ne peut travailler.5  Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde."6  Ayant dit cela, il cracha à terre, fit de la boue avec sa salive, enduisit avec cette boue les yeux de l'aveugle7  et lui dit : "Va te laver à la piscine de Siloé" - ce qui veut dire : Envoyé. L'aveugle s'en alla donc, il se lava et revint en voyant clair.8  Les voisins et ceux qui étaient habitués à le voir auparavant, car c'était un mendiant, dirent alors : "N'est-ce pas celui qui se tenait assis à mendier ? "9  Les uns disaient : "C'est lui." D'autres disaient : "Non, mais il lui ressemble." Lui disait : "C'est moi."10  Ils lui dirent alors : "Comment donc tes yeux se sont-ils ouverts ? "11  Il répondit : "L'homme qu'on appelle Jésus a fait de la boue, il m'en a enduit les yeux et m'a dit : Va-t'en à Siloé et lave-toi. Alors je suis parti, je me suis lavé et j'ai recouvré la vue."12  Ils lui dirent : "Où est-il ? " Il dit : "Je ne sais pas."13  On le conduit aux Pharisiens, l'ancien aveugle.14  Or c'était sabbat, le jour où Jésus avait fait de la boue, et lui avait ouvert les yeux.15  A leur tour les Pharisiens lui demandèrent comment il avait recouvré la vue. Il leur dit : "Il m'a appliqué de la boue sur les yeux, je me suis lavé et je vois."16  Certains des Pharisiens disaient : "Il ne vient pas de Dieu, cet homme-là, puisqu'il n'observe pas le sabbat" ; d'autres disaient : "Comment un homme pécheur peut-il faire de tels signes ? " Et il y eut scission parmi eux.17  Alors ils dirent encore à l'aveugle : "Toi, que dis-tu de lui, de ce qu'il t'a ouvert les yeux ? " Il dit : "C'est un prophète."18  Les Juifs ne crurent pas qu'il eût été aveugle tant qu'ils n'eurent pas appelé les parents de celui qui avait recouvré la vue.19  Ils leur demandèrent : "Celui-ci est-il votre fils dont vous dites qu'il est né aveugle ? Comment donc y voit-il à présent ? "20  Ses parents répondirent : "Nous savons que c'est notre fils et qu'il est né aveugle.21  Mais comment il y voit maintenant, nous ne le savons pas ; ou bien qui lui a ouvert les yeux, nous, nous ne le savons pas. Interrogez-le, il a l'âge ; lui-même s'expliquera sur son propre compte."22  Ses parents dirent cela parce qu'ils avaient peur des Juifs ; car déjà les Juifs étaient convenus que, si quelqu'un reconnaissait Jésus pour le Christ, il serait exclu de la synagogue.23  C'est pour cela que ses parents dirent : "Il a l'âge ; interrogez-le."24  Les Juifs appelèrent donc une seconde fois l'homme qui avait été aveugle et lui dirent : "Rends gloire à Dieu ! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur."25  Lui, répondit : "Si c'est un pécheur, je ne sais pas ; je ne sais qu'une chose : j'étais aveugle et à présent j'y vois."26  Ils lui dirent alors : "Que t'a-t-il fait ? Comment t'a-t-il ouvert les yeux ? "27  Il leur répondit : "Je vous l'ai déjà dit et vous n'avez pas écouté. Pourquoi voulez-vous l'entendre à nouveau ? Est-ce que, vous aussi, vous voudriez devenir ses disciples ? "28  Ils l'injurièrent et lui dirent : "C'est toi qui es son disciple ; mais nous, c'est de Moïse que nous sommes disciples.29  Nous savons, nous, que Dieu a parlé à Moïse ; mais celui-là, nous ne savons pas d'où il est."30  L'homme leur répondit : "C'est bien là l'étonnant : que vous ne sachiez pas d'où il est, et qu'il m'ait ouvert les yeux.31  Nous savons que Dieu n'écoute pas les pécheurs, mais si quelqu'un est religieux et fait sa volonté, celui-là il l'écoute.32  Jamais on n'a ouï dire que quelqu'un ait ouvert les yeux d'un aveugle-né.33  Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire."34  Ils lui répondirent : "De naissance tu n'es que péché et tu nous fais la leçon ! " Et ils le jetèrent dehors.35  Jésus apprit qu'ils l'avaient jeté dehors. Le rencontrant, il lui dit : "Crois-tu au Fils de l'homme ? "36  Il répondit : "Et qui est-il, Seigneur, que je croie en lui ? "37  Jésus lui dit : "Tu le vois ; celui qui te parle, c'est lui."38  Alors il déclara : "Je crois, Seigneur", et il se prosterna devant lui.39  Jésus dit alors : "C'est pour un discernement que je suis venu en ce monde : pour que ceux qui ne voient pas voient et que ceux qui voient deviennent aveugles."40  Des Pharisiens, qui se trouvaient avec lui, entendirent ces paroles et lui dirent : "Est-ce que nous aussi, nous sommes aveugles ? "41  Jésus leur dit : "Si vous étiez aveugles, vous n'auriez pas de péché ; mais vous dites : Nous voyons ! Votre péché demeure.

3/ Jésus est quelqu’un de provoquant :
la foi est un scandale (Marc 10, 17-22 Jeune homme riche)

Il se mettait en route quand un homme accourut et, s'agenouillant devant lui, il l'interrogeait : "Bon maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? "18  Jésus lui dit : "Pourquoi m'appelles-tu bon ? Nul n'est bon que Dieu seul.19  Tu connais les commandements : Ne tue pas, ne commets pas d'adultère, ne vole pas, ne porte pas de faux témoignage, ne fais pas de tort, honore ton père et ta mère."20  "Maître --, lui dit-il, tout cela, je l'ai observé dès ma jeunesse."21  Alors Jésus fixa sur lui son regard et l'aima. Et il lui dit : "Une seule chose te manque : va, ce que tu as, vends-le et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; puis, viens, suis-moi."22  Mais lui, à ces mots, s'assombrit et il s'en alla contristé, car il avait de grands biens.

4/ Jésus est quelqu’un à accepter :
la foi est consentement (Jean 1, 35-51 Les premiers disciples de Jésus)

Voir texte plus haut

Répondre à trois questions :

5/ Jésus est quelqu’un d’engageant :
la foi est fidélité (Luc 18, 35-43 L’aveugle de Jéricho)

35  Or il advint, comme il approchait de Jéricho, qu'un aveugle était assis au bord du chemin et mendiait.36  Entendant une foule marcher, il s'enquérait de ce que cela pouvait être.37  On lui annonça que c'était Jésus le Nazôréen qui passait.38  Alors il s'écria : "Jésus, Fils de David, aie pitié de moi ! "39  Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour le faire taire, mais lui criait de plus belle : "Fils de David, aie pitié de moi ! "40  Jésus s'arrêta et ordonna de le lui amener. Quand il fut près, il lui demanda :41  "Que veux-tu que je fasse pour toi" - "Seigneur, dit-il, que je recouvre la vue ! "42  Jésus lui dit : "Recouvre la vue ; ta foi t'a sauvé."43  Et à l'instant même il recouvra la vue, et il le suivait en glorifiant Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, célébra les louanges de Dieu.

6/ Jésus est quelqu’un de filial. Dieu est Père :
la foi est confiance ()

Parole de Dieu (L'histoire du salut)

7/ Jésus est quelqu’un de spirituel. Dieu est Esprit :
la foi est un feu (Jean 16, 7-14 le Paraclet)

7  Cependant je vous dis la vérité : c'est votre intérêt que je parte ; car si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas vers vous ; mais si je pars, je vous l'enverrai.8  Et lui, une fois venu, il établira la culpabilité du monde en fait de péché, en fait de justice et en fait de jugement :9  de péché, parce qu'ils ne croient pas en moi ;10  de justice, parce que je vais vers le Père et que vous ne me verrez plus ;11  de jugement, parce que le Prince de ce monde est jugé.12  J'ai encore beaucoup à vous dire, mais vous ne pouvez pas le porter à présent.13  Mais quand il viendra, lui, l'Esprit de vérité, il vous introduira dans la vérité tout entière ; car il ne parlera pas de lui-même, mais ce qu'il entendra, il le dira et il vous dévoilera les choses à venir.14  Lui me glorifiera, car c'est de mon bien qu'il recevra et il vous le dévoilera.

8/ Jésus est né d’une femme. Marie Mère de Dieu :
la foi est fécondité (Apocalypse 12, 1-5 Un signe grandiose au ciel)

Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme ! le soleil l'enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête ;2  elle est enceinte et crie dans les douleurs et le travail de l'enfantement.3  Puis un second signe apparut au ciel : un énorme Dragon rouge-feu, à sept têtes et dix cornes, chaque tête surmontée d'un diadème.4  Sa queue balaie le tiers des étoiles du ciel et les précipite sur la terre. En arrêt devant la Femme en travail, le Dragon s'apprête à dévorer son enfant aussitôt né.5  Or la Femme mit au monde un enfant mâle, celui qui doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer ;6  et son enfant fut enlevé jusqu'auprès de Dieu et de son trône, tandis que la Femme s'enfuyait au désert, où Dieu lui a ménagé un refuge pour qu'elle y soit nourrie 1.260 jours.

9/ Jésus de Nazareth, Fils de Dieu, quelqu’un d’humain :
la foi est un « plus-être » (Philippiens 2, 6-11 Lui, de condition divine)

6  Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu.7  Mais il s'anéantit lui-même, prenant condition d'esclave, et devenant semblable aux hommes. S'étant comporté comme un homme,8  il s'humilia plus encore, obéissant jusqu'à la mort, et à la mort sur une croix !9  Aussi Dieu l'a-t-il exalté et lui a-t-il donné le Nom qui est au-dessus de tout nom,10  pour que tout, au nom de Jésus, s'agenouille, au plus haut des cieux, sur la terre et dans les enfers,11  et que toute langue proclame, de Jésus Christ, qu'il est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Les quatre points cardinaux

10/ Jésus est quelqu’un dont on ne peut se passer :
la foi qui sauve (Psaume 51/50, 1-16)

Pitié pour moi, Dieu, en ta bonté, en ta grande tendresse efface mon péché,4  lave-moi tout entier de mon mal et de ma faute purifie-moi.5  Car mon péché, moi, je le connais, ma faute est devant moi sans relâche ;6  contre toi, toi seul, j'ai péché, ce qui est coupable à tes yeux, je l'ai fait. Pour que tu montres ta justice quand tu parles et que paraisse ta victoire quand tu juges.7  Vois : mauvais je suis né, pécheur ma mère m'a conçu.8  Mais tu aimes la vérité au fond de l'être, dans le secret tu m'enseignes la sagesse.9  Ote mes taches avec l'hysope, je serai pur ; lave-moi, je serai blanc plus que neige.10  Rends-moi le son de la joie et de la fête : qu'ils dansent, les os que tu broyas !11  Détourne ta face de mes fautes, et tout mon mal, efface-le.12  Dieu, crée pour moi un coeur pur, restaure en ma poitrine un esprit ferme ;13  ne me repousse pas loin de ta face, ne m'enlève pas ton esprit de sainteté.14  Rends-moi la joie de ton salut, assure en moi un esprit magnanime.15  Aux pécheurs j'enseignerai tes voies, à toi se rendront les égarés.16  Affranchis-moi du sang, Dieu, Dieu de mon salut, et ma langue acclamera ta justice...

Haut


Jour II (Mercredi 24.07.2013)

Redynamiser la foi chrétienne – Cohérence de la foi

Parole de Dieu : 1 Jean 4, 7-12

7  Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l'amour est de Dieu et que quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.8  Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est Amour.9  En ceci s'est manifesté l'amour de Dieu pour nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde afin que nous vivions par lui.10  En ceci consiste l'amour : ce n'est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c'est lui qui nous a aimés et qui a envoyé son Fils en victime de propitiation pour nos péchés.11  Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres.12  Dieu, personne ne l'a jamais contemplé. Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, en nous son amour est accompli.

« Je sais en qui j’ai mis ma foi » (1 Timothée 1, 12)

Anecdotes

Quelques anecdotes du contexte socioculturel africain (Afrique subsaharienne : croyances ancestrales) - Le manque de sel ; - Le jeune homme ressuscité ; - La fillette orpheline maltraité ; - Le mari de la veuve. « Les morts ne sont pas morts »

1/ Jésus est quelqu’un plein de vie. La Résurrection1 :
la foi est événement (1 Corinthiens 15, 12-20 Jésus est mort et ressuscité)

(La résurrection des morts) « Si l’on proclame que Christ est ressuscité des morts, comment certains d’entre vous disent-ils qu’il n’y a pas de résurrection des morts ? S’il n’y a pas de résurrection des morts, Christ non plus n’est pas ressuscité, et si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est vide et vide aussi votre foi. Il se trouve même que nous sommes de faux témoins de Dieu, car nous avons porté un contre-témoignage en affirmant que Dieu a ressuscité le Christ alors qu’il ne l’a pas ressuscité, s’il est vrai que les morts ne ressuscitent pas. Si les morts ne ressuscitent pas, Christ non plus n’est pas ressuscité. Et si Christ n’est pa ressuscité, votre foi est lllusoire, vous êtes encore dans vos péchés. Dès lors, ceux qui sont morts en Christ sont perdus. Si nous avons mis notre espérance en Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à paindre de tous les hommes. Mais non ; Christ est ressuscité des morts premices de ceux qui sont morts. »

2/ Jésus est quelqu’un de communicatif. La Résurrection2 :
la foi est relation (1 Corinthiens 15, 35-44 Jésus est mort et ressuscité)

(Le corps des ressuscités) « Mais, dira-t-on, comment les morts ressuscitent-ils ? Avec quel corps reviennent-ils ? Insensé ! Toi, ce que tu sèmes ne prend vie qu’à condition de mourir. Et ce que tu sèmes, n’est pas la plante qui doit naître, mais un grain nu, de blé ou d’autre chose. Puis Dieu lui donne corps, comme il le veut et à chaque semence de façon particulière.  Aucune chair n’est identique à une autre ; il y a une différence entre celle des hommes, des bêtes, des oiseaux, des poissons. Il y a des corps célestes et des corps terrestres et ils n’ont pas le même éclat ; autre est l’éclat du soleil, autre celui de la lumière, autre celui des étoiles ; une étoile même diffère en éclat d’une autre étoile. Il en est ainsi pour la résurrection des morts : semé corruptible, le corps ressuscite incorruptible ; semé méprisable, il ressuscite éclatant de gloire ; semé dans la faiblesse, il ressuscite plein de force ; semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel. »

3/ Jésus est quelqu’un qui fait signe. L’Eglise-sacrement :
la foi est sacramentelle (Ephésiens 3, 5-12 le mystère révélé)

(Paul, l’homme du mystère du Christ) « Ce mystère, Dieu ne l’a pas fait connaître aux hommes des générations passées comme il vient de le révéler maintenant par l’Esprit à ses saints apôtres et prophètes : les païens sont admis au même héritage, membres du même corps, associés à la même promesse, en Jésus Christ, par le moyen de l’Evangile. J’en ai été fait ministre par le don de la grâce que Dieu m’a accordée en déployant sa puissance. Moi, qui suis le dernier des derniers de tous les saints, j’ai reçu cette grâce d’annoncer aux païens l’impénétrable richesse du Christ et de mettre en lumière comment Dieu réalise le mystère tenu caché depuis toujours en lui, le créateur de l’univers ; ainsi désormais les Autorités et Pouvoirs, dans les cieux, connaissent, grâce à l’Eglise la sagesse multiple de Dieu, selon le projet éternel qu’il a exécuté en Jésus Christ notre Seigneur. En Christ, nous avons donc, par la foi en lui, la liberté de nous approcher en toute confiance. »

4/ Jésus est quelqu’un qui fait corps. Le Monde et l’Eglise :
la foi unit et distingue (Colossiens 1, 15-20 Christ image du Dieu invisible)

(Christ, chef de l’univers) « Il est l’image du Dieu invisible, Premier-né de toute créature, car en lui tout a été créé, dans les cieux et sur la terre, les êtres visibles comme les invisibles, Trônes et Souverainetés, Autorités et Pouvoirs. Tout est créé par lui et pour lui, et il est lui, par devant tout ; tout est maintenu en lui, et il est, lui, la tête du corps, qui est l’Eglise. Il est le commencement, Premier-né d’entre les morts, afin de tenir en tout, lui, le premier rang. Car il a plu a Dieu de faire habiter en lui toute la plénitude et de tout réconcilier par lui et pour lui, et sur la terre et dans les cieux, ayant établi la paix par le sang de sa croix. »

5/ Jésus est quelqu’un à adopter. Le baptême :
la foi est un choix (Romains 6, 3-11 Tous baptisés dans la mort de Jésus)

(Mort et vie avec Jésus Christ) « Ou bien ignorez-vous que nous tous, baptisés en Jésus Christ, c’est dans sa mort que nous avons été baptisés ? Par le baptême, en sa mort, nous avons donc été ensevelis avec lui, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous menions nous aussi une vie nouvelle. Car si nous avons été totalement unis, assimilés à sa mort, nous le serons aussi à sa Résurrection. Comprenons bien ceci : notre vieil homme a été crucifié avec lui pour que soit détruit ce coprs de péché et qu’ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché. Car celui qui est mort est libéré du péché. Mais si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscité des morts, christ ne meurt plus ; la mort sur lui n’a plus d’empire ; Car en mourant, c’est au péché qu’il est mort une fois pour toutes ; vivant, c’est pour Dieu qu’il vit. De même vous aussi : considérez que vous êtes morts au péché et vivants pour Dieu en Jésus Christ. »

6/ Jésus est quelqu’un à aimer. Dieu-Amour :
la foi est Expérience (1 Jean 4, 7-12 Aimons-nous les uns les autres)

(L’amour vient de Dieu et s’enracine dans la foi) « Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, car l’amour vient de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et parvient à la connaissance de dieu. Qui n’aime pas n’a pas découvert Dieu, puisque dieu est amour. Voici comment s’est manifesté l’amour de Dieu au milieu de nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivons par lui. Voici ce qu’est l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés et qui a envoyé son Fils en victime d’expiation pour nos péchs. Mes bien aimés, si Dieu nous a aimés ainsi, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres. Dieu, nul ne l’a jamais contemplé. Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour, en nous, es accompli. »

7/ Jésus est quelqu’un à qui parler :
la foi est prière (Jean 4, 21-24 Adorer le Père en esprit)

(Entretien avec la Samaritaine) « Jésus lui dit : « Crois-moi, femme, l’heure vient où ce n’est ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient, - et maintenant elle est là - où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; tels sont en effet, les adorateurs que cherche le Père. Dieu est esprit et c’es pourquoi ceux qui l’adorent doivent adorer en esprit et en vérité. » »

Haut


Jour III (Jeudi 25.07.2013)

Evangile/Evangélisation

(Source : Cf. Georges MICHONNEAU et André GESLOT, « Evangile » dans Missel communautaire des dimanches et fêtes – Années A, B, C., Paris 1972/78, p. XII. Commentaire : Père André REBRE.)

Parole de Dieu : Isaïe 40, 1-5.9-11

1  "Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu,2  parlez au coeur de Jérusalem et criez-lui que son service est accompli, que sa faute est expiée, qu'elle a reçu de la main de Yahvé double punition pour tous ses péchés."3  Une voix crie : "Dans le désert, frayez le chemin de Yahvé ; dans la steppe, aplanissez une route pour notre Dieu.4  Que toute vallée soit comblée, toute montagne et toute colline abaissées, que les lieux accidentés se changent en plaine et les escarpements en large vallée ;5  alors la gloire de Yahvé se révélera et toute chair, d'un coup, la verra, car la bouche de Yahvé a parlé." (…)9  Monte sur une haute montagne, messagère de Sion ; élève et force la voix, messagère de Jérusalem ; élève la voix, ne crains pas, dis aux villes de Juda : "Voici votre Dieu ! "10  Voici le Seigneur Yahvé qui vient avec puissance, son bras assure son autorité ; voici qu'il porte avec lui sa récompense, et son salaire devant lui.11  Tel un berger il fait paître son troupeau, de son bras il rassemble les agneaux, il les porte sur son sein, il conduit doucement les brebis mères.

Evangéliser

Aux disciples Jésus a donné le mandat d'évangélisation. Dès lors, chaque baptisé, chaque chrétien est appelé à évangéliser, à faire connaître le Règne de Dieu. Pour Matthieu et Marc, l'évangélisation signifie "annoncer au monde l'Evangile". Pour Luc, au contraire, évangélisation signifie "être témoin du Christ".

Une signification complémentaire. En effet, comment peut-on évangéliser sans témoigner ? Et comment peut-on témoigner sans avoir le besoin d'annoncer la Bonne Nouvelle ? Nous évangélisons avec tout ce que nous sommes, ce que nous disons et faisons. Il ne s'agit pas seulement de dire la Bonne Nouvelle, mais d'être Bonne Nouvelle". Concrètement, il faut :

1/ Evangéliser ? (Isaïe 40, 1-5.9-11)

« Consolez, consoler mon peuple »

« CONSOLEZ, consolez mon peuple », dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem et proclamez que son service est accompli, que son crime est pardonné, et qu’elle a reçu de la main du Seigneur double punition pour toutes ses fautes.

2/ Qu’en faisons-nous ? (Matthieu 21, 33-43)

« la vigne en fermage »

Il donnera la vigne en fermage à d’atures vignerons qui en remettront le produit en temps voulu. Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Ecritures : La pierre qu’on rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C’est là l’œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le Royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit.

3/ Annoncer la Bonne nouvelle (Marc 1, 1-8)

« Préparez le chemin du Seigneur »

Et Jean le Baptiste parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés. Toute la Judée, tout Jérusalem, venait à lui. Tous se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en reconnaissant leurs péchés.

4/ Evangile s’adresse à tous (Marc 1, 29-39)

« Tout le monde te cherche… Partons ailleurs »

Le lendemain, bien avant l’aube, Jésus se leva. Il sortit et alla dans un endroit désert, et là il priait. Simon et ses compagnons se miren à sa recherche. Quand ils l’ont trouvé, ils lui disent : « Tout le monde te cherche. » Mais Jésus leur répond : « Partons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame la Bonne Novelle, car c’est pour cela que je suis sorti. »

5/ Les chemins de l’Evangile (Luc 3, 1-6)

Dieu n’agit pas avec des moyens puissants : c’est dans la pauvreté et l’humilité que se préparent les chemins du Sauveur.

La parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, fils de Zacharie. Il parcourut toute la région du Jourdain ; il proclamait un paptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre du prophète Isaïe ; A travers le désert une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route…

6/ Comment l’annoncer (Luc 10, 1…20)

Le Christ envoie ses disciples en mission et leur donne ses consignes. Celles-ci sont toujours valables pour les chrétiens d’aujour’hui.

Allez ! je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route. Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : Paix à cette maison… mangez ce qu’on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : Le Règne de Dieu est tout proche de vous…

La mission est l’œuvre du Christ qui envoie, non une décision ou une lubie personnelle. Jésus envie là où il doit lui-même se rendre : il n’abondonne pas ses disciples à eux-mêmes. Il ne propose aucune recette missionnaire, mais montre dans quel esprit doit se faire l’annonce évangélique. Il faut commencer par croire que Dieu travaille les cœurs, et donc que la moisson est mûre ; si la mission piétine, c’est faute d’ouvriers apostoliques suffisamment nombreux, compétents et convaincus. On ne part pas annoncer l’évangile dans un but de conquête : sans défense, tel un agneau, sans argent, sans mettre en œuvre des moyens prestigieux, le disciple du Christ dait que la paix de l’évangile doit trouver par elle-même le chemin des cœurs. Enfin, il doit renoncer à vouloir comptabiliser échecs ou succès : il lui suffit de savoir que Dieu le connaît, l’aime et l’a appelé par son nom à œuvrer pou son Règne.

Tout chrétien est envoyé témoigner de l’évangile dans son milieu familial, professionnel, social. Suis-je vraiment cet ouvrier du Règne de Dieu ? Mon témoignage obéit-il point par point aux conseils du Christ ?

7/ Souffrances du messager (2 Corinthiens 4, 13-5, 1)

Les épreuves ne découragent pas l’apôtre Paul : « Je crois, dit-il, et c’est pourquoi je parle. »

Frères, l’Ecriture dit : J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé… c’est pourquoi nous ne perdons pas courage, et même si en nous l’homme extérieur va vers sa ruine, l’homme intérieur se renouvelle par rapport au poids extraordinaire de gloire éternelle qu’elles nous préparent. Et notre regard ne s’attache pas à ce qui se voit, mais à ce qui ne se voit pas…

Paul énumère toutes les souffrances et les privatins que lui vaut l’annonce de l’évangile, et qui le font participer au mystère de mort et de résurrection de Jésus. Pourquoi tout cela ? Plus nombreux seront les païens évangélisés, plus grande sera la foule de ceux qui reconnaitront l’amour de Dieu pour les hommes et chanteront dès maintenant sa gloire.

Connaissons-nus des gens tut donnés à Dieu et à leurs frères, des hommes usés par ue vie militante, des gens restés au bas de l’échelle parce que toujours sur la brèche pour lutter pour la justice, la paix, la fraternité entre les hommes ?

8/ Un seul Evangile (Galates 1, 1-2.6-10)

Avec raison Paul avertit les chrétiens : « Défiez-vous de ceux qui jettent le trouble parmi vous en prêchant un faux évangile »

Je trouve vraiment étonnant que vous abandonniez si vite celui qui vous a appelés par la grâce du Christ, et que vous passiez à un autre Evangile. En fait, il n’y en a pas d’autre : il y a seulement des gens qui jettent le trouble parmi vous et qui veulent renverser l’Evangile su christ. »

Aucune lettre de Paul ne contient de reproches aussi violents, mêlés à des accents de profnde tendresse, que cette lettre aux Galates. Peu après que Paul les ait évangélisés, les Galates se sont laissés convaincre par des prédicateurs chrétiens d’origine juive qu’il leur fallait conserver touts les pratiques de la Loi, notamment la circoncision, s’ils voulaient être sauvés.

Qu’attendons-nous des homélies du dimanche : que le prédicatuer nous plaise ou qu’il nous aide à comprendre l’évangile et à le faire passer dans notre vie ? L’accent que nous mettons légitimement sur la nécessité de la pratique religieuse, d’un engagement social et politique, ne risque-t-il pas de reléguer Jésus Christ au second rang : ce serait nos actions qui nous mériteraient le salut, et non plus le Christ, par pure grâce ?

9/ Ne pas falsifier l’Evangile (Galates 1, 11-19)

Saint Paul raconte comment il a reçu sa mission de Dieu et non pas des hommes.

Frères, il faut que vous le sachiez : l’Evangile que je proclame n’est pas une invention humaine. Ce n’est pas non plus un homme qui me l’a transmis ou enseigné : mon évangélile vient d’une révélation de Jéssus Christ. Vous avez certainement entendu parler de l’activité que j’avais dans le judaïsme ; je menais une persécution effrénée contre l’Eglise de Dieu, et je cherchais à la détruire…

Pour discréditer Paul auprès des Galates qu’il a convertis, des prédicateurs chrétiens d’origine juive mettent en cause l’authenticité de la Bonne Nouvelle qu’il annonce parmi les païens. Répliquant à ces dénigrements, Paul fait remarquer qu’il tient son évangile et sa mission de Jésus Christ lui-même, sans intermédiaires humains ; qua la BN qu’il annonce a reçu l’agrément de Pierre et de Jacques, responsable de la communauté de Jérusalem. Si quelqu’un falsifie l’évangile du Christ, ce n’est pas lui mais ces nouveaux prédicateurs si prompts à introduire des inventions et des préjugés humains dans l’évangile.

Il est bien difficile d’être fidèle fidèle à l’évangile sans y introduire consciemment ou non nos idées personnelles. Ne cédons-nous pas à la démangeaison d’un nouvel évangile adapté aux goûts du jour ? inversement n’utilisons-nous pas l’évangile pour défendre les positions sociales acquises ou les conceptions religieuses qui sont nôtres ? Pour Paul, l’évangile est missionnaire : ne l’avons-nous pas relégué au seul usage interne des chrétiens ?

10/ Pierres d’attente (Philippiens 4, 6-9)

Aux chrétiens de Philippes, l’apôtre Paul rappelle cette certitude : « la paix de Dieu qui surpasse tout ce qu’on peut imaginer gardera votre cœur. »

Frères, ne soyez inquiets de rien, mais en toute circonstance, dans l’action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus.

L’emprisonnement de Paul ne doit pas ternir la joie de ses chers Philippiens ni les faire mépriser le monde. Bien au contraire, l’apôtre les invite à découvrir ce qu’il y a de vérité et de noblesse dans la civilisation gréco-romaine, ce qui demeure de justice et de pureté dans ce monde. Le chrétien doit reconnaître en tout cela des pierres d’attente de l’évangile et le prendre à son compte. C’est le premier devoir missionnaire qui est d’aimer ce qu’il y a de bau chez les hommes à qui l’on veut annoncer Jésus Christ.

Sommes-nous attentifs à déceler ce que les hommes avec qui nous vivons portent de pierres d’attente de l’évangile : leur sens de la justice et deu don de soi, leur recherche sincère de la vérité, la noblesse des hommes qui se donnent loyalement à leur cause, ces ? Nous en réjouissons-nous en y lisant les signes du Royaume de Dieu qui vient parmi les hommes ? Remercions-nous le Seigneur de ces merveilles de sa grâce dans nos frères ?

11/ Proclamer l’Evangile (2 Timothée 1, 8-10)

Chacun de nous a une place unique et irremplaçable dans le projet de Dieu sur le monde.

Fils bien-aimé, avec la force de Dieu, prends ta part de souffrance pour l’annonce de l’Evangile. Car Dieu nous a sauvés et il nous a donné une vocaion sainte, non pas à cause de nos propres actes, mais à cause de son projet à lui et de sa grâce… le Christ Jésus s’est manifesté en détruisant la mort, et en faisant resplendir la vie et l’immortalité par l’annonce de l’Evangile.

Timothée est de santé fragile, il est généreux et apostolique,mais avec un fond de timidité due entre autre à sa jeunesse. Animateur de la communauté chrétienne d’Ephèse, il est afronté à de difficiles problèmes : il doit combattre des prédicateurs d’origine juive qui veulent mêler à la foi des considérations cabalistiques (Qui a rapport à la science occulte. ➙ ésotérique, magique) tirées de la Loi ou des traditions juives. Paul engage Timothée à tenir bon dans l’annonce fidèle del’évangile, malgré les souffrances et les contestations, fort de la grâce de Dieu devenue tangible en Jésus Christ mort et ressuscité.

Ne sommes-nous pas tentés de taire l’évangile, sous de multiples prétextes : notre incompétence, notre timidité, l’indifférence générale, la contestation que subissent aujourd’hui la foi et l’Eglise ? Croyons-nous davantage à la valeur de nos propres actes qu’au projet de Dieu et à sa grâce pour transformer le monde ? Acceptons-nous de paraître retardataires, d’être méprisés et de souffrir à cause de notre foi en Jésus Christ ?

Suivant | Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster