Nous sommes le 16/11/2018 et il est 12h35 TU+2 - "L'Eglise attend de vous tous un puissant secours dans sa détresse" (Eugène de Mazenod, 1823)

Méditation spirituelle


  1. BarceloneIl est bon d'écouter sans défaillance
  2. Et quand nous avons découvert la joie d'écouter
  3. Un poème à mon Roi
  4. Avec les chœurs angéliques adorons cet Enfant nouvelet
  5. Un vitrail pour l'An neuf
  6. La vie...
  7. Expérience de Dieu, expérience spirituelle
  8. Souviens-toi de la paix qui découle du silence
  9. Aime-moi
  10. Noël
  11. Pèlerins d'Emmaüs - Abbé Pierre, prie pour nous
  12. Dans le coeur du Christ
  13. Le signe du Ressuscité dans notre histoire

 

Il est bon d'écouter sans défaillance

Il est bon d'écouter sans défaillance,
Seigneur ta parole,
Mais l'abîme du silence
Comme un flot m'environne.
Creuse encore ce grand vide
Où montera parfois,
Frêle et timide,
Le murmure inlassable de ta voix.

Il est bon de guetter sans lassitude,
Seigneur, ton passage,
Mais l'attente est solitude
Et combat sans relâche.
Se peut-il que ta grâce
Me donne ce délai
Pour que je passe
Tous mes jours à renaître dans ta paix?

Il est bon de chercher avec patience,
Seigneur, ton visage,
Mais si grande est la distance
Jusqu'à l'autre rivage,
Se peut-il que tu fasses
De cette immensité
Le bel espace
Où s'élance vers toi ma liberté?

(Guetteur de l'aube, Paris 1976, p 13)


Haut

 

Et quand nous avons découvert la joie d'écouter

Comme sur le chemin d'Emmaüs (Luc 24:13-35), Jésus fait route avec nous au milieu de nos désespoirs, de nos angoisses, de nos incertitudes, de nos inquiétudes, de nos questionnements et même de nos illusions d’aujourd’hui.

Et quand nous avons découvert la joie de l’écouter, de marcher en sa compagnie et de demeurer auprès de Lui, l’Esprit de Dieu fait naître en nous la mission, ou mieux le devoir impérieux de l’annoncer à d’autres.

"La mission, en effet, avant de se caractériser par les oeuvres extérieures, consiste à rendre présent au monde le Christ lui-même par le témoignage personnel".

La rencontre est tellement merveilleuse que la personne qui en fait l’expérience n’ose la garder pour soi. Son coeur brûle du désir ardent de faire connaître l’amour, de rendre témoignage à la vérité bien qu’en des termes imprécis.

Ainsi André dira à son frère Simon: “Nous avons vu le Messie” (Jean 1:41), Philippe à Nathanaël: “Celui de qui il est écrit dans la loi de Moïse et dans les prophètes, nous l’avons trouvé” (Jean 1:45) et la Samaritaine aux gens de son village: “Venez donc voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait” (Jean 4:29).

Certes, le Dieu révélé par Jésus Christ est un Dieu d'expérience.

Toute la Bible l’atteste. Dieu se donne réellement à l’homme dans une expérience qui provoque la conversion réelle personnelle à Dieu et transforme la vie. De fait, "le Seigneur, venu nous rencontrer, nous appelle à être disciple, exige que nous nous laissions imprégner de cette rencontre, que nous vivions de cette vie nouvelle qu'il a présentée à notre coeur".

Nombreux sont ceux qui en font l'expérience, c’est-à-dire prennent conscience de la réalité divine en eux et essaient de parler du commencement de leur vie spirituelle chrétienne personnelle aux autres.

Entendons par commencement de vie spirituelle le moment "où la personne humaine se considère responsable de sa vie devant Dieu, c’est-à-dire lorsque la relation à Dieu devient une relation totale de personne à personne". Très peu cependant s'expriment aisément sur la rencontre de Dieu.

(ayaas)


Haut

 

Un poème à mon Roi

"... Je dis mon poème pour un Roi:

Tu es beau, le plus beau des enfants des hommes.
La grâce est répandue sur tes lèvres,
tu es béni de Dieu à jamais."

Ce Roi - Messie, venu épouser notre humanité,
est bien le plus accompli, le plus prestigieux
et le plus saint de tous les rois que nous présente la Bible.

"Que tu es beau, mon Bien - Aimé",
"Tu es le plus beau des enfants des hommes!"

D' une beauté absolument unique,
"Il se reconnaît entre dix mille... il est sans rival."
Et Isaïe s'était entendu dire de Yahvé lui-même:

"Tes yeux contempleront le Roi dans sa beauté"
et encore: "j' irai dans la justice, contempler ta face:
et au réveil, me rassasier de ton visage" (Psaume 16:15)

Beauté qui n'est ni hautaine, ni distante, ni même imposante. Non car
"la grâce est répandue sur tes lèvres" comme il sera dit du Verbe: "plein de grâce et de vérité" (Jean 1:14) et dont les foules émerveillées s'écriaient:

"Jamais homme n'a parlé comme cet homme" (Jean 7:46 )
"Tout le peuple, suspendu à ses lèvres, l'écoutait" (Luc 19:48)

L'honneur qu'il retire de sa vaillance, le Roi le met au service des causes les plus belles et les plus généreuses:

Pour le triomphe de la vérité sur le mensonge. "Tu le dis, Je suis Roi, je suis né et suis venu pour rendre témoignage à la vérité" ( Jean 19:37 )

Pour le triomphe de la justice sur l'iniquité. "Il jugera les faibles avec justice, il rendra une sentence équitable pour les humbles du pays" (Isaïe 11:3-4 )

Pour le triomphe de la mansuétude et de la douceur sur la violence, la force et la guerre, qui font la loi du monde. Ainsi le Prophète annonce avec toutes ses qualités, "le règne du Christ". Il sera appelé "Prince de la Paix" ( Isaïe 11:5).

(Commentaire du psaume 45 (44) dans "Sur la lyre à dix cordes" - à l'écoute des psaumes au rythme des Exercices de St Ignace - de Blaise ARMINJON)


Haut

 

Avec les chœurs angéliques adorons cet Enfant nouvelet

Avec les chœurs angéliques adorons cet Enfant nouvelet!
C’est le Père qui nous envoie son Fils pour nous sauver!

En cette nuit Seigneur, le Ciel s’unit à la Terre;
Tu manifestes ton amour pour les hommes en venant partager notre vie:
aide-nous à te reconnaître dans la fragilité de cet Enfant,
et accorde-nous une reconnaissance sans fin pour ce don merveilleux.

Noël, ce mot formé de 4 lettres, laisse-le résonner en toi.
Que signifie-t-il pour toi, a-t-il encore un sens profond qui dépasse tout ce tintamarre qui envahit nos cités, nos magasins, ces décorations qui ornent nos maisons, nos rues, toutes ces lumières qui scintillent pour chasser les ténèbres de la nuit? Oui, nuit parfois glacial où le pauvre qui erre a faim, froid, soif d’un peu d’affection, de chaleur humaine, de dignité.
Te souviens-tu de ton enfance où tu attendais avec impatience et fébrilité ce jour. Alors le soir de la veille de Noël lorsque sous le sapin étincelant de mille éclats tu découvrais avec émerveillement tes cadeaux. Au fait, sais-tu encore t’émerveiller comme un enfant?
Pour répondre à ces questions, je te propose de faire un moment de halte. Assieds-toi sur le divan ou dans ton fauteuil, fais marcher ton cinéma intérieur, réfléchis au vrai sens de Noël.
Que s’est-il passé il y a plus de 2000 ans? Ouvre la Bible au chapitre 2, versets 1 à 14 de l’Evangile de saint Luc, et lis:

En ces jour-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre.- Ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. – Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d’origine. Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David. Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte.
Or, pendant qu’ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Dans les environs se trouvaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur s’approcha , et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte, mais l’ange leur dit:
«Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple: aujourd’hui vous est né un Sauveur dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné: vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire.»
Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable qui louait Dieu en disant:
«Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.

Referme ta bible et écoute cette brève méditation:
Ce que tu aimes , Toi, Dieu qui s’est fait petit enfant c’est l’aujourd’hui.
Tu nous accompagnes dans notre vie de chaque jour.
Aujourd’hui tu es avec nous!
L’histoire de la nuit de Noël, ta naissance, c’est vrai,
C’était il y a bien longtemps.
Et pourtant , ta venue chez nous, c’est aujourd’hui encore.
C’est aujourd’hui que tu es là.
Ton étoile et ta lumière brillent pour nous.
Ta crèche, c’est notre maison d’aujourd’hui, c’est notre cœur.
Tu nais et tu es Sauveur aujourd’hui.

Aujourd’hui , c’est Noël !
Joyeux Noël

(Roger Gruber)


Haut

 

Un vitrail pour l'An neuf

Seigneur, tu m'offres cette année nouvelle
comme un vitrail à rassembler
avec les 365 morceaux de toutes les couleurs
qui représentent les jours de ma vie.

J'y mettrai le rouge de mon amour et de mon enthousiasme,
le mauve de mes peines et de mes deuils,
le vert de mes espoirs et le rose de mes rêves,
le bleu ou le gris de mes engagements et de mes luttes,
le jaune et l'or de mes moissons.

Je réserverai le blanc pour les jours ordinaires
et le noir pour ceux où tu me sembles absent !
Je cimenterai le tout par la prière de ma foi
et par la confiance sereine en Toi.

Seigneur, je te demande simplement d'illuminer de
l'intérieur ce vitrail de ma vie, par la lumière de
ta présence et par le feu de ton Esprit de vie.

Ainsi, par transparence, ceux que je rencontrerai
cette année, y découvriront peut-être le visage
de ton Fils bien-aimé Jésus
le Christ Notre Seigneur.

Amen.

Un joyeux Noël et une très bonne année 2004!

(Anne et Jean-Pierre)


Haut

 

La vie…

Mère Teresa

La vie est une chance, saisis-la.

La vie est beauté, admire-la.

La vie est béatitude, savoure-la.

La vie est un rêve, fais-en une réalité.

La vie est un défi, fais-lui face.

La vie est un devoir, accomplis-le.

La vie est un jeu, joue-le.

La vie est précieuse, prends-en soin.

La vie est une richesse, conserve-la.

La vie est amour, jouis-en.

La vie est un mystère, perce-le.

La vie est promesse, remplis-la.

La vie est tristesse, surmonte-la.

La vie est un hymne, chante-le.

La vie est une aventure, ose-la.

La vie est un combat, accepte-le.

La vie est un bonheur, mérite-le.

La vie est la vie, défends-la.

(Mère Teresa)


Haut

 

Expérience de Dieu, expérience spirituelle

L’expérience de Dieu n’est pas à confondre avec l’expérimentation de type scientifique ou professionnel. Elle se comprend mieux dans son rapport avec la vocation baptismale chrétienne. Le chrétien, la chrétienne authentique est la personne convertie, qui ne se contente pas uniquement de l’éducation inculquée, mais qui est capable de décision personnelle pour le Christ, qui sait faire le don personnel de soi au Christ. En effet,

conformément au Nouveau Testament tu deviens chrétien d’une manière tout à fait décisive et en dernière analyse seulement par la conversion personnelle au Christ et par l’expérience de sa présence réelle dans la vie. C’est seulement ainsi que tu peux expérimenter réellement le plan que Dieu a sur toi et sur le monde, que tu peux mesurer une vie réellement sensée (Mülhen).

Dans cette optique, l’expérience de Dieu se conçoit comme une connaissance en raison d’une rencontre personnelle, comme l’exprime si bien Job: “Je ne te connaissais que par ouï-dire, maintenant, mes yeux t’ont vu” (42:5).

Bref, l’expérience de Dieu ou expérience spirituelle est liée aux verbes entendre et voir. C’est ce que nous lisons au début de la première lettre de saint Jean: “Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi, vous soyez en communion avec nous” (1 Jean 1:3).

(Ayaas)


Haut

 

Souviens-toi de la paix qui découle du silence

Va, reste calme au milieu du bruit et de l'impatience et souviens-toi de la paix qui découle du silence.

Si tu le peux, mais sans renoncement, sois en bons termes avec tout le monde. Dis ce que tu penses, clairement, simplement; et écoute les autres, même les sots et les ignorants, car eux aussi ont quelque chose à dire.

Évite les gens grossiers et violents car ils ne sont que tourments pour l'esprit. Si tu te compares aux autres tu pourras devenir vaniteux ou amer; mais sache qu'ici-bas, il y aura toujours quelqu'un de plus grand ou de plus petit que toi.

Sois fier de ce que tu as fait et de ce que tu veux faire. Aime ton métier, même s'il est humble; c'est un bien précieux en notre époque troublée. Sois prudent dans le monde des affaires, car on pourrait te jouer de vilains tours.

Mais que ceci ne te rende pas aveugle; bien des gens luttent pour un idéal et partout sur la terre on meurt pour ce que l'on croit.

Sois toi-même, surtout dans tes affections. Fuis le cynisme en amour car il est un signe de sécheresse du coeur et de désenchantement. Que l'âge t'apporte la sagesse et te donne la joie d'avoir des jeunes autour de toi. Sois fort pour faire face aux malheurs de la vie.

Mais ne te détruis pas avec ton imagination; bien des peurs prennent naissance dans la fatigue et la solitude. Et, malgré la discipline que tu t'imposes, sois bon envers toi-même. Tu es un enfant de l'univers, tout comme les arbres et les étoiles et tu as le droit d'être ici; et même si cela n'est pas clair en toi, tu dois être sûr que tout se passe dans l'univers comme c'est écrit.

Par conséquent, sois en paix avec ton Dieu quelle que soit en toi son image, et à travers ton travail et tes aspirations, au milieu de la confusion de la vie, sois en paix avec ton âme. Dis-toi qu'en dépit de ses faussetés, de ses ingratitudes, de ses rêves brisés, le monde est tout de même merveilleux.

Sois prudent. Et tâche d'être heureux.

(Traduction d'un texte gravé sur l'église Saint-Paul de Baltimore, US.)


Haut

 

Aime-moi

Image Jésus

Ouvre ton cœur et entends mon appel .. je t'aime! Pour Me plaire, il n'est pas nécessaire d'avoir beaucoup d'instruction; il suffit que tu M'aimes beaucoup. Parle-Moi avec simplicité, comme tu parlerais avec ton ami le plus intime.

As-tu quelque chose à Me demander pour quelqu'un? Dis-Moi son nom et ce que tu voudrais que Je fasse maintenant pour lui.

Demande beaucoup! N'hésite pas à demander.

Parle­-Moi également avec simplicité et sincérité des pauvres que tu veux consoler, des malades que tu vois souffrir, des égarés que tu désires voir revenir sur le droit chemin. Dis-Moi au moins une parole pour chacun.

Et pour toi-même, n'as-tu pas besoin de quelque chose?

Dis-Moi franchement que tu es peut-être orgueilleux, égoïste, inconstant, négligent... puis demande-Moi de te venir en aide dans le peu ou le grand nombre d'efforts que tu fais pour t'en sortir. N'aie pas honte ! Au ciel, il y a beaucoup de justes, beaucoup de saints qui avaient exactement les mêmes défauts. Mais ils ont demandé humblement... et peu à peu, ils se sont vus libérés de leurs défauts. Et n'hésite pas à prier pour ta santé et pour une heureuse issue de tes travaux, de tes affaires ou de tes études. Tout cela, Je peux te le donner et Je te le donne. Je désire que tu Me pries pour cela, si ce n'est pas préjudiciable à ta sanctification, mais la favorise et la soutient. Et aujourd'hui même, de quoi as-tu besoin? Que puis-Je faire pour toi? Si tu savais combien Je désire ardemment t'aider.

As-tu actuellement un projet? Expose-le Moi.

Qu'est-ce qui te préoccupe? Que penses-tu? Que désires-tu?
Que puis-Je faire pour ton frère, pour ta soeur, pour tes amis, pour ta famille, pour tes supérieurs? Que voudrais-tu faire pour eux?

Et pour ce qui est de Moi, n'as-tu pas le désir que Je sois glorifié?
Ne voudrais-tu pas faire quelque chose de bien pour tes amis que tu aimes peut-être beaucoup, mais qui, peut-être, vivent sans penser à Moi.

Dis-Moi , qu'est-ce qui attire particulièrement ton attention aujourd'hui?
Que désires-tu le plus ardemment? De quel moyens disposes-tu pour l'obtenir?
Si un projet échoue, dis-le Moi; Je te donnerai les raisons de l'échec.
Ne voudrais-tu pas Me gagner à ta cause?

Peut-être te sens-tu triste ou de mauvaise humeur?

Raconte-Moi dans tous les détails ce qui t'attriste, ce qui t'a offensé, ce qui t'a blessé dans ton amour-propre, ce qui t'a humilié.
Dis-Moi tout et bientôt tu parviendras au point où tu Me diras que tu pardonnes tout selon mon exemple, que tu oublies tout. En récompense, tu recevras ma consolante bénédiction.
Peut-être as-tu peur?
Sens-tu dans ton âme cette détresse indéfinissable qui n'est pas justifiée, mais qui ne cesse pourtant de te déchirer le cœur?
Jette-toi dans les bras de la Providence ! Je suis avec toi, à ton côté. Je vois tout, J'entends tout, et Je ne t'abandonne pas un seul instant.
Sens-tu l'abandon d'êtres qui auparavant t'aimaient hier mais qui maintenant t'ont oublié et s'éloignent de toi sans que tu en sois la cause?
Prie pour eux, et Je les ferai revenir à ton côté, s'ils ne sont pas un obstacle à ta sanctification.

N'as-tu pas peut-être une joie à Me faire partager?

Pourquoi ne Me laisserais-tu pas partager ta joie?
Ne suis-Je pas ton ami? Raconte-Moi ce qui a consolé ton coeur et ce qui t'a fait sourire depuis ta dernière visite chez Moi. Peut‑être as-tu connu des surprises agréables? peut-être as-tu reçu de bonnes nouvelles, une lettre, un signe d'affection? peut-être as-tu surmonté une difficulté; peut-être es-tu sorti d'une situation qui paraissait sans issue. Tout cela est mon oeuvre Tu dois seulement Me dire: merci, mon Dieu!

Ne voudrais tu pas Me promettre quelque chose?

Je lis au fond de ton cœur. On peut facilement tromper les hommes, mais pas Dieu. Alors, parle-Moi tout à fait ouvertement. Es-tu vraiment fermement décidé à ne plus t'exposer à telle occasion de péché, à renoncer à telle chose qui t'a causé du tort, à renoncer à lire tel livre qui a excité ton imagination, à ne plus avoir de contact avec telle personne qui trouble la paix de ton âme? Redeviendras-tu doux, aimable et complaisant avec telle personne que tu as considérée jusqu'ici comme un ennemi parce qu'elle a laissé échapper quelque chose contre toi. Eh bien ! retourne maintenant à tes occupations habituelles, à ton travail, ta famille, tes études, mais n'oublie pas ce quart d'heure que nous avons passé ensemble. Garde autant que tu le peux silence, modestie, recueillement intérieur et amour du prochain.

Aime ma Mère qui est aussi la tienne.

Et reviens de nouveau avec le cœur encore plus rempli d'amour, encore plus abandonné à mon Esprit. Alors tu trouveras chaque jour dans mon Cœur un nouvel amour, de nouveaux bienfaits et de nouvelles consolations.

A bientôt, je t'attends … reviendras-tu me voir?

(Texte mis en forme et illustré par Roger Gruber, laïc associé aux Oblats (OMI))


Haut

 

NOËL

Voici que se lève sur la paille du monde une lumière première et dernière,

Comme une coulée d'étoiles,

Un voile de douceur dans la nuit des cœurs.

Pour annoncer un commencement,

Il fallait bien un enfant!

Un visage de tout-petit qui porte l'inouï:

Dieu s' entre-dit,

Dans notre histoire,

Il est à nos côtés Pèlerin d'humanité.

Ceux qui goûtent cette présence sont en chemin vers leur naissance.

Ils abritent en eux une racine de lumière incomparable,

A jamais inaltérable.

(Francine CARRILLO, Pasteure Suisse. «Vers l'inépuisable»)


Haut

 

Pèlerins d'Emmaüs - Abbé Pierre, prie pour nous

Abbé Pierre, Emmaüs

Seigneur Jésus, souviens-toi

de cette petite maison là-bas à Emmaüs,

et du bout du chemin qui y conduit

quand on vient de la grand-route.

Souviens-toi de ceux qu'un soir, tu abordas là-bas,

souviens-toi de leurs coeurs abattus,

souviens-toi de tes paroles qui les brûlèrent,

souviens-toi du feu dans l'âtre

auprès duquel vous vous êtes assis,

et d'où ils se relevèrent transformés,

et d'où ils partirent vers les prouesses d'amour…

Regarde-nous.

Vois, nous sommes tous pèlerins d'Emmaüs,

nous sommes tous des hommes qui peinent

dans l'obscurité du soir,

las de doutes après les journées méchantes.

Nous sommes tous des coeurs lâches, nous aussi.

Viens sur notre chemin, brûle-nous le coeur à nous aussi.

Entre avec nous t'asseoir à notre feu…

Et qu'exultant de joie triomphale, à notre tour,

nous nous relevions pour bondir révéler

la joie à tout homme au monde

en l'Amour à jamais jusqu'à notre dernier souffle…

(Abbé Pierre)


Haut

 

Dans le coeur du Christ

Puis-je te partager ceci, en signe de ma fraternelle présence auprès de toi? Où que tu sois, dans le coeur du Christ, nous nous rejoignons.

QUE NOTRE SEIGNEUR TE GARDE ET TE COMBLE DE SA PAIX

"Thomas émet la profession de foi la plus claire et la plus aimante qu'un chrétien puisse faire: "Mon Seigneur et mon Dieu!". Cette parole de Thomas reprend celle de l'autre sceptique, Nathanaël: "Rabbi, tu es le Fils de Dieu, le Roi d'Israël".

Cependant Thomas ajoute, comme Marie de Magdala: "Mon Seigneur et mon Dieu", non une profession de foi abstraite, mais signe que s'est établie une relation personnelle. Expérience d'une rencontre intérieure avec le Ressuscité où l'on se sent touché et aimé.

Lors de l'Eucharistie, nous pouvons nous aussi mettre notre main dans le côté de Jésus, toucher ses blessures, en prenant sa chair dans notre main et en buvant son sang. Même après sa Résurrection ces blessures restent importantes, car elles sont le lieu où advient le mystère de la foi, la promesse que nos blessures aussi seront guéries.

Cette expérience, il nous est donné de la faire nous aussi, "huit jours plus tard". Huit étant le nombre de la transcendance, le huitième jour évoque l'éternité qui entre dans notre temps. Il nous est parfois donné de voir Jésus et de le toucher, mais il est toujours aussi des temps où nous ne voyons rien.

La foi doit alors nous suffire; pour Jean, elle est une vision nouvelle, plus profonde, celle de la réalité authentique. Seule la foi nous donne part à la réalité divine, nous entrons dans la résurrection..."

(Anselm GRÜN, Jésus la porte de la vie pages 162-163)


Haut

 

Le signe du Ressuscité dans notre histoire

Route Mont Kenya

"Si je devais donner tout l'évangile en échange d'une seule scène, dans laquelle il serait tout entier résumé, je n'hésiterais pas, je choisirais la scène des disciples d'Emmaüs". (J. Guitton)

Cette page d'évangile, nous remet devant les yeux le noyau central de notre foi.

Elle retrace l'itinéraire personnel de notre vocation: moments de séduction et de désenchantements, expérience fondamentale de Jésus, ouverture du cœur dans le dialogue, ouverture des Ecritures, de la maison pour accueillir l'étranger, ouverture des yeux et de l'intelligence devant son amour - don, ouverture du chemin pour la mission.

Elle nous place devant bien des défis: la nécessité de recommencer quand les rêves s'écroulent, la maturité de passer du désir de voir à la joie d'écouter la Parole, le don de soi dans l'Eucharistie, le partage des doutes et des convictions, l'exténuant chemin de l'annonce.

Suivons pas à pas ces compagnons de voyage: Les raisons que nous avons de nous décourager, l'échec du "projet - Jésus ", la révolte devant sa condamnation à mort, le désenchantement parce que rien ne se passe ensuite, les rêves défaits, la vulnérabilité des témoins, le manque de foi, l'aveuglement des yeux du cœur.

"Nous espérions, mais ..." Et nous pourrions continuer: la cruauté du monde globalisé, les conflits dans la communauté chrétienne, le peu de courage pour évangéliser, la fragilité et le petit nombre des vocations, nos propres infidélités et fuites.

Mais aussi les signes du Ressuscité qui marche avec nous : la nostaligie que nous avons à parler de lui, même quand nous lui tournons le dos, ce serrement de cœur est signe de sa présence vive, il rejoint ceux qui fuient et prend soin d'eux . N'est-il pas le bon berger ? Il passe des heures en compagnie de ceux qui s'en vont et, par l'écoute et le dialogue, leur donne l'occasion de partager leurs frustrations et tristesses, les rêves avortés et le manque de courage. N'est-il pas le bon Samaritain qui prend soin des blessures et conduit à l'auberge? Quelqu'un se préoccupe quand je ne vais pas bien, je peux conter mon histoire, alors il est présent!

Les Ecritures ouvertes et lues d'une manière différente, au ras des problèmes que nous vivons, illuminent et réchauffent le coeur. Signe fort qui aide à lire le livre de la vie, la mienne et celle de mon peuple, sans perdre l'espérance.

L'accueil de l'étranger à la maison, les lois de l'hospitalité inversées car c'est lui qui prend, bénit et partage... le don de soi de l'étranger déchire finalement le voile de notre incroyance.

C'est seulement à la table du partage et de l'eucharistie qu'il se fait reconnaître. Seul celui qui se donne comprend. A cette heure, quand finalement s'ouvrent les yeux, il s'en va. Où va-t-il ? Au dedans de nous...! C'est pourquoi nous reprenons courage pour des kilomètres et des kilomètres la même nuit. Mais une nuit claire comme le jour de Pâques.

Et quand nous sommes enfin de retour à Jérusalem, voici la foi partagée, la confirmation mutuelle, les convictions qui surgissent du témoignage. j'ai quelqu'un avec qui partager mon expérience. J'ai des témoins à écouter...

A toi, à chacun(e), invitation à partager TON EXPERIENCE ....:

(Cf. Luc 24)

(Une méditation de Marie Claude)

Haut

© 2011 Ayaas.net: Religieux africain du troisième millénaire - Page web perso de jb musumbi, o.m.i. - Webmaster