OMI - REGION AFRIQUE-MADAGASCAR

Statuts

 

Préambule - 1. Region Africa-Madagascar - 2. Conférence de Région - 3. Buts de la Conférence - 4. Réunions de la Conférence - 5. Officiers de la Conférence - 6. Comités consultatifs - 7. Finances de la Conférence - 8. Statuts - Conclusion

V . Les Officiers de la Conférence

a. Le Président

22a. La Conférence doit, par vote à bulletin secret, choisir un Président parmi les membres de la Conférence. Une majorité absolue des votes valides émis est exigée pour être élu sur le premier ou deuxième scrutin; sur le troisième scrutin, une majorité relative suffit.

22b. Le mandat du Président est de deux ans; il peut être réélu pour un deuxième mandat.

23. Le Président convoquera une réunion de la Conférence au moins chaque deux ans; il préside sur la Conférence et veille à ce qu’elle soit conforme aux Statuts. Il convoquera aussi chaque année une réunion du comité de direction.

24. Il peut convoquer aussi une assemblée extraordinaire de la Conférence, si nécessaire.

b. Le Vice-président

25. La Conférence doit aussi, par vote à bulletin secret, choisir un Vice-président parmi les membres de la conférence. Une majorité absolue des votes valides émis est exigée pour être élu sur le premier ou deuxième scrutin; sur le troisième scrutin, une majorité relative suffit.

26. Le mandat du Vice-président est de deux ans; il peut être réélu pour un deuxième mandat.

27. Le Vice-président, aidera le Président dans ses responsabilités de présider sur les affaires de la Région; ou en son absence, assumera les responsabilités du Président.

c. Le Secrétaire

28. La Conférence de la Région, avec l'approbation du supérieur majeur légitime ou du supérieur de la Mission, choisit un Oblat de la Région pour être secrétaire; il est alors nommé par le Président pour un mandat de quatre ans. Le mandat peut être renouvelé pour une autre période de quatre ans.

29. Le Président peut remplacer le Secrétaire par un autre Oblat, si nécessaire, après consultation avec les membres du comité de direction.

30. Le Secrétaire, aidant le Président dans les affaires courantes de l’administration de la Conférence, est impliqué dans la préparation des réunions de la Conférence ; il prend note des comptes-rendus des réunions, les publie, et les distribue aux membres de la Conférence, dès que possible, après les réunions. Le Secrétaire, comme tel, n'est pas un membre de la Conférence et n'a pas le droit de vote, à moins qu'il soit choisi parmi les membres de la Conférence. Il peut poser des questions d'éclaircissement, ou demander toute information nécessaire pour la réalisation de ses devoirs. Il est aussi responsable de l'organisation et l’entretien des archives de la Conférence. Il peut aussi servir en capacité consultative dans les sous-commissions de la Conférence.

31. La Conférence décidera sur l'emplacement du secrétariat.

d. Le Trésorier

32. La Conférence de la Région, avec l'approbation du supérieur majeur ou du supérieur de la Mission, choisit un Oblat de la Région pour assurer le travail du Trésorier ; il est alors nommé par le Président pour un mandat indéfini.

33. Le Président, si nécessaire, peut remplacer le trésorier avec un autre Oblat, après consultation avec les membres du comité de direction.

34. Le Trésorier aidera la Conférence dans l’administration des affaires financières concernant le fonctionnement de la Conférence. Il préparera et présentera, pour approbation à chaque session plénière de la Conférence, un budget de deux ans, et un rapport financier sur les deux dernières années.

e. Le Comité de Direction

35a. Le Comité de Direction sera constitué du Président, du vice-président, des Présidents dûment élus des sous régions, du Secrétaire et du Trésorier de la Conférence.

35b. Le Comité de Direction se rencontrera annuellement. Les autres réunions peuvent être tenues selon le besoin. Bien que tous les membres du Comité de Direction soient tenus à assister aux réunions annuelles ou spéciales de l'Exécutif, dans les cas exceptionnels, une présence par les autres moyens (tel que téléconférence du téléphone) est suffisant, à condition que tous les participants prennent une part active dans les débats (R. 86b).

6. Les Comités consultatifs